Actualites Actualites http://www.drogues-info-service.fr/Actualites Alerte sur une drogue : la PMMA Des comprimés « d’ecstasy » en circulation en Europe contenant de fortes doses de paraméthoxyméthamphétamine (PMMA) ont été signalés récemment par le système de veille belge Eurotox (1) et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). Plusieurs décès avec présence de PMMA ont eu lieu ces derniers mois au Royaume-Uni et en Belgique. Les comprimés identifiés ont une forme de pentagramme avec comme logo le « S » de Superman, mais d’autres formes de comprimés peuvent  aussi en contenir. La PMMA est une drogue relativement méconnue des usagers, notamment parce qu’elle est le plus souvent vendue sous le nom « d’ecstasy » et que les consommateurs s’attendent donc à prendre de la MDMA. La PMMA est d’ailleurs souvent mélangée à de la MDMA ou de la paraméthoxyamphétamine (PMA) (2). Plusieurs facteurs rendent cette drogue dangereuse :
  • Les doses létales (mortelles) peuvent être facilement atteintes ;
  • ... ]]> Le protoxyde d'azote "sous les projecteurs" Le protoxyde d'azote, qu'est-ce que c'est ? Depuis quelques semaines, il fait l'objet d'articles sur internet et Drogues info service fournit explications et précisions aux journalistes en quête d'informations. Plus connu sous le nom de "gaz hilarant", il est aspiré (souvent dans un ballon de baudruche), provoque un état euphorique, des fous rires et modifie la perception pendant quelques secondes. Mais quels sont ses effets sur l'organisme ? Les risques ? Comment les réduire ? > Lisez notre fiche consacrée au protoxyde d'azote ]]> "Intervenir-addictions.fr", un site internet dédié aux professionnels www.intervenir-addictions.fr. Destiné aux professionnels de santé de la ville, de l’hôpital, du monde du travail, aux intervenants en milieu scolaire, ou encore aux étudiants en médecine ou en école d’infirmier, ce site permet de compléter ses connaissances pour mieux > aborder la question des addictions avec les patients > repérer un usage problématique de substance psychoactive > intervenir et orienter la personne en fonction de sa situation et de ses besoins Repérer, intervenir et orienter : les trois axes proposés sont déclinés en trois rubriques didactiques et fournies. Dans "Les outils et supports", les professionnels trouveront également une documentation abondante, classée par types d'outils, secteurs d'intervention, métiers et produits. Enfin, en cliquant sur le lien "Annuaire Adalis", ils auront... ]]> Sept familles de cannabinoïdes de synthèse classées comme stupéfiants arrêté ministériel du 19 mai 2015 paru au Journal Officiel le 27 mai 2015. Le classement porte sur les cannabinoïdes appartenant aux Naphtoylindoles, Naphthylméhylindoles, Naphtoylpyrroles, Naphtylidèneindènes, Phénylacétylindoles et Cyclohexxylphénols. Derrière ces noms se cachent plusieurs dizaines de substances spécifiques, dont l’arrêté du 19 mai dresse une liste non exhaustive. Cette décision intervient après une évaluation de ces substances par la Commission des stupéfiants et psychotropes de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui a mis en évidence leur dangerosité potentielle ainsi que le risque d’abus et de dépendance attaché à certains de ces cannabinoïdes. Vendus jusqu’à présent en tant que « drogues légales », l’usage de ces cannabinoïdes de synthèse devient passible d’un an de prison... ]]> Drogues info service s'affiche Drogues info service a désormais une nouvelle identité graphique et de nouveaux supports de communication pour lui permettre de faire connaître ses activités. Déclinés sous forme d’affiches de différentes tailles et de petites cartes au format « carte de visite », tous ces documents peuvent être commandés gratuitement depuis la page www.drogues-info-service.fr/documents/commande par les professionnels souhaitant les diffuser. Ce nouveau matériel fera aussi l'objet d'un vaste plan de diffusion auprès des professionnels de la santé, du social et de l'éducation qui les recevront d'ici la mi-juin. Articles en lien : Rapports d'Observation (activités des années passées d'Addictions drogues alcool info service) Bienvenue sur le nouveau site Drogues info service (présentation du site) ]]> Un reportage sur la réduction des risques au plus près des usagers de drogues reportage réalisé auprès d’équipes  parisiennes qui aident les usagers de drogues à réduire les risques liés à leur consommation et à améliorer leur qualité de vie. L’équipe de l’association Gaïa et celle de Médecin du monde ont ouvert à cette occasion les portes de leurs locaux et de leurs antennes mobiles où elles proposent aux usagers différents services (distribution gratuite de seringues et de matériel de réduction des risques, consultation médicale et service mobile de dépistage du sida et des hépatites, partage de connaissances entre l’usager et le professionnel sur les risques liés à l’injection, dispensation de méthadone). Le reportage montre des équipes qui se déplacent sur les lieux fréquentés par les consommateurs de drogues en situation de précarité. Elles travaillent sans jugement, dans la proximité avec ces publics. En face, plusieurs usagers, en confiance... ]]> Les mécanismes des addictions Plaisir et addiction [VOIR LA VIDEO] Dans cette vidéo, le professeur de physiologie Mickaël Naassila explique pourquoi les adolescents boivent facilement plus d’alcool que les adultes mais aussi comment les drogues agissent sur  le cerveau. L’addiction change le mode de fonctionnement du cerveau. Il donne aussi des pistes sur ce qui pourrait permettre de « changer le circuit » et s’en sortir. Au tableau Jean Pol Tassin ! L'addiction [VOIR LA VIDEO] Dans cette vidéo, le professeur Jean-Pol Tassin explique l’addiction vue par un... ]]> Les effets de la consommation de cannabis pendant l'adolescence
  • Le rapport complet (version en français).
Articles en lien : La fiche cannabis du Dico des drogues Le cannabis altère-t-il les capacités d'apprentissage et de motivation ? Est-il possible d'arrêter seul le cannabis ? ]]>
Drogues et canicule Bon usage des médicaments en cas de vague de chaleur » qui apporte quelques indications sur les effets de certaines substances. D’une manière générale, les produits dont les effets secondaires entraînent des troubles de l’hydratation, altèrent les fonctions rénales, perturbent la régulation de la température du corps ou encore qui induisent naturellement une hyperthermie sont celles qu’il faut surveiller en situation de canicule. De ces éléments, nous pouvons faire le lien avec l’usage de certaines drogues. Par exemple, la régulation de la température du corps est affectée par les... ]]> Baromètre santé 2014 : une consommation de cannabis en hausse, surtout chez les jeunes adultes Augmentation de la consommation de cannabis et de stimulants chez les jeunes L’Enquête sur la Santé et les Consommations lors de l’Appel à la Préparation A la Défense (ESCAPAD) de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) permet tous les 3 ans d’obtenir une photographie de la consommation de produits psychoactifs par les jeunes de 17 ans. Les résultats de l’enquête de 2014 viennent d’être publiés. Le fait marquant de l’enquête ESCAPAD : entre 2011 et 2014, la consommation de cannabis est repartie à la hausse. En 2014, près d’un garçon sur deux (49,5%) et près d’une fille sur deux (45,8%) ont expérimenté le cannabis au moins une fois dans leur vie alors qu’en 2011 l’expérimentation concernait 44% des garçons et 38,9% des filles. L’usage régulier concerne 9,2% des adolescents de 17 ans en 2014 contre 7,3% en 2011 et surtout les garçons (12,5% ont une consommation régulière contre 5,8% des filles). L’expérimentation de cocaïne, d’amphétamines et de MDMA/ecstasy augmente aussi... ]]> Des cannabinoïdes de synthèse plus dangereux que le cannabis Des produits beaucoup plus puissants que le cannabis Les cannabinoïdes de synthèse forment un groupe de substances qui portent ce nom parce qu’ils ciblent les mêmes récepteurs que le THC, le principal principe actif du cannabis. Ils ne contiennent pas eux-mêmes de THC et ne sont en aucun cas du cannabis. Cependant, la plupart d’entre eux se fixent plus fortement que le THC sur les récepteurs cibles. D’après certaines... ]]> Augmentation de la pureté de l'héroïne : la vigilance est de mise Dans un tel contexte, la vigilance est de mise ! Nous vous recommandons de ne jamais consommer seul votre héroïne, ce qui permet à un proche d’alerter les secours en cas d’overdose (15 le SAMU). En présence d’un nouvel achat, testez-le avec prudence : utilisez une faible dose d’abord et préférez un autre mode de consommation que l’injection. Evitez autant que possible de consommer d’autres produits en même temps et notamment ceux qui pourraient favoriser la dépression respiratoire et le coma : les autres opiacés (méthadone, codéine, tramadol…), l’alcool, les benzodiazépines, la kétamine, le GHB-GBL et les anti-histaminiques. Des conseils pour les proches En présence d’une personne qui fait une overdose,... ]]> Deux salles de consommation à moindre risque autorisées à titre expérimental Participez à l'enquête européenne en ligne sur les drogues Sept pays européens dont la France lancent une grande enquête européenne en ligne sur la consommation de drogues. Les consommateurs de cannabis, ecstasy/MDMA, cocaïne et amphétamines (y compris méthamphétamine) de plus de 18 ans sont invités à y participer. Cette étude est anonyme. La compléter nécessite entre 10 et 15 minutes. Elle vise à connaître les quantités et les fréquences d’utilisation des différentes drogues illicites ainsi que les sources d’approvisionnement des usagers. Les résultats seront publiés courant 2017. En France, cette initiative est pilotée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en partenariat avec l’Observatoire européen des drogues situé à Lisbonne. Six autres pays (la Croatie, la République tchèque, la Lettonie, les Pays-Bas, la Suisse et le Royaume-Uni) proposent le même  questionnaire. Je participe   Article en lien : En savoir plus sur ]]> Drogues en Europe : l'OEDT révèle les tendances 2016 Le succès de la MDMA, les nouveaux usages des stimulants, la domination du cannabis, l’expansion des nouveaux produits de synthèse ou encore l’augmentation des surdoses d’opiacés : dans son nouveau rapport sur les drogues, l’OEDT décrypte ce qui se passe en Europe sur le front des drogues. L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) vient de publier son 21e rapport européen sur les drogues. Plusieurs tendances se dégagent. La résurgence de la MDMA se confirme La consommation de MDMA (ecstasy) est en hausse en Europe. Elle concerne de plus en plus de jeunes fréquentant les lieux festifs traditionnels tels les bars ou les fêtes à domicile. Les teneurs en principe actif ont augmenté, rendant cette drogue plus dangereuse. Le nombre d’accidents de consommation et d’alertes sanitaires s’est multiplié. Des usages de stimulants à surveiller La cocaïne est globalement la drogue stimulante la plus utilisée en Europe même si les pays... ]]> Vidéo : "Clap ! sur les Addictions - le cannabis" Articles en lien : > Le cannabis altère-t-il les capacités d’apprentissage et la motivation ?   > Peut-on faire un bad trip avec du cannabis ? ]]> ASUD ouvre une plateforme "Drogues et hépatite C" Sur son site internet, l’association Auto-Support des Usagers de Drogues (ASUD) vient de lancer une rubrique « Drogues & Hépatite C ». A travers 9 fiches pratiques, les internautes pourront connaître la maladie, s’informer sur le dépistage, acquérir les gestes pour prévenir la transmission du virus et comprendre comment se soigner. Ces outils à la fois complets et accessibles permettront à chacun, quel que soit son degré d’implication, de trouver des informations qui le concernent directement. Les personnes intéressées pourront également échanger sur ces sujets à l’aide de forums consacrés à la maladie et aux traitements. Articles en lien : La réduction des risques ]]> "Addict'Aide", un nouveau site internet dédié aux addictions Addict’Aide, le village des addictions ». A partir d’une page d’accueil graphique représentant un village, les internautes peuvent explorer 11 « maisons » thématiques qui leur permettent de découvrir des contenus proposés via différents partenaires. Des maisons par « publics » sont présentées : la maison des usagers, celle des familles ou encore celle des jeunes. Des maisons pour les institutions et les professionnels également : la maison des professionnels de santé, celle des pouvoirs publics, celle de la recherche ou encore celle de la presse. L’information, la prévention et le repérage des problèmes d’addiction ainsi que les questions de santé au travail ne sont pas oubliés. D’autres rubriques sont proposées en plus des « maisons ». Le menu « Les addictions » déroule des entrées par produit ou type d’addiction, « les ressources » permet de trouver... ]]> Une campagne de l'ONU : "Ecoutez les enfants d'abord !" Dans un document à l’attention des décideurs politiques, l’organisme international souligne que la bienveillance aide les enfants et les jeunes à s’épanouir. Il invite les décideurs à mettre en place des programmes de « compétences parentales » qui ont prouvé leur efficacité chez les jeunes en matière de réduction des usages détournés des médicaments sur ordonnance. D’autres programmes, aidant les enseignants... ]]> Création de Santé publique France Depuis le 1er mai, l’ensemble des services du Groupement d’intérêt public Addictions drogues alcool info service (Adalis) sont repris par la nouvelle Agence nationale de santé publique, Santé publique France. Les services d’aide à distance (ligne téléphonique et site internet) de Drogues info service sont intégrés à la nouvelle agence et poursuivent leurs missions d’information et d’aide en direction des publics. Découvrez l’ensemble des missions de Santé publique France sur son site internet : www.santepubliquefrance.fr Lire le communiqué de presse ]]> Bienvenue sur le nouveau site de Drogues info service Bienvenue sur notre nouveau site ! Découvrez nos espaces interactifs : forums, "Vos questions / nos réponses", témoignages, chat... et aussi de nombreuses informations dans nos pages, notre "Dico des drogues" nouvelle version, ainsi que la rubrique "A lire à voir" où vous trouverez des idées de lectures et de films à regarder si vous souhaitez vous documenter. Bonne navigation ! Pour toute remarque concernant ce site, merci d'utiliser le formulaire de contact ; nous vous répondrons au plus vite.  ]]> Où trouver des seringues neuves et du matériel stérile ? A l’occasion de la journée mondiale du sida, Drogues info service facilite l’accès aux lieux qui délivrent des seringues neuves et du matériel stérile. Trouvez près de chez vous les équipes qui délivrent du matériel, de l’information et des conseils sans condition de démarche de soin. Ces lieux peuvent être fixes comme les CAARUD (Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques liés à l’usage de drogue) ou mobiles comme les antennes mobiles d’échange de seringues. Pour trouver un lieu fixe ou mobile d'accueil, entrez une ville ou votre département : Repérez en un clic les automates d’échange de seringue et bornes délivrant des seringues neuves en échange d’un jeton ou d’une seringue usagée. Pour trouver un automate d'échange ou de délivrance de seringues, entrez une ville ou votre département : ]]> De nouvelles substances dans la liste des stupéfiants arrêté paru au journal officiel le 9 novembre 2016, L’acétylfentanyl, le MT-45 et 4,4’-DMAR ont été classés comme des stupéfiants. L’acétylfentanyl est un opioïde synthétique le plus souvent présenté sous forme de poudre ou de comprimé. En Europe, 40 cas d’intoxication impliquant notamment de l’acétylfentanyl ont été rapportés à l’Observatoire européen des drogues et de la toxicomanie (EMCDDA en anglais) dont 32 décès. Le MT-45 est une substance analgésique de la famille des pipérazines et dont l’action semble en partie comparable à celle de la morphine. Il a été le plus souvent retrouvé sous forme de poudre blanche et parfois il a pu être mélangé à de l’héroïne brune. En Europe, MT-45 a été associé à 34 intoxications dont 21 mortelles, toutes en Suède. Le 4,4’-DMAR est un stimulant de synthèse qui a été associé en Europe à 31 décès, seul ou en association avec d’autres drogues.... ]]> Webdoc : la réduction des risques à l'honneur A consommer avec modération ? » est constitué de plusieurs chapitres qui interrogent aussi bien le rapport de la société avec les drogues, les raisons et principes de la réduction des risques, les salles de consommation à moindre risque, la notion de drogue, les recours des usagers pour être aidés, l’addiction et ses mécanismes et d’autres encore. Pour chaque chapitre des spécialistes sont interviewés, des usagers de drogues témoignent, des capsules vidéos et des liens pour en savoir plus sont proposés. Un excellent support pour comprendre les usages de drogue dans notre société et la réduction des risques. ]]> Dépistage routier des stupéfiants : l'analyse salivaire remplace l'analyse de sang Les conducteurs gardent la possibilité de demander un prélèvement sanguin. Rappel de la procédure de dépistage Sur le bord de la route le dépistage immédiat ne change pas. Les forces de police font un dépistage par l’urine ou la salive. Si le dépistage est négatif rien ne se passe. S’il est positif c’est là qu’intervient le changement. En cas de résultat positif les policiers ou les gendarmes procèdent désormais à un prélèvement salivaire et non plus à un prélèvement sanguin. C’est ce prélèvement salivaire qui sera analysé en laboratoire et qui permettra de confirmer ou non le résultat du premier dépistage. Les forces de police sont cependant tenues... ]]> Meilleurs vœux pour 2017 ! ]]> Un spray anti-overdose à disposition des usagers de drogues Les usagers de drogues prenant des opiacés (héroïne, méthadone…) vont pouvoir se procurer un spray nasal à base de naloxone. Le spray Nalscue® est à utiliser dès les premiers signes d’overdose et en attendant les premiers secours. Une overdose d’opiacés peut être mortelle si rien n’est fait à temps. Le surdosage se reconnaît par une respiration anormalement lente, l’engourdissement puis l’endormissement de l’usager, une extrême pâleur et le bleuissement des lèvres et des extrémités (mains, pieds). L’utilisation rapide du spray à base de naloxone permet de contrecarrer les premiers effets de l’overdose. Il reste indispensable d’appeler immédiatement les secours (15 ou 112) et de garder la personne sous surveillance en attendant leur arrivée. Le spray Nalscue®, pourra être prescrit par les médecins de certains Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) ou des services hospitaliers d’addictologie. Tout usager d’opiacé présentant un risque d’overdose pourra se voir prescrire... ]]> Les consommations de drogues en Outre-Mer sont moins importantes qu'en Métropole Des consommations moins importantes pour toutes les drogues La consommation de tabac, d’alcool et de  drogues illicites est moins importante dans les Départements d’outre-mer (DOM) chez les adolescents et chez les adultes que dans les départements de l’hexagone. Il existe cependant quelques différences notables entre les DOM et quelques exceptions. La consommation régulière de cannabis à la Réunion, la Guyane et à la Martinique est comparable à celle de la métropole chez les hommes, tandis qu’elle est faible en Guadeloupe. Dans les Consultations jeunes consommateurs (CJC) de la Réunion, le cannabis n’en reste pas moins le premier motif de consultation. Dans les DOM, les niveaux d’ivresse et d’alcoolisation régulière sont tous inférieurs à ceux de la métropole. La... ]]> MAAD digital : l'information scientifique sur les addictions pour les 13-19 ans Cannabis et bad trip". Il décrypte également des sujets plus scientifiques telles que la compréhension des addictions ou la contribution de la recherche sur le cannabis aux neurosciences. Il propose aussi des sélections de vidéos scientifiques et ludiques, un quiz sur les drogues et une section « court-circuit » qui permet par exemple de réaliser des exposés sur des thèmes liés aux addictions. Un espace est également prévu pour les enseignants, qui leur... ]]> Qu'importe son nom, c'est du cannabis ! Vos Questions/Nos Réponses". Articles en lien : Fiche cannabis du Dico des drogues Questions les plus fréquentes sur le cannabis   ]]> Ouverture de la première salle de consommation à moindre risque Des objectifs bien définis Elle est destinée à recevoir des usagers de drogues pratiquant l’injection, dans l’objectif de :
  • leur offrir un espace sanitaire protégé afin de contribuer à réduire les risques de décès, de maladies et d’infections
  • permettre aux usagers en situation de précarité d’entrer en contact avec des professionnels
  • contribuer à améliorer le cadre de vie des riverains en réduisant l’usage de drogues et la présence de seringues dans les espaces publics
 Un parcours organisé Disposant d’une entrée distincte de l’hôpital, elle ouvre 7 jours/7, de 13h30 à 20h30. Dans la cour, les usagers peuvent récupérer du matériel stérile d’injection, dans le cadre du programme d’échange de seringues.... ]]>
Les consommations régulières de cannabis chez les lycéens sont stables Moins d’expérimentation et d’usages occasionnels Entre 2011 et 2015, le nombre de lycéens ayant essayé au moins une fois le cannabis a diminué, passant de 48,6 à 44%. Les usages occasionnels, mesurés par l’usage dans l’année et l’usage dans le mois, diminuent également : de 40,5 à 35,9% pour l’usage dans l’année, de 26,9 à 22,6% pour l’usage dans le mois. Les « années lycées » sont propices à l’expérimentation Les chiffres précédents ne doivent pas masquer que c’est au lycée que l’expérimentation du cannabis fait un bond, passant de 34,8% en seconde à 54% à la fin... ]]> Fumer des drogues augmente les risques de cancers respiratoires Toute combustion libère des substances cancérigènes Les drogues ne font pas exception. Fumer du cannabis expose à des fumées nocives et peut être à l’origine de cancers de l’appareil respiratoire. Et ce, même si le cannabis consommé ne présente pas de risques avérés de cancer.
Éviter de fumer pour réduire les risques
Compte tenu de la toxicité de la fumée pour l’appareil respiratoire du fumeur, s’il vous est impossible de vous abstenir de consommer, privilégiez d’autres modes de consommation. Ainsi, vaporiser le cannabis est moins dangereux que le fumer. En effet, l’usager inhale de la vapeur d’eau contenant du THC et non de la fumée produit d’une combustion. La température de la vapeur inhalée, plus basse que celle de la fumée, la rend également moins agressive pour l’organisme de... ]]>
Une plongée dans le milieu des toxicomanes précaires Le site belge « l’avenir.net » vient de publier un webdocumentaire qui nous plonge dans le monde des toxicomanes désocialisés de Charleroi, en Wallonie. "Ici, même les murs ont le sida" dresse un tableau très sombre des conditions de vie d’usagers qui oscillent entre invisibilité et stigmatisation. Un monde de survie, rythmé par la nécessité de se procurer la prochaine dose. Un monde cependant dont on peut, parfois, se sortir. Ce documentaire est issu de l’expérience de terrain d’un psychologue et d’un travailleur social qui ont publié un livre sur le sujet, « 24 heures héro » [1]. En creux se dessine la misère et l’abandon de quartiers qui subissent de plein fouet la crise économique. Une situation que l’on retrouve dans de nombreuses autres villes, aussi bien belges que françaises.  A lire et regarder : Ici, même les murs ont le sida [1] Dylewski P. Essiaf S. 24 heure... ]]> C'est parti pour l'enquête "Baromètre santé 2017" bs2017.fr, permet de s’informer sur l’enquête et de vérifier si l’on fait partie des personnes tirées au sort pour répondre à l’enquête. Source : Baromètre santé 2017 : une enquête pour connaître les attitudes et comportements des Français en matière de santé ]]> Attention, de la cocaïne coupée par de la scopolamine circule actuellement en France Les signes inquiétants Les premiers signes d'intoxication aiguë sont : sécheresse des muqueuses, dilatation des pupilles, trouble de l'accommodation (pour voir net à certaines distances), nausées, vomissements, tachycardie, hypertension artérielle. A plus forte dose : agitation, confusion, hallucinations, état délirant, convulsions, hyperthermie et dépression respiratoire pouvant entrainer le décès. Les effets peuvent durer plus de 24 heures. Les précautions à prendre Si vous êtes consommateur de cocaïne, pensez à prendre en compte ces conseils de réduction des risques... ]]> A écouter : "Comment repérer et traiter les addictions au travail ?" la page web de la radio. Articles en lien : Comment aider un proche ? Comment savoir si j'ai un problème ? ]]> Prévention : l'Inpes réactualise ses supports de prévention sur le cannabis Retrouvez et téléchargez ces brochures sur le site de l’Inpes : Affiche « Ce que le haschisch te donne d’un côté, il te le retire de l’autre » Brochure « Cannabis ce qu’il faut savoir » Brochure « Cannabis : les risques expliqués aux parents » Guide d’aide à l’arrêt du cannabis ]]> Dépistage routier des stupéfiants : les nouveautés de la loi de santé L’analyse de la salive simplifie la procédure Jusqu’à présent, si le dépistage des stupéfiants sur le bord de la route était positif, il devait être confirmé par une analyse sanguine. Bientôt, si le résultat est positif, les forces de police pourront procéder à un second prélèvement de salive qu’ils enverront dans un laboratoire d’analyses toxicologiques. L’analyse précise de la salive permettra de déterminer s’il y a des traces de stupéfiants ou non. Si des traces de stupéfiants sont retrouvées, le conducteur sera poursuivi pour « conduite en ayant fait usage de stupéfiants » et encourra deux ans de prison, 4 500 euros d’amende, la perte de 6 points sur son... ]]> Un documentaire scientifique très riche sur le cannabis L’esprit sorcier », sous-titré « le site de la science et de la découverte », consacre un dossier interactif au cannabis. Au travers de nombreuses vidéos sont abordés les effets du cannabis sur le cerveau, la dépendance au cannabis, l’histoire de cette drogue, le statut légal du cannabis à travers le monde. Réalisé en partenariat avec des spécialistes des addictions et de la législation sur les drogues, ce documentaire au format web permet à l’internaute de faire rapidement « le tour » de ces questions pointues tout en restant accessible. A voir : « Cannabis, quand ses pieds montent à la tête » Articles en lien : Les questions les plus fréquentes sur le cannabis  La fiche cannabis du Dico des drogues ]]> Alerte : circulation d'un mélange cocaïne- scopolamine en Seine-Saint-Denis ! L’ARS suspecte le 08/07/2016 une série d'intoxications par un mélange cocaïne scopolamine. 5 personnes ont été hospitalisées entre le 6 et le 7 juillet au CH Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois : 4 prises en charge aux urgences et 1 en réanimation. Cette association est inhabituelle  et peut être à l’origine d’effets graves chez les utilisateurs (notamment tachycardie, agitation, confusion, hallucinations pouvant aller jusqu'au délire et dépression respiratoire). Il n'est pas possible d'identifier visuellement le mélange qui a un aspect banal de poudre blanche. Articles en lien Fiche Cocaïne du Dico des drogues ]]> Les demandes d'aide des usagers de cannabis augmentent fortement un bilan de la fréquentation de ces centres et consultations en 2014 et depuis 2007. Ces données révèlent une forte augmentation du nombre de personnes prises en charge pour le cannabis. Le cannabis est le deuxième motif de recours aux CSAPAS après l’alcool Le nombre de personnes demandant de l’aide pour leur consommation de cannabis a augmenté de 40% entre 2010 et 2014. Ainsi, en 2014, 56 000 personnes venaient principalement pour le cannabis contre 40 000 en 2010.  C’est désormais le deuxième motif de recours aux CSAPA, après l’alcool. Des trentenaires de plus en... ]]> Une application Techno+ pour s'informer et réduire les risques Alerte : poudre d'héroïne suspectée d'être fortement dosée en Ile-de-France Recommandations pour les usagers Plus que jamais, il est recommandé aux usagers de ne pas consommer leur héroïne seuls. Face à une nouvelle poudre, il est conseillé de commencer par de très faibles doses pour tester le produit. Si possible le « sniff » doit être préféré à l’injection. Les mélanges avec d’autres drogues ou avec des médicaments sont vivement déconseillés : alcool, benzodiazépines, tout opiacé y compris les traitements de substitution. En cas de malaise ou de suspicion d’overdose,... ]]> A réécouter : une émission de radio consacrée aux addictions A réécouter sur la page web de l'émission ]]> Cannabis : ne le laissez pas à la portée des enfants ! Classement comme stupéfiants d'une famille de substances hallucinogènes l’arrêté sur le site Legifrance. A lire sur les NBOMe : Classification « générique » des NBOMe sur la liste des stupéfiants et psychotropes en France   Articles en lien : Les drogues interdites ]]> Vidéo : les principaux faits sur les drogues en Europe
  • La prédominance du cannabis en Europe
  • Les coûts de santé importants dus à l’héroïne et à l’injection
  • La grande quantité des stimulants disponibles (cocaïne, MDMA et nouvelles drogues de synthèse)
  • Ces illustrations animées abordent les aspects épidémiologiques, sanitaires, répressifs et les données connues sur le trafic de ces substances. Découvrez la vidéo en français. Articles en lien : European Drug Report 2015 (en anglais, site de l'OEDT) ]]>
    Problèmes de drogue au travail : des témoignages à écouter sur le site de France Culture Articles en lien : Arrêter, comment faire ? Personne ne sait, je n'ose pas en parler ]]> Les usages de drogue au travail : reconnus mais peu visibles cannabis qui arrive en tête : 10%... ]]> Usage de drogues et traitement contre le Sida L’assimilation par l’organisme de certaines drogues peut être perturbée par la prise de traitements contre le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). En effet, la transformation par le foie de certains traitements anti-VIH entre en concurrence avec la dégradation de plusieurs drogues. Cela peut avoir des conséquences graves. Dans un article récent, le site VIH.org fait le point sur les interactions possibles entre certains traitements anti-VIH et l’usage de drogues. Deux compléments des antirétroviraux paraissent particulièrement problématiques : la ritonavir (NORVIR®) et cobicistat (Tybost®). Ainsi, la dégradation de ritonavir et de cobicistat par le foie aurait pour principale conséquence d’augmenter la concentration et la durée de vie dans l’organisme de la métamphétamine (crystal), de la MDMA (ecstasy), de la méphédrone et de la kétamine. Il en va de même avec les médicaments contre les troubles érectiles (Viagra®, Cialis®, Levitra®) et les benzodiazépines. Des décès avec des niveaux anormaux de Crystal meth... ]]> Le coût des drogues illicites pour la société française Le Coût Social des Drogues en France », réalisé par Pierre Kopp. D’après cette étude, le « coût social » annuel des drogues illicites est de 8,7 milliards d’euros. 67,6% du « coût social » des drogues illicites est dû aux pertes en vies humaines (estimées à environ 1600 morts par an), aux coûts de perte de qualité de vie et aux pertes de production dues aux drogues. Le coût des drogues illicites pour les finances publiques s’élève à 2,4 milliards par an. En effet, par définition, les drogues illicites ne rapportent pas d’argent à l’État si ce n’est indirectement, par les économies de retraites engendrées par les décès prématurés et qui sont estimées à 24,6 millions d’euros. La dépense de la collectivité pour les drogues illicites se répartit donc entre le coût des soins (1,4... ]]> L'addiction aux jeux sous-estimée chez les usagers de drogues Une étude menée dans le Bas-Rhin sur 466 usagers de drogues suivis par un Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) montre qu’ils jouent bien plus que la population générale aux jeux d’argent et de hasard. Pourtant ceux-ci demandent peu d’aide pour le jeu. Au Csapa « Le Cap » dans le Haut-Rhin, 60,9% des usagers de drogues jouaient aux jeux d’argent et de hasard en 2013. C’est 1,3 fois plus qu’en population générale. Surtout, ils sont 3,6 fois plus nombreux à être des joueurs à problème et 6 fois plus nombreux à être des joueurs excessifs. Cependant seules 4 personnes sur 466 avaient demandé au préalable de l’aide pour le jeu. Il est possible que le problème de drogue supplante le problème de jeu dans l’esprit des usagers. Pourtant l’étude montre que les usagers « joueurs à risque » consomment aussi plus de drogues que les usagers non-joueurs ou sans... ]]> Cannabis : deux tests pour évaluer sa consommation Addict AIDE a récemment mis à disposition des usagers de cannabis deux tests pour évaluer leur consommation. Les tests ALAC et CAST, centrés sur les habitudes de consommation et les expériences sous cannabis, aident à repérer une éventuelle consommation problématique. A l’issue de ces tests une évaluation de la consommation est restituée, des ressources sont proposées ainsi que des pistes d’orientation. Un troisième test pour mesurer la gravité de l’addiction quelle que soit son origine est également disponible sur le site Les résultats des tests permettent de se situer mais ils peuvent aussi susciter des questions, des angoisses, l’envie d’en savoir plus. Drogues info service est à la disposition de tous pour en parler, s’informer, obtenir une orientation : 0 800 23 13 13 tous les jours entre 8h et 2h (gratuit et confidentiel). Pour en savoir plus : Addict’Aide... ]]> La liste des cannabinoïdes de synthèse interdits en France s'élargit arrêté du 31 mars, de nouveaux cannabinoïdes de synthèse viennent d’être inscrits sur la liste des stupéfiants. Un communiqué de presse de l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) rappelle que les cannabinoïdes de synthèse présentent des risques graves pour la santé et un risque d’abus et de dépendance. 12 familles chimiques et 10 nouvelles substances appartenant au groupe des cannabinoïdes de synthèse sont désormais interdites. Jusqu’à présent seules 7 familles étaient interdites, il s’agit donc d’un élargissement important de la liste des substances interdites. Articles en lien : Cannabis de synthèse (Dico des drogues) Les drogues interdites L’usage de stupéfiants Le trafic de stupéfiants ]]> Les CJC, qu'est-ce que c'est ? la page dédiée aux CJC ou appelez au 0800 23 13 13, 7j/7 de 8h... ]]> La campagne sur les CJC Alcool, cannabis, cocaïne, ecstasy, jeux vidéo, tabac… La consommation de votre enfant vous inquiète, il est devenu difficile d’aborder le sujet sans que cela tourne au conflit ? Il existe un lieu pour en parler et faire le point afin d’éviter qu’une consommation évolue en addiction, ce sont les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC). Pour les faire connaître, la Mildeca, le Ministère chargé des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes ainsi que l’Inpes lancent une campagne de communication. Ces spots mettent en scène les visions caricaturales et fantasmées induites par des conduites potentiellement addictives, et montrent comment les CJC peuvent être un lieu de retour au dialogue entre l’adolescent et ses parents. Animées par des professionnels des addictions et de l’adolescence, les CJC accueillent les jeunes et/ou les parents pour évaluer la situation et proposer si besoin un suivi personnalisé. Il... ]]> Etudiants : répondez à un questionnaire sur vos conditions de vie et vos consommations Un questionnaire d’auto-évaluation en ligne est proposé à tous les étudiants français majeurs. Anonyme et sécurisé, il vous faut moins de 15 minutes pour répondre aux différentes questions. Les questions portent sur vos conditions de vie et votre état de santé, sur votre recours aux médicaments et vos consommations de produits psychoactifs. Ce questionnaire entre dans le cadre d’une recherche menée par le Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance – Addictovigilance (CEIP-A) des régions Ile-de-France – Centre Val de Loire. Il fera l’objet d’un rapport final et de communications scientifiques. Les résultats seront disponibles fin 2018 et vous pourrez les consulter sur le site du CEIP-A : http://addictovigilance.aphp.fr Merci, par votre réponse à ce questionnaire, d’aider la recherche à avancer ! Questionnaire « Santé et conditions de vie des étudiants » ]]> Que sait-on des drogues collectées par SINTES en 2016 ?  72% de ceux-ci contenaient le produit que l’usager pensait avoir acheté. Dans 4% des cas la substance recherchée était associée à une autre. Dans 16% il s’agissait d’une autre substance et enfin dans 8% des cas, le produit ne contenait aucune trace de substance psychoactive.
    Les produits classiques sont les plus collectés
    ... ]]>
    Participez à l'évaluation d'une nouvelle aide à l'arrêt du tabac étude nationale peut vous aider face à votre consommation. ]]> La prévention des overdoses en France rapport sur les drogues 2017, une hausse des décès par surdose, liée principalement à la prise d’opiacés. Ne consommez pas seul En cas de surdose, la présence de tiers peut sauver. Les proches peuvent repérer les premiers signes d’overdose, alerter les services d’urgence (112) et prodiguer les gestes de premiers secours. Les services d’urgence sont soumis au secret médical. Un spray qui sauve Les usagers d’opiacés peuvent se voir prescrire un spray à  base de naloxone, antidote de l’overdose d’opiacés (héroïne, morphine…). Ce spray nasal est à utiliser dès les premiers signes en attendant les secours. Le spray est disponible dans les CSAPA (Centres de soin,... ]]> Usages de drogues : la parole est aux femmes fil de discussion pour les femmes dans les forums pour les consommateurs. Les forums de Drogues info service offrent un espace de dialogue facile d’accès et anonyme. La création de ce fil de discussion est une invitation à franchir le pas pour toutes celles qui hésitent à en parler. Dans un monde où les hommes sont surreprésentés, les femmes dépendantes des drogues rencontrent bien des difficultés pour accéder aux soins. Victimes de stigmatisation, elles doivent affronter des difficultés psychiques, économiques et sociales que la honte ou la culpabilité aggravent. Il reste la difficulté à en parler, renforcée lorsqu'on est enceinte. La honte de cette foutue étiquette de droguée, toxico, dépravée ; de ne pas être une bonne mère... Les besoins spécifiques des femmes doivent trouver des réponses adaptées. Le fil... ]]> Vidéo : comment réagir à la consommation de drogue de son ado ? A l’occasion de la Journée mondiale des Parents le 2 juin, Drogues info service propose une vidéo pour aider les parents.   Comment aborder le sujet ? Comment maintenir le lien dans ce contexte difficile ? Comment surmonter ses propres angoisses ? Articles en lien : Comment parler des drogues à mes enfants ? J’ai découvert que mon enfant se drogue ]]> NBOMe : une substance peu connue mais dangereuse Une « nouvelle » drogue illégale Le NBOMe est une drogue hallucinogène qui fait partie de la vague des « nouvelles substances psychoactives » créées depuis quelques années pour contourner les lois. Cette substance et ses dérivés n’est cependant plus ni tout à fait nouvelle ni légale : elle a été classée parmi les stupéfiants en 2015. Elle est souvent présentée comme un substitut du LSD. Elle a été parfois vendue sous le nom de « mescaline synthétique ». Elle existe sous différentes formes : poudre blanche, liquide ou buvards imprégnés. Pourquoi est-elle dangereuse ? De nombreux cas d’intoxication au NBOMe ont été rapportés en Europe dont plusieurs mortels (2). Les dangers de cette substance tiennent à plusieurs facteurs. Tout d’abord elle a une... ]]> Canicule : attention à l'usage de certaines drogues Stimulants et opiacés L’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) informe que les médicaments qui augmentent la présence de sérotonine dans le cerveau favorisent l’hyperthermie ou empêchent le corps de se refroidir (1). C’est le cas de plusieurs familles d’antidépresseurs mais c’est aussi le cas de l’ecstasy (MDMA), de la cocaïne, des amphétamines. D’autres substances psychotropes, notamment les neuroleptiques et certains opiacés (tramadol, dextrométhorphane) peuvent également  favoriser le « coup de chaud ». Le coup de chaleur : une urgence Le coup de chaleur se manifeste pas des crampes, une fatigue inhabituelle, des maux de tête, des vertiges ou nausées voire des propos incohérents. Si une personne fait un malaise suite à un coup de la chaleur... ]]> Consommer à moindre risque Je consomme à moindre risque ». ]]> La consommation de cannabis des Français Tendances ( n°119). En 2016 17 millions de Français entre 18 et 64 ans (42%) ont expérimenté le cannabis au moins une fois dans leur vie. 5 millions de Français (11%) en ont consommé dans l’année. 1,4 millions au moins 10 fois dans le mois et 700 000 en consomment tous les jours. Les consommations se stabilisent Il n’y a pas d’évolution notable des consommations entre 2014 et 2016. En revanche les niveaux de consommation sont bien supérieurs à ceux qui existaient dans les années 90, marquant ainsi la progression de la diffusion du cannabis en France. La consommation de cannabis est un « phénomène générationnel ». Le plus gros de la consommation concerne les 15-34 ans. 28% des 18-25 ans ont fait usage... ]]> Prévention des usages de drogues : Parents, "écoutez d'abord" ! Pour plus d’informations : Écoutez d’abord : informations pour les parents 26 juin : la prévention et l'écoute des jeunes à l'honneur (Mildeca) Vidéo de la campagne "écoutez... ]]> Une vidéo pour les parents : usages de drogues chez les ados Stupéfiante addiction Articles en lien : Comment parler des drogues à mon enfant ? J’ai découvert que mon enfant se drogue ]]> Chemsex : une ligne d'appel pour les consommateurs de drogues en contexte sexuel Info Chemsex (by AIDES) ». Chaque personne contactant le dispositif aura un interlocuteur formé aux problématiques du Chemsex. Les réponses sont immédiates ou données au maximum dans les 6 heures après avoir laissé un message. Attention, cette ligne ne traite pas les urgences vitales. En... ]]> Les Festivals d'été : culture, évasion et responsabilité Identifiez les lieux de repos et d’assistance Un festival bien organisé n’a pas que des scènes et des lieux de vente de boissons. Essayez de repérer où se trouve le poste de secours, s’il y a des stands tenus par des associations de réduction des dommages, où sont les zones de « chill out ». Les associations distribuent du matériel et des informations vous permettant de limiter les risques liés à un usage de drogue ou d’alcool. Les volontaires discuteront volontiers avec vous pour répondre à vos questions. En cas de « bad trip » ou de malaise ils pourront vous accueillir en zone « chill-out » et... ]]> L'ordonnance du médecin obligatoire pour les médicaments à la codéine Héroïne : alerte sur des cas d'overdose en Seine-Saint-Denis L’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France et le Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance – Addictovigilance d’Ile-de-France-Centre ont eu connaissance de 3 cas d’overdose d’héroïne survenus le 20 juillet à Aulnay-sous-Bois. Ces cas laissent suspecter la circulation d’héroïne fortement dosée ou frelatée actuellement en Seine-Saint-Denis. Les usagers d’héroïne sont appelés à la plus grande vigilance. Voici des conseils de réduction de risque à l’attention des usagers :
    • Ne consommez pas seul
    • Commencez à consommer une faible dose, surtout lors d’un nouvel achat
    • Favorisez le « sniff » plutôt que l’injection ou la voie fumée
    • Evitez les mélanges avec d’autres produits favorisant les détresses respiratoires (benzodiazépines, alcool, autres opiacés)
    • Appelez les urgences (15 ou 18 ou 112) en cas de suspicion d’overdose
    • Demandez préventivement un spray nasal à base de naloxone (Nasclue®) à un centre de soins spécialisé dans les addictions
    Les trois overdoses sont survenues indépendamment les unes des... ]]>
    Hépatites : se faire dépister pour se protéger Faire un dépistage et se protéger Les usagers de drogues sont particulièrement exposés au risque d’être contaminés par le Virus de l’Hépatite C (VHC). En France, 44% des usagers de drogues sont touchés par le VHC et ce taux s’élève à 65% chez les personnes qui consomment de la drogue par injection (1). Les usages de drogues par injection ou par sniff peuvent être des portes d’entrée des virus de l’hépatite B ou C. Tout partage de matériel (« coton », seringue, paille, cuiller…) souillé par du sang est une prise de risque importante. L’existence de traitements efficaces et la gratuité des dépistages doivent inciter chaque personne ayant un usage de drogue par injection ou sniff à se faire dépister. Connaître son statut sérologique permet d’entamer des démarches... ]]> Spray nasal de naloxone : autorisation de mise sur le marché La substitution aux opiacés : qu'est-ce que c'est ? Infographie sur la place du Subutex et de la méthadone dans le problème de la toxicomanie   Articles en lien : Je voudrais prendre un traitement de substitution Vivre avec la substitution J’ai envie d’arrêter mon traitement de substitution ]]> Techno Parade : repérer ceux qui vous aident à passer un bon défilé Réduction des risques L’association Fêtez Clair, qui intervient en milieu festif depuis de nombreuses années, est partenaire de la TechnoParade. Ses bénévoles, reconnaissables à leur tee-shirt au logo de l’association, peuvent vous distribuer du matériel d’information et de réduction des risques. Ils peuvent également répondre à vos questions, notamment concernant la consommation de drogues. Premiers secours Les hommes et les femmes orange et bleus de la Protection civile interviennent bénévolement en cas de malaise ou de blessure. Ils appliquent les premiers gestes de secours et sécurisent les personnes en difficulté. Présents sur... ]]> Overdose d’opiacés : l’importance d’appeler les secours La naloxone a une durée d’action limitée L’administration de naloxone permet de contrecarrer rapidement les effets des opiacés mais son temps d’action est court. Ses effets commencent à s’estomper au bout de 20 minutes et il est toujours possible qu’un usager présente de nouveau une dépression respiratoire lorsque la naloxone cesse d’agir. Les secours pour sécuriser la situation Appeler les secours permet d’apporter les soins d’urgence nécessaires au patient et de le mettre ensuite sous surveillance médicale. Cette surveillance permet d’agir en cas... ]]> Des dérivés du fentanyl classés comme stupéfiants arrêté du 5 septembre 2017, des substances dérivées du fentanyl ont été ajoutées à la liste des stupéfiants. Il est désormais interdit de faire usage, détenir, produire, vendre, échanger, importer ou transporter ces substances. Le fentanyl, produit de la même famille que l’héroïne, est l’un des opiacés les plus puissants qui existe. Il est utilisé en médecine pour son fort pouvoir antidouleur. Depuis de nombreuses années il fait l’objet d’une surveillance sanitaire pour son risque d’abus, de dépendance et d’overdose. Il fait partie des substances classées comme stupéfiant. Dans la période récente et suite à la crise des opiacés qui frappe l’Amérique du nord, des dérivés synthétiques du fentanyl sont apparus sur le marché noir des drogues. Ces dérivés sont à l’origine d’une recrudescence des overdoses et des décès liés aux drogues. Leur apparition sur le marché européen a donc conduit les autorités sanitaires à ajouter ces... ]]> 23% d'accidents mortels impliquent un conducteur positif aux stupéfiants Faire une pause dans sa consommation de drogue : un bon moyen de se tester lancement de « moi(s) sans tabac » pour faire le test. Moi(s) sans tabac Moi(s) sans tabac propose aux fumeurs d’arrêter de fumer pendant 30 jours au mois de novembre. Cette année le thème est « on arrête ensemble et en équipe ». Arrêter 30 jours favorise la prise de conscience de sa dépendance et des bénéfices de l’arrêt. Arrêter en équipe aide à renforcer la décision et à recevoir du soutien en cas de difficulté. Ce principe peut être appliqué à l’usage des drogues récréatives (cannabis, cocaïne, speed, ecstasy, nouvelles drogues de synthèse…) pour tester si, comme on le pense, on peut vraiment les arrêter « quand on veut ». Faire une pause, faire le point Décider de faire une pause dans sa consommation de drogue... ]]> Le sevrage de la codéine en questions 17 juillet les médicaments à base de codéine sont disponibles uniquement sur ordonnance, les personnes dépendantes à ce médicament se retrouvent confrontées à la délicate question du sevrage. Drogues info service fait le point et donne des repères aux usagers de ces médicaments. Que se passe-t-il lorsqu’on arrête la codéine ? La codéine est un médicament opiacé et son arrêt entraîne un syndrome de sevrage dont les symptômes sont :
    • Larmoiements, écoulement nasal, sueurs froides, bâillements
    • Problèmes digestifs (diarrhées), nausées et éventuellement vomissements
    • Douleurs musculaires, impatience dans les jambes
    • Insomnie
    • Nervosité, sentiment de malaise, angoisse
    L’intensité de ces symptômes varie d’une personne à l’autre. Ils débutent généralement 24h après l’arrêt et durent jusqu’à 10 jours, atteignant un pic autour de 48 à 72 heures. Ils peuvent être suivis d’une période de malaise psychologique avec de fortes envies d’en reprendre, des phases d’énergie suivies d’abattement. Vers... ]]>
    Chemsex : un nouveau défi pour la lutte contre le Sida ? Le Chemsex, prise de drogue en contexte sexuel Depuis une dizaine d’années de nouveaux usages de substances psychoactives en contexte sexuel ont fait leur apparition. Ils ont pris le nom de chemsex et se sont développés notamment parmi les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Les drogues consommées dans ce contexte sont très disponibles et peu chères sur internet. Il s’agit notamment du GHB et de certaines cathinones, de nouvelles drogues de synthèse. Elles favorisent la désinhibition, accroissent la libido et les performances sexuelle et procurent un plaisir sexuel plus intense. Les dangers de ces pratiques... ]]> Drogues : être sous l'influence des autres... ou pas
    L’occasion de s’interroger sur la part que l’on laisse aux autres pour nous influencer.
    Il n’est cependant pas toujours facile de savoir ce que l’on veut pour soi-même. Les lieux d’échange et d’écoute comme les Consultations jeunes consommateurs (CJC), la ligne d'écoute de Drogues info service (0 800 23 13 13, tous les jours de 8h à 2h) ou celle du Fil Santé Jeunes (0 800 235 236, tous les jours de 9h à 23h) permettent d'en parler. Article en lien : Pourquoi se drogue-t-on ? ]]>
    Plus de 2000 joueurs ont cherché l’aide des CSAPA en 2014 un bilan de la fréquentation de ces centres en 2014 et depuis 2007. Parmi les personnes reçues, les personnes qui consultent pour un problème d’addiction sans substance sont en constante augmentation. En 2014, 8000 personnes qui consultaient en CSAPA ont déclaré que leur premier problème était un problème d’addiction sans substance. Parmi elles un peu plus d’une sur quatre (environ 2000) a un problème de jeu d’argent et de hasard. Ce sont surtout des hommes (75%) dont la moyenne d’âge est de 42 ans, ce qui en fait un groupe d’âge moyen assez élevé parmi les différents groupes consultant en CSAPA. La prise en charge des addictions... ]]> Enquête européenne 2017 sur la consommation de drogues https://drugusersurvey.limequery.com/index.php/797877/lang-fr ]]>