Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Addiction Ketamine

Par Maddd

Bonjour Tout d’abord je tiens à remercier drogue-info-service pour leurs temps et leurs noble combat Voilà aujourd’hui je ne sais plus quoi faire, mon copain avec qui je vis depuis 7 mois, était un « ancien » adepte de la ketamine. Avant, il en prenait dans des quantités astronomiques, d’une part car il etait accro (+accoutumance) , et d’une autre part car il voulait secrètement en mourrir. J’en ai déjà pris avec lui car quand je l’ai rencontré, je ne connaissais pas les dangers de cette drogue. Mais apres l’avoir vu en prendre et en m’etant renseigné, j’ai eu vraiment peur. Surtout qu’il etait physiquement atteint par cette addiction (vessie incontrôlable, incohérence des propos, perte de memoire...) Il n’en prends pas souvent, mais quand il en prends, c’est vraiment dans des quantités monstreuses.... Aujourd’hui depuis qu’on vit ensemble il n’en prend presque plus, et lui comme moi avons remarqué enormement de changement positif aussi bien sur le plan physique que mental. Il va mieux, on va mieux ensemble et il le sait (il en est clairement conscient) Mais il veut quand meme en reprendre.. et est meme sur le point de me quitter pour ça... alorz que nous nous aimons réellement. Il ne veut pas s’avouer qu’il est accro, et c’est vraiment une tête de mules, et je ne sais plus quoi faire pour l’aider a le sortir de cet enfer... Merci

Mise en ligne le 04/10/2019

Bonjour,

Nous comprenons que la situation soit difficile à vivre pour vous et vous avez eu raison de venir nous en parler.

Certains aspects de votre récit sont très positifs, notamment le fait que votre copain ait réussi à diminuer voire arrêter ses consommations de kétamine. La dépendance est un phénomène complexe et le processus de réduction ou d’arrêt des consommations peut prendre du temps. Il peut être intéressant pour la personne d’identifier les raisons qui la poussent à consommer. Vous nous dites aussi que votre copain voulait secrètement mourir. Peut-être rencontre-t-il des difficultés personnelles qu’il pensait être insurmontables et qu’il arrivait « à gérer » avec la kétamine. Il semble qu’il ait pris conscience de certaines choses vu qu’il a diminué ses prises. Certaines personnes peuvent d’ailleurs reconsommer de manière occasionnelle et festive sans retomber dans une consommation problématique.

Par ailleurs, il n’existe pas une façon unique d’aider une personne. Il semble important que vous puissiez reparler ensemble, de ce que vous ressentez et de vos inquiétudes notamment. Il peut aussi être utile pour vous de savoir ce que vous êtes en mesure de supporter. Rencontrer des professionnels pour en discuter permet souvent de prendre un peu de distance, d'obtenir un éclairage sur la situation et pouvoir poursuivre le dialogue plus sereinement.

Il existe des structures spécialisées en addictologie, ce sont les CSAPA (Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie). Ce sont des lieux qui accueillent les personnes ayant un problème de dépendance mais aussi leur entourage. Des professionnels tels que des médecins, des psychologues ou encore des travailleurs sociaux y travaillent. Vous pouvez ainsi vous y rendre pour avoir du soutien et de l’écoute. Votre copain peut également rencontrer des professionnels pour faire un point sur ses consommations s’il le souhaite. Les consultations y sont gratuites et confidentielles. Vous trouverez des adresses de structures près de chez vous dans la rubrique « adresses utiles » de notre site internet, dont nous vous joignons le lien ci-dessous.

Nous vous mettons également des articles sur l'aide que l'on peut apporter à un proche et aussi parfois la nécessité de se faire aider soi en tant qu'entourage.

Enfin, n’hésitez pas à nous recontacter si vous souhaitez évoquer davantage cette situation avec un de nos écoutants. Nous sommes disponibles tous les jours de 8h à 2h du matin par téléphone au 0 800 23 13 13 (appel anonyme et gratuit) et par Chat de 14h à minuit.

Bien à vous.

En savoir plus :

Retour à la liste