Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs PDF Imprimer EnvoiMail

Je n'arrive pas à stopper la cocaïne

Par Mamfor

Bonjour,
Tout d'abord je ne suis pas un habitué des forums, c'est la deuxième fois que je suis inscrit.
Sans doute un au secours.
Voilà mon problème.
Sur chaques soirées je consomme de la cocaïne.
Par le passé c'était en grosse quantité.
Au jour d'aujourd'hui, j'en consomme beaucoup moins.
Je suis une personne hyper sensible, ayant un problème avec la mort de mes proches pour le futur.
Après chaque consommation lorsque je rentre chez moi, la culpabilité prend un dessus immense sur moi.
J'ai tout d'abord réduit mes sorties. Mais le peu de fois où je sors, que je sois avec des amis ou en troisième mi temps de rugby, je suis confronté à ce problème. Tout me monde en prend par chez moi.
Je n'arrive pas à dire non lorsque je décide de reste un peu à une soirée.
Par exemple ce soir je suis rentré à minuit chez moi, j'ai pris 3 traces et je suis au fond de la gamelle.
Certe avant les soirées c'était des grammes. Mais la pas bcp me fais le même effet une fois l'euphorie de soirée terminé.
Le fait que tout me monde touche à çà, il est difficile de pas être tente. Tout comme il est difficile de rester cloître chez sois.

Merci de m'avoir lu. Espérant me sortir de cet engrenage.

Fil suivant

11 réponses


Keyrolus - 07/04/2016 à 18h56

Salut,

Et bien pour moi c'est pareil, ici tous les gens ou presque je cotois en soirée, prenne de la coke, donc toujours tentée. Et aucune volonté à dire non, sans parler de l'alcool en plus et les clopes, bref un sacré mix. Je sors à peu 1 à 2 fois par semaine, et c'est jusqu'a 6h du mat, avec bien souvent la coke, trop souvent.
Le reste de la semaine je ne fume pas, je ne bois pas heureusement. Mais dès que je commence à boire, et bien les clopes suivent et bien souvent la coke.
Je fais des pauses de temps en temps, 1 mois sans sortie, je me sens vachement mieux, c'est clair. Mais y'a toujours la petite envie de l'ivresse qui revient, ensuite la coke suit.
Des fois je mets 2 jours à m'en remettre donc sur 1 semaine, suis pas bien au top top.
Je me demande si je devrais en parler au médecin pour une aide médicamenteuse, des fois j'y pense, mais bonjour la cataloguisation...
Cette vilaine volonté est encore bien loin pour moi...

Norak35 - 13/08/2016 à 11h23

Bonjour à vous' je souhaite absolument répondre au fil de cette discussion car votre message reflète exactement ce que je vis. Prise de cocaine massive ici cnez les garçons surtout, moi je suis une femme, mon compagnon et ses amis en consomment tous... Moi j'aimerai arreter mais je perd toute volonté une fois que j'en ai sous les yeux... C'est horrible d'être autant manipulé. Suis je dépendante réellement ? J'ai pourtant tres envie d'arrêter, mais l'envie est souvent la....

Je prend un cachet pour m'éviter de boire car lalcool me pose aussi des probleme. Ces cachets me permettent d'apprendre à dire non. Chose que je ne sais pas faire. Aucune goutte d'alcool sinon malade comme un chien, bref, j'espère deja reussir a ne plus jamais boire. Ensuite la cocaine, il faudrait egalement que je sache dire non.... Apprendre à regzrder les autres en prendre sans être jalouse.....

Je ne connais pas les solutions efficace et rapide pour arreter de prendre de la cocaine. Sans couper les ponts avec les personnes qui en consomment.

De quelle region etes vous ?

Bon courage

jergalus - 17/08/2016 à 19h24

Bonjour,

Si vous pensez avoir un probleme, c'est qu'il y en a un.
Et oui, s'éloigner des tentation, au moins le temps que l'accoutumance baisse, que tu reprenne confiance, ca me parait nécessaire.

Foutue volonté, tu l'a dit.

La dépendance c'et un sujet compliqué, personne ne réagit de la meme manière.
Je pense que, et je m'inclus la dedans, ne pas réussir a se controler pour ne pas consommer, notamment quand on sait qu'on est fragile, c'est une vraie défaillance psychologique. Quelque chose sur sur lequel il FAUT travailler.
Pas facile, surement ca va mettre du temps, mais encore une fois, on peut le faire.

La solution pour arreter elle est en nous, c'est en très grande partie cette foutue volonté.

Courage, faut y croire, prenez soin de vous.

June18 - 20/08/2016 à 12h56

Bonjour, je me reconnais dans vos écrits à tous. J'ai 18 ans et depuis 5/6 mois environ, je consomme de la cocaïne en soirée avec des amis. Je fume aussi du cannabis de temps en temps et la majorité du temps en groupe. C'est très rare que je fume seule. Bref, le cannabis ne me pose pas de problème particulier. C'est la coke qui me fait peur et pourtant j'aime ça ! Quand je tape, j'ai l'impression d'être moi-même, de ne plus avoir peur ect...

Enfin voilà avant les vac's tout allait bien. Semaine tranquille, malgré la descente désagréable, fatigue, angoisse ect... Donc semaine tranquille, et consommation seulement les weekends, tout était parfait. Mais avec les vacances on a enchainé les soirée à volo et la coke aussi évidemment ! Et entre chaque conso, je me sens mal, j'ai tellement envie d'en prendre et j'attends avec impatience la prochaine soirée.

Hors voilà, la reprise des cours approchent et j'ai peur. Peur de ne pas pouvoir m'en passer en semaine. Peur de ne pas réussir à attendre les weekend et donc les soirée. J'ai peur de commencer à consommer seule. Peur d'être déjà dépendante. Bref c'est pas la joie du coup...

J'ai décidé de finir les vacances en beauté avec soirée et coke puis à la rentrée j'arrête... enfin j'espère réussir à arrêter car dans un sens j'en ai pas envie mais je sais que c'est mieux pour moi comme ça. Je ne veux pas être dépendante ! En espérant que ça soit pas déjà le cas... Je tomberai bien bas si c'est ça... j'aurai l’impression que le ciel me tombe sur la tête parce que je me dirais c'est trop tard donc à quoi bon arrêter...

Voilà pour moi, je vous souhaite bon courage à tous en attendant vos réponses. En tout cas, c'est cool si on peut se soutenir comme ça.

Julie.

Moderateur - 31/08/2016 à 12h59

Bonjour Julie, bonjour aux autres,

La cocaïne : quel piège et quelle tentation !! Se sentir bien quand on en prend, avoir la fête "facile", puis se sentir fatigué et morose voire déprimé après, avec qu'une seule envie : en reprendre le plus tôt possible. Voici, grossièrement, le visage de la dépendance à cette drogue. Avec le temps les prises n'ont plus lieues que pendant les fêtes mais aussi seul(e) ou alors comme par hasard les occasions de faire la fête se multiplient. La fréquence augmente, les quantités aussi parce que le cerveau s'est habitué et qu'il réagit moins aux effets positifs de la cocaïne. Au fur et à mesure on finit par ne voir que des gens qui en prennent aussi. On laisse tomber les autres relations. On voudrait bien arrêter parfois mais, vous le dites tous, dès que l'occasion se présente la volonté disparaît. C'est tellement facile d'en prendre et difficile de supporter de ne pas en prendre !!

L'épuisement physique, l'épuisement psychique, la dépression, le gouffre financier sont malheureusement au bout du chemin si vous n'arrivez pas à arrêter, à passer à autre chose ou au moins à faire de très longues pauses. Pourtant, contrairement à ce que vous dites Julie, il n'est JAMAIS trop tard pour arrêter : vous pouvez arrêter bien avant d'arriver dans cet état ou vous pouvez arrêter une fois que vous serez au bout du rouleau. Même lorsqu'on est dépendant on peut arrêter mais c'est plus dur et a plus de conséquences négatives dans un premier temps.

Pour arrêter il n'y a pas vraiment de traitement de substitution mais il peut y avoir des aides médicamenteuses et, surtout, il y a des aides thérapeutiques pour apprendre à résister à la tentation, pour trouver des parades et se reconstruire un équilibre sans cette drogue. Les aides sont apportées par les "Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie" (CSAPA). C'est gratuit, bienveillant et confidentiel. L'accompagnement au long cours permet de construire véritablement son arrêt et sa vie sans cette drogue. Vous trouverez le CSAPA le plus proche en utilisant notre rubrique "Adresses utiles" : http://www.drogues-info-service.fr/Adresses-utiles

Cordialement,

le modérateur.

June18 - 07/09/2016 à 18h27

Répondre aux autres c'est facile, écrire sur sois c'est plus difficile. Je sais pas par quoi commencer. Allez je me “re”lance. Bonjour Monsieur le modérateur et merci pour ces infos.

Vous avez entièrement raison chez moi se sont les occas pour faire la fête qui sont arrivés en masse tout ça pour la cocaïne. N'empêche j'ai vraiment l'impression de faire n'importe quoi en continuant à aller à ses soirées, en continuant de consommer!

Heureusement que j'arrive à ne pas en prendre seule mais bon les cours ont à peine reprit et déjà je ne respecte rien ! A croire que la volonté est pas là.

J'ai regardé pour un centre et j'en ai bien un pas très loin de chez moi mais à peine je compose le numéro que je raccroche. Elle est où ma volonté dans tout ça. Disparue. J'essaye de me motiver pour pas aller à la soirée de ce weekend mais je vais flancher, je le sens. C'est vraiment ça, je fais n'importe quoi.

Moderateur - 08/09/2016 à 11h16

Bonjour June18,

C'est la caractéristique de la dépendance à la cocaïne : elle piège la volonté et nous enlève notre autonomie. Vous n'avez pas de souffrance physique qui vient vous montrer que vous êtes dépendante, tout se passe dans la tête et est au-delà de la volonté consciente. La prise de cocaïne modifie suffisamment les structures neuronales et la production de dopamine (un neurotransmetteur à l'origine des sensations de plaisir) pour donner le sentiment qu'il est nécessaire de consommer et supprimer toute velléité d'arrêter. En même temps elle n'empêche pas de se rendre compte que l'on fait n'importe quoi comme vous dites.

Continuez à faire le numéro du centre même si vous n'en n'avez pas envie. Prenez rendez-vous le jour où vous arriverez à ne pas raccrocher. C'est avec de l'aide que vous allez pouvoir vous en sortir. Si cela peut vous aider faites une liste à deux colonne : d'un côté les bonnes raisons que vous avez de continuer à prendre de la cocaïne, de l'autre les bonnes raisons que vous avez d'arrêter. Essayer de voir quelle colonne est la plus importante à vos yeux, à quelles "bonnes raisons" vous attachez le plus d'importance. C'est en objectivant tout cela que vous prendrez un peu plus de distance et trouverez de la force pour arrêter.

Pensez aussi à vos études, à votre avenir (qui sont des bonnes raisons de vouloir arrêter).

Cordialement,

le modérateur.

Cloclosacados - 07/09/2017 à 06h34

Bonjour, alors mon cas est désespéré jai ete cocaïnomane 2ans jai changé de ville pour arrêter ca a marché Mais depuis une séparation douloureuse reprise constante 3G toutes les semaines au moins
Je me renseigne Aussi auprès des associations car je veux plus être dans cette merde, Pareil tout a commencé en soirée durant un le côté festif puis un malheur arrive et on pense que c'est la solution pour gérer les situations être dans une bulle protégé par cette defonce
Là c'est tout autre chose jen ai tellement honte me defoncer la nuit alors que je suis chez ma mère
Je sais plus quoi faire
Je ne peux arrêter de taper par peur de la descente
Amicalement

Norak35 - 07/09/2017 à 10h24

Bonjour a tous, cela fait un an que j'ai écris ici, pour un problème de cocaine..... Malheureusement, on en prend encore moi et mon compagnon, j'ai une énorme envie d'arrêter tout ca, jamais je n'en achèterai sil n'en achèterai pas.... Je lui en veux du coup énormément, mais je l'aime et je sais qu'arrêter n'est pas facile malgré les dépenses, la fatigue et le manque d'hygiène de vie.... Quelle merde cette drogue vraiment.

Je vais appeler pour prendre un rendez vous en couple. Il faut qu'on apprenne ou quon nous apprenne a dire NON. Mon compagnon ne sait pas ne pas acheter.... Il a de très mauvaises habitudes. Il travaille comme un fou, et décompresse avec cette merde, le soucis c'est quil perd tout rythme de vie agréable car quand on en prend on se couche a pas d'heure... Vie de merde !!! Cela gâche tout entre nous. Ca nous gâche tout simplement notre vie....

Il a déjà vu des professionnels pour ca, prit des médicaments mais tout le monde en prend dans ses fréquentations.... On ne peut pas partir pour Ca...alors que faire ? Deja je vais prendre un rendez vous pour nous deux ensemble ! J'en ressens le besoin et moi je ne veux pas de cette vie... Ce n'est pzs possible, on passe trop a côté de bonnes choses et de choses réelles ... Les soirées c'est loin d'être la vraie vie...

Répondre au fil Retour