Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Intoxications par le cannabis : attention aux jeunes enfants !

Par Drogues info service Voir les commentaires

Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée en France. Son image positive auprès des adultes consommateurs banalise le risque que peut représenter une ingestion accidentelle de cannabis par un jeune enfant. Or, de plus en plus de cas d’intoxication grave de jeunes enfants sont signalés aux autorités sanitaires. Un message s’impose : il est indispensable de garder le cannabis hors de portée des enfants.

Ranger le cannabis et ne pas susciter la curiosité des enfants

Pour éviter tout risque d’accident il est conseillé de sortir le cannabis uniquement au moment de sa consommation et de le ranger juste après. Il est également recommandé d’éviter de le manipuler devant les enfants afin de ne pas susciter leur curiosité pour ce qui pourrait ressembler parfois à du « chocolat ». Enfin, il ne faut jamais baisser sa garde : les intoxications sont plus fréquentes en périodes de fêtes et de vacances. 

Reconnaître les signes et appeler les secours

Un enfant intoxiqué par le cannabis présente notamment une somnolence inhabituelle avec des phases d’agitation, des vomissements et des tremblements. Il peut faire des convulsions et se retrouver en détresse respiratoire voire dans le coma.

Dès les premiers signes ou en cas de suspicion d’ingestion, il faut appeler le 15 (Samu) sans attendre. Les services de secours d’urgence sont soumis au secret médical et ne sont pas là pour juger.

N’hésitez pas à informer vos proches consommateurs de cannabis.

Contexte

Le phénomène des intoxications au cannabis chez les jeunes enfants a été signalé dès 2015 par l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm). Les centres d’évaluation et d’information sur les pharmacodépendances-addictovigilance (CEIP-A) constatent cependant une accélération du phénomène. Les hospitalisations en réanimation de jeunes enfants pour cette cause ont notamment doublé entre 2015 et 2017, passant de 7 à 13%.

Les taux de THC et de métabolites du cannabis retrouvés chez les enfants hospitalisés sont particulièrement élevés.

Réagir