Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Amour de jeunesse et cannabis

Par Profil supprimé

Bonjour, J'ai retrouvé mon amour de jeunesse.Malheureusement, j'ai pu très vite constater qu'il avait une addiction au cannabis (et peut-être autres drogues occasionnelles). Il fumait plus de 15 à 20 joints par jour. Nous nous sommes séparés après qu'il ait commis à deux reprise des actes de violence physique et violence morale quotidienne (crises parano, etc). J'ai porté plainte (il m'a agressée alors que j'étais enceinte de lui et j'ai obtenu des jours d'itt) et levé ma plainte devant sa volonté de s'en sortir et la promesse de suivre une thérapie. Je ne sais pas à combien de joints par jour il en est car il me ment sans arrêt. J'en compte environ 6, le reste est caché, après avoir réussi à n'en consommer qu'un par jour (non vérifiable) pendant un certain temps. Sans consommer, il est violent, dérangé, anxieux. Je ne supporte plus cette fuite dans le cannabis, ce mensonge à lui-même ainsi qu'à moi, à notre couple, à notre enfant. Par ailleurs, je m'inquiète fortement sur les effets à long terme (plus de 20 ans de consommation quotidienne). Il ne se rend même pas compte qu'il ne peut pas s'en passer, pas une journée sans fumer et ça commence dès le matin. Je ne peux rien faire. Quoi que je fasse, il contourne le sujet, ment et ne se rend pas compte non plus que pour quelqu'un qui ne consomme rien, il est très aisé de remarquer que son état général est altéré avec tous les troubles que ce la comporte (difficultés d'élocution, yeux rouges, bouche sèche, boulimie, agressivité en état de manque, agression verbale, perte de toute envie, y compris sur le plan intime, il détruit tout, à commencer par lui); je ne sais plus comment faire, j'aimerais presque qu'il subisse un contrôle de police ou qu'il ait un accident de santé pour prendre conscience du danger de son état et du danger pour notre famille car j'ai l'impression que le cauchemar va recommencer, je suis sur mes gardes, je vais mal et je vis mal. comment faire prendre conscience à quelqu'un qu'il a un tel problème sans le quitter ? comment l'aider (j'ai tout essayé, menace, chantage, je l'ai quitté 4 fois déjà !!!). Merci par avance pour votre soutien et vos réponses (également sur les risques pour sa santé physique et mentale). nefernath

Mise en ligne le 14/02/2011

Bonjour,

Vous décrivez que le contact avec votre ami est difficile, celui-ci minimisant sa consommation et étant dans des conduites d'évitement et de déni, ce qui rend toute discussion impossible. Or, sans dialogue, il est difficile de construire une relation de confiance et d'aide.
Une première aide qui pourrait lui être apportée serait donc de tenter d'aborder les raisons qui pourraient expliquer sa consommation régulière. Il s'agirait donc de comprendre à quoi cela vient "répondre", comme par exemple s'apaiser, moins penser à certains soucis.
Il faut essayer de comprendre les raisons de son refus de dialoguer, pouvoir l'amener à évoquer son mal-être afin de réellement comprendre ce qui le lie à ce produit. Par cette démarche, il s'agit qu'il ne se sente pas jugé afin qu'il puisse parler de lui.

Em matière de risque pour la santé, les troubles que vous décrivez (difficultés d'élocution, yeux rouges, agressivité, perte de désir, etc.) sont liés à sa consommation régulière de cannabis. Ces troubles sont réversibles, c'est-à-dire qu'ils disparaissent avec l'arrêt des consommations. Vous vous interrogez également pour sa "santé mentale" ; à ce propos nous vous reproduisons ici ce que nous écrivons dans notre dossier complet sur le cannabis :

"Les dangers du cannabis, outre les risques de pathologies pulmonaires,  sont l’objet de controverses scientifiques notamment en ce qui concerne le risque de développement de maladies mentales. Il est important à ce sujet de distinguer les troubles mentaux passagers, ou aigus, des maladies mentales. Des troubles passagers comme l’anxiété, les crises de paniques, des épisodes dépressifs ou délirants peuvent être déclenchés par un usage de cannabis, même occasionnel. Ils peuvent parfois nécessiter une hospitalisation et des traitements médicamenteux, mais ils disparaissent habituellement en quelques semaines.
Quant aux maladies mentales qui affectent durablement les personnes, il est seulement établi que l’usage de cannabis peut déclencher les troubles chez les personnes qui, de toute façon, auraient développé une maladie. Il peut également aggraver les troubles des personnes déjà atteintes. En revanche, en l’état actuel des connaissances, l’usage de cannabis n’apparaît pas causer de maladie mentale."

Nous comprenons qu'il est très difficile de vivre au contact d'une personne qui a un problème de dépendance et si vous avez besoin de soutien vous pouvez également vous adresser au centre dont nous vous indiquons les coordonnées en fin de réponse. Ils reçoivent les usagers mais aussi leur entourage. Vous pouvez également nous joindre au 0 800 23 13 13 ( appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe 7j/7 de 8h à 2h.)

Bien cordialement.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA Clémence Isaure " La Maison "

42, rue des Champs Elysées
31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 61 65 50
Site web : clemence-isaure.org
Secrétariat : Lundi, mardi, jeudi 10h/18h, Mercredi 14h/18h, Vendredi 12h30 /17h.
Consultat° jeunes consommateurs : exclusivement sur le créneau du mercredi 14h/17h. Les RDV peuvent être pris en envoyant un sms au 07 88 56 15 26
COVID -19 : maintient en présentiel avec gestes barrières, uniquement sur rendez-vous.
Accueil du public : Les lundis mardis et jeudis toute la journée, mercredis et vendredis après-midi.

En savoir plus :

Retour à la liste