Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Bad trip

Par Profil supprimé

Bonjour, J'ai consommait de la beu et du schit pendant 2 ans et j'en consommait tout les soirs vers la fin j'en consommait même dans la journée. Le jour où j'ai eu le bad trip j'avais fumer un joint de schit vers 17h, un demi joint vers 18h 15 et un autre vers 21h30. Vers minuit je décide d'aller au lit et quand je me suis lever du canapé j'ai senti dans tout mon corps des tremblement et mon coeur qui c'est mis à palpiter, j'ai pris peur dessuite et j'ai demander à mon copin de m'amener sur la terrasse pour prendre l'air mais rien n'y changer je me suis donc assise par terre et sa n'a rien changer, je suis retourné sur le canapé et sa ne changer rien mon copin ma dis vient on va se coucher dans le lit mais je pouvais pas dormir je sentez toujours mes palpitations et j'avais toujours les tremblement j'avais limpression que j'allais mourir. Donc on a décidé d'appeler le Samu et mon copin leur a expliqué car j'arriver pas trop à parler il mon dis que c'était un bad trip et qu'il fallait que je reste au lit et que je bois beaucoup d'eau pour faire éliminer la drogue, c'est ce que j'ai fait après avoir raccrocher avec eux. Mais vers 2h du matin rien n'avait changer alors mon copin à décider de m'amener au Urgence la bas on leur a tout expliqué les tremblement avait disparu mais j'avais encore mon coeur qu'il palpiter donc il mon mis la machine du coeur et mon coeur monter jusqu'à 162 et redescendez et remonter il fesait que ça au bout d'un moment il mon donner des calmant et je me suis assoupi je me réveiller et je me rendormais mon coeur palpiter toujour. Vers 5h du matin je me suis réveillé et mon coeur batter normalement il m'ont dis de rentré chez moi, quand je suis rentré j'ai dormi jusqu'à 13h. De cet expérience j'ai eu très peur de mourire donc je n'est pas retoucher à la drogue et je sais que je n'y retoucherais plus. Une semaine apres je suis aller voir mon docteur car dun coup mon coeur c'est mis a palpiter, je lui est raconter ce qui m'était arriver la semaine dernières et il ma donner des cacher pour me calmer quand j'angoisse et il en a conclut que j'avais eu un choc emotionnel. Quand les semaine on suivis j'avais peur de m'endormir et que je me reveille plus jamais, j'avais peur de rester toute seule car pour moi je pouvais mourir a tout moment. Au bout de trois semaine j'ai decider de partir en vacance pour arreter de pencer a tout ca et ca a bien marcher, quand je suis revenu sa aller mieux. Ca c'est passer y a un mois en arrière et depuis qui m'est arriver sa je sens souvent mon coeur battre et je me touche souvent pour voir si il bas normalement. Et moralement c'est dur car le docteur ma dis que tout aller bien mais moi dans ma tête j'y arrive pas à surmonter cet epreuve defois il m'arrive de pleuré et pourquoi je ne sais pas. Avent je penser pas à mon coeur comme j'y pense maintenant. Savez-vous comment je peut faire pour pouvoir avancer car la drogue j'ai arrêté mais moralement c'est dur à des moments. Merci

Mise en ligne le 10/11/2015

Bonjour,

Vous restituez très bien le mal-être dont vous avez fait l’objet à l’occasion de votre dernière consommation. Effectivement, cela ressemble à un bad trip cependant cet état de confusion ne doit pas seulement s’expliquer par la consommation de cannabis. Il faut également tenir compte de votre état avant la consommation et du contexte de cette consommation. Est-ce en lien avec un choc émotionnel  comme l’affirme votre médecin traitant ? Et si oui lequel ?

Quoiqu'il en soit cette douloureuse expérience vous a traumatisée et c'est compréhensible.

Nous observons cependant que votre état s’est néanmoins amélioré. Vous avez arrêté votre consommation de cannabis, les vacances ont suffi à vous faire oublier un temps vos angoisses, et tout cela est positif.

Cependant si vous ne faites plus l’objet d’angoisses récurrentes votre moral reste affecté. Nous ne savons pas si vous bénéficiez toujours d'un suivi médical et si oui si vous évoquez un médecin généraliste ou un médecin psychiatre. Ce dernier nous paraîtrait indiqué pour prendre en compte vos angoisses, votre besoin d'en parler et éventuellement un soutien temporaire médicamenteux.

Vous pouvez également associer votre suivi avec un suivi psychologique. Nous pensons que si vous parvenez à trouver un espace accueillant et rassurant, un espace dans lequel vous pourrez parler librement et sans jugement de ce qui pourrait être l’objet de votre mal-être, cela vous aidera à traverser cette mauvaise passe. Nous vous avons mis à la fin de notre réponse quelques adresses de centres d’addictologie situés dans votre département de résidence. Nous vous conseillons de vous rapprocher d’eux.

Si vous souhaitez reprendre tout cela et avoir une aide et un soutien, certes ponctuels, vous pouvez nous contacter gratuitement et anonymement par tchat via notre site (tous les jours saufs les weekends, de 14h00 à 2h00 du matin) ou nous appeler au 0800 23 13 13 (Ligne de Drogues Info Service, anonyme et gratuit depuis un poste fixe, tous les jours de 8h00 à 2h00 du matin).

Bon courage et bien cordialement.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


Association Information Prévention Addictions Ariège

18 bis allées de Villotes
09000 FOIX

Tél : 05 61 05 01 93
Secrétariat : Lundi au vendredi 9h/12h30 et 13h30/17h.
Consultat° jeunes consommateurs : Uniquement sur rendez-vous, lundi au vendredi 9h/12h30 et 13h30/17h.
COVID -19 : Mai 21 : en présentiel avec gestes barrières
Accueil du public : Possibilité de rendez-vous en dehors des horaires du secrétariat. Possibilité de consultations sur rendez-vous à : Saint Girons, Pamiers, Lavelanet, Mirepoix et Le Mas d'Azil et Tarascon.

Retour à la liste