Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Bad Trip

Par Profil supprimé

Alors voilà, ça fait un an et demi que j'ai vécu un bad trip. Expérience traumatisante dont je n'arrive pas à me débarrasser. Je pense que j'ai failli y passer. J'ai fais un candy flip a très haute dose pour seulement 50 kilos (MDMA/LSD). Cette mauvaise expérience a débouché à une perte de personnalité de 6 mois et un changement complet de mon attitude. Au début cela ne me dérangeait pas. Mais maintenant ça me revient en pleine figure. Cela m'a déclenché des phobies, un état de dépression permanente. Personne est au courant. Je ne sais pas quoi faire pour que ça aille mieux, pour chasser cette nuit de ma tête. J'ai besoin de savoir si cet état est causé par des symptômes post traumatiques réels ou si je psychote. Lors de cette nuit j'ai vécu tellement de choses, d'états, je n'arrive vraiment pas m'en remettre, j'ai l'impression d'être en décalage, en marge par rapport aux autres. Personne de mon entourage n'a vécu ça, personne ne comprend vraiment ce que c'est et l'impact que ça a pu avoir sur moi. Avez vous des solutions ?

Mise en ligne le 06/03/2017

Bonjour,

L’association de MDMA  et du LSD qui donne ce qui est communément appelé Candy flip est généralement utilisée à des fins d’expériences psychédéliques et de recherche de voyage ou de trip introspectif.

Mais après sa  consommation  les effets du Candy flip peuvent se révéler très pénibles à vivre selon la personne mais aussi et surtout selon sa « sensibilité ». De plus, à distance d’une consommation et sans avoir rien repris la même personne n’est pas à l’abri du Flash back, qui n’est autre que la continuité ou la reprise des crises d’angoisse toujours en lien avec la consommation initiale. Bien que gênants et persistants, vos symptômes sont normalement réversibles.

Nous retenons que vous êtes toute seule avec vos angoisses et que cette solitude n’est pas aidante. Aussi, nous vous conseillons de vous rapprocher d’un médecin.

Un médecin psychiatre pourrait, étant à la fois médecin, et spécialiste de la « psyché », vous dire plus précisément si ces effets sont uniquement « chimiques », ou si la part du psychique est plus importante qu’il semble.

Mais vous pouvez aussi bien sûr consulter tout simplement dans un premier temps votre médecin de famille. Si cela vous est difficile sachez que vous pourrez être accueillie avec bienveillance dans un CSAPA (Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) ou dans une Consultation Jeunes Consommateurs (CJC).

Ce sont des médecins, psychologues, psychiatres, travailleurs sociaux  qui vous accueilleront. Sans vous juger ils s’emploieront à vous aider à aller mieux.

Nous vous avons mis en bas de page quelques adresses de ces centres. Nous vous suggérons de les contacter.

Si vous souhaitez une aide et une écoute ponctuelles contactez-nous par tchat via notre site (gratuit et anonyme) du lundi au vendredi de 14h00 à 0h00 ou nous appeler au 0800 23 13 13 (Drogues Info Service, anonyme et gratuit) tous les jours de 8h00 à 2h00 du matin.

Bon courage et cordialement.

 

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA Monceau CEAP (Consultation et d'Aide à la Parentatlité)

18 rue de la Pépinière
75008 PARIS

Tél : 01 53 20 11 50
Site web : www.centre-monceau.com
Secrétariat : Du lundi au vendredi de 9h30 à 1300 et de 14h00 à 17h00
Accueil du public : Du lundi au vendredi de 9h30 à 1300 et de 14h00 à 17h00
Consultat° jeunes consommateurs : Consultations sur rendez-vous pour jeunes consommateurs mineurs ou majeurs, accompagnement entourage.
COVID -19 : informations de Mars 2021 : Possibilité d'accueil en présentiel sur rendez-vous et une autre partie en distanciel (appeler secrétariat pour plus d'informations)

Retour à la liste