Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Maman d'une droguée

Par Philomène

Bonsoir,
Ma fille est rentrée un après midi avec des diarrhée et des vomissements, des douleurs au ventre. Nous sommes allées aux urgences de l'hôpital le plus proche. Ils ont diagnostiqué, m'ont-il dit, une gastro nécessitant une observation pour la nuit. Je suis restée près d'elle. Au matin, nous sommes rentrées avec un traitement contre la gastro. Elle n'a été mieux que quelques heures et puis nous sommes retournées à l'hôpital.Et ensuite de nouveau retour à la maison. Pour repartir quelques heures après. Cette fois, j'ai trouvé les médecins un peu bizarre, le personnel chuchotait dans mon dos. J'ai même entendu : "c'est elle, la mère, la pauvre".Et puis, une infirmière m'appelle et me dit que ma fille doit me parler. Et voilà la seule chose qu'elle m'a dit : "maman, je suis héroïnomane". J'ai du sortir dehors terrifiée. Lorsque je suis rerentrée, le médecin m'attendait me disant qu'il me cherchait qu'il fallait libérer le lit. Désemparée, je lui ai demandé "qu'est-ce qu'il faut faire ?". Sa réponse : "voir un médecin pour du subutex".Je savais même pas ce que c'était ! J'ai su bien après que deux jours de plus et ma fille aurait été sevrée physiquement. Mais comment faire un choix, en discuter avec ma fille sans recevoir d'information ? Comment le personnel médical peut-il renvoyer deux personnes aussi froidement ? Sur le retour, j'ai bien pensé à accélérer dans le virage et de lâcher le volant seule la pensée de ma puce qui m'attendait avec inquiétude à la maison m'en a empêchée.

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


bidouille - 30/04/2010 à 04h39

Bonjour Philomène

Je comprends ta douleur devant l'aveu de ta fille et la réaction de désespoir que tu as pu avoir ...Mais il faut essayer de voir le côté positif des choses : un dialogue a été entamé , les choses sont dites , le tabou a disparu et c'est déjà un grand pas en avant...
Maintenant tu vas pouvoir discuter avec elle , en savoir plus sur sa consommation et l'aider en lui proposant un centre spécialisé d'aide au toxicomes ...
Je sais, ho combien, comme ce n'est pas facile mais elle a besoin de toi et il faut trouver l'énergie necesaire en toi pour l'accompagner ...Mais tu vas la trouver, j'en suis certaine !!
Quant aux réactions de l'hopital je ne suis pas surprise j'ai connu une terrible "mesaventure" aussi ....Mais on finit par se blinder , par passer outre les réflexions et comportements scandaleux , même si je trouve cela toujours aussi "anormal", car l'essentiel n'est pas là, l'essentiel est d'accompagner notre enfant vers la porte de la liberté !!
je te souhaite beaucoup de courage !!

titine_384 - 12/05/2010 à 19h15

Je comprend complètement ton désarrois face tant à l'attitude des médicaux, que de cette nouvelle effrayante... Aprés des années de lutte, de souffrances, et de rencontre avec la bétises sous toutes ces formes, nous nous sommes blindé, et tu y arriveras aussi...
Te dire de te faire aidé est une base essentielle, mais là aussi je suis tombée de haut quand j'ai vu que même dans les centres spécialisés on pouvait y entendre des jugements faciles, rapides sans même avoir de réelle écoute... .... ridicule, méchant et inutile.. l'essentiel est de se protéger pour être plus efficace dans sa relation avec un enfant toxicomane..
Donc protège toi, aide la, sans te focaliser sur la drogue, je sais c'est facile à dire, mais à faire....c'est une autre histoire

je t'ajoute un lien que je te conseille de lire, ce n'est pas la bible du toxico, mais ce sont des pistes qui me paraissent trés interressantes..

http://www.4p8.com/eric.brasseur/toxicomane.html

je te souhaite force et courage!

Répondre au fil Retour