Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

À nouveau sous l'emprise de l'héroïne ?

Par Profil supprimé

Bonsoir, mon copain prenait de l'héroïne en la fumant avec l'aluminium. En Février il est aller en cure, à sa sortie il était perdu, distant, c'était horrible pour moi qui l'avais tant soutenue pour s'en sortir de traverser cela. Mais ce soir je vous contacte car j'ai de plus en plus de doutes. Le soir il rentre tard, il me répond pas forcément, je le vois prendre du Subutex de temps en temps, je suis persuadée d'entendre des bruits d'aluminium & l'autre jour je suis tombée sur un sachet vide qui m'a remémoré tellement de mauvais souvenirs. Souvent dans la soirée ou même des qu'il se réveille il va dans sa voiture plus ou moins longtemps comme s'il avait oublié quelque chose & je me demande ce qu'il y cache ou y fait même si j'ai ma petite idée. Je lui ai fais part de mes doutes car des fois il a des traces noirs sur les doigts ou autres endroits du corps s'il s'est gratte par exemple mais il nie. Son comportement est différent selon les jours aussi, tout câlin ou tout distant du jour au lendemain. J'aimerai tant le faire avouer, pensez vous qu'il consomme à nouveau ? Cordialement.

Mise en ligne le 01/09/2012

Bonjour,

En lisant les éléments que vous nous rapportez il semblerait que vous souffriez au moins pour deux raisons dans cette situation.

L’une semble être l’attente et l’espoir que votre ami soit sevré de l’héroïne et ne consomme plus de produits psychoactif induisant des risques pour sa santé ou une instabilité de ses comportements. L'autre,liée à cette attente, est peut-être le souhait d’harmoniser vos relations et de trouver en votre compagnon, une personne plus stable et attentionnée à votre égard.

Le parcours pour (re)trouver une stabilité physiologique, psychique et dans les relations après avoir connu une dépendance aux drogues, peut-être long et semé d’embuches. En suivant cette cure votre ami a déjà franchi des étapes importantes pour son rétablissement. Il a en effet su demander de l’aide et il est allé jusqu’au bout d’une cure de sevrage !

Il en est peut-être sorti abstinent, mais encore vulnérable, fragile émotionnellement ou psychologiquement. Et finalement ne semble pas être totalement libéré des produits psychoactifs. Vous dites qu’il consomme de temps en temps du subutex. Est-ce dans le cadre du suivi médical de son sevrage ou détourne-t-il ce médicament pour y trouver les effets d’une drogue ?

Nous ne pouvons malheureusement pas nous prononcer avec certitude sur une éventuelle reprise d’héroïne de votre ami, mais les éléments que vous décrivez nous font penser que votre ami vit des moments difficiles et aurait encore besoin de suivi et de soutien de la part de personnels soignants et notamment d’un soutien psychologique.

Comme souvent dans ses situations similaires, une cure de sevrage ne suffit pas à tout régler et elle ne constitue qu’une étape.

Et finalement, le fait de savoir si votre ami consomme ou non de l’héroïne et qu’il vous l’avoue devient peut-être moins important que de savoir que peut-il faire à l’étape à laquelle il se trouve pour se renforcer. Autre question qui a toute son importance est celle de votre place dans votre relation, de vos limites et de votre protection ou recherche de soutien pour vous.

S’il est important que vous l’encouragiez dans ses démarches, sa souffrance ne doit pas justifier que vous subissiez son comportement qui peut-être négligeant parfois.

Cette situation est sans doute difficile à vivre pour vous. C’est pourquoi nous vous informons de la possibilité que vous avez de trouver un soutien auprès d’un psychologue qui proposera les consultations confidentielles et gratuites soit dans un Centre de Soins d’Accompagnement, de Prévention et d’Addictologie (CSAPA), soit dans un Centre Médico-Psychologique (CMP).

Votre ami peut bien entendu (re)prendre un suivi dans un CSAPA. Il y trouvera des médecins, psychologues et travailleurs sociaux qui l’accueilleront anonymement et gratuitement  pour l’aider à poursuivre les premières démarches qu'il a faites pour se libérer des drogues.

Vous pourrez trouver des adresses de CSAPA dans notre rubrique « s’orienter » ou en nous appelant au 0 800 23 13 13 de 08h à 02h 7j/7j (appel anonyme et gratuit depuis un téléphone fixe ou une cabine téléphonique).

Nous vous souhaitons bon courage dans votre cheminement et éventuellement dans vos démarches futures.

 Cordialement.

Retour à la liste