Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Alcool et excitants

Par Profil supprimé

L'alcool, consommé en association avec des produits sédatifs potentialise leurs effets. Il parait qu'il agit différement avec les produits excitants. Qu'en est-il? Merci

Mise en ligne le 16/02/2010

Bonjour,

La prise simultanée d'alcool et de médicament ou de produit psychoactif (somnifère,antidépresseur, cannabis, tabac, cocaïne...) provoque une interaction qui peut se manifester dans les deux sens :
- l'alcool pourra modifier les effets ou le métabolisme du produit associé.
- l'autre produit va agir sur les effets ou le métabolisme de l'alcool.

De plus il faut tenir compte du mode de consommation de l'alcool.
En cas de consommation aiguë, la forte dose d'alcool ingérée ponctuellement  peut inhiber le métabolisme du produit et retarder son élimination. Cela aura pour conséquence, un temps de présence plus important du produit dans l'organisme. C'est en cela que l'alcool potentialise les effets du produit - comme c'est  effectivement le cas  pour certains somnifères dont l'effet sédatif se voit alors prolongé - mais aussi augmente les risques d'effets secondaires.
La consommation chronique d'alcool peut au contraire accélérer l'élimination du produit et donc diminuer les effets du produit. C'est ce qui peut se passer avec les personnes qui ont arrêté récemment l'alcool, et à qui l'on va prescrire des posologies supérieures à la normale de médicaments - comme certains antidépresseurs - pour obtenir l'effet attendu.

Si on prend les effets de l'interaction de l'alcool avec un excitant comme la cocaïne, on pourra ainsi observer que - en fonction d'un certain dosage - l'association permet, d'un côté, de réduire l'effet excitant de la cocaïne et, de l'autre, de diminuer l'ivresse suscitée par l'alcool.
Mais cette association à un dosage différent peut provoquer la formation au niveau du foie d'un troisième composé métabolique qui va potentialiser les effets de la cocaïne et augmenter les risques de mort subite.

Ces différents exemples d'association alcool/produit témoignent de la complexité des processus biochimiques en jeu dans l'interaction. Les effets du produit associé ou de l'alcool peuvent tour à tour être annulés, diminués, augmentés.
Il est donc toujours difficile de prévoir les effets de ces interactions en tenant compte de tous les facteurs en jeu : mode de consommation, spécificité du métabolisme du consommateur, biochimie d'assimilation et d'élimination des produits...
Les effets de l'association de l'alcool avec plusieurs produits devient dès lors impossible à prévoir.

C'est en raison de la complexité de ces processus biochimiques, que les professionnels de santé considèrent comme toujours potentiellement dangereuse toute association d'un produit, d'un médicament, avec l'alcool, tant au niveau des modications possibles sur les effets du produit associé, que en ce qui concerne l'apparition d'effets secondaires plus ou moins graves.

Cordialement.

Retour à la liste