Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Besoin d'aide.

Par Profil supprimé

Bonjour, En couple depuis bientôt trois ans avec mon conjoint, je suis au fond du gouffre. Celui-ci consomme de la drogue depuis plus de 13 ans (Héroïne). Cette consommation le pousse à chaque fois très loin, puisque depuis que nous sommes ensemble, c'est la deuxième fois qu'il tombe en prison. Malgré ce "défaut", c'est un homme incroyable, avec énormément d'amour à donner. C'est l'homme le plus doux qu'il m'est été donné de connaître. Je l'aime de tout mon coeur. Et je sais que lui aussi m'aime plus que tout, mais sa dépendance étant trop forte, il ne se contrôle plus. Pourtant sous traitement avec la Méthadone, il y pense souvent, et fini toujours à ses sorties de prison par rechuter. Il veut réellement s'en sortir mais reste impuissant. Il va faire une demande de cure pour aménager sa peine de prison, avant il ne se sentait pas assez près, maintenant il l'est. Mais y a t'il des chances qu'il s'en sorte grâce à la cure ? N'y a t il pas un risque qu'il rechute, même si réussit sa cure ? J'ai peur et je me pose pleins de questions. Je suis encore jeune et je souffre énormément, mais je ne veux pas l'abandonner, car je sais que c'est lui et lui seul qu'il me faut, quitte à me battre à ses côtés encore un moment... Mais beaucoup me répètent sans cesse qu'un drogué reste un drogué et qu'il ne s'en sortira jamais, sauf cas extrémements rares.... Est-ce vrai? Merci d'avance pour votre réponse. Cordialement

Mise en ligne le 28/04/2014

Bonjour,

Comme vous pouvez en témoigner, faire face à un problème de dépendance prend du temps et est un parcours souvent jalloné de hauts et de bas, où il est courant que plusieurs tentatives d'arrêt soient nécessaires pour enfin arrêter de consommer.

Votre conjoint semble trouver un grand soutien auprès de vous, ce qui ne peut que l'aider à continuer à avancer. Il est tout à fait possible que son arret de consommation soit durable, sans que cela ne puisse être une certitude. Quand bien même il prendrait à nouveau de l'héroïne après son sevrage, il ne faudrait pas considérer cela comme un échec, mais plus comme un gain d'expérience qui ne pourra que servir à faire face à une nouvelle tentative d'arrêt par la suite. Il y a bien heureusement beaucoup de personnes qui arrivent à arrêter, et le fait "qu'un drogué reste un drogué" ne reste qu'une idée reçue. Chaque situation est unique, chacun a un parcours de vie, une personnalité et un environnement de vie qui lui sont propres et qui entrent en jeu dans son processus plus ou moins chaotique pour faire face à ses difficultés.

Face à la souffrance que vous décrivez, sachez que vous avez la possibilité d'être soutenue de votre côté auprès de professionnels en addictologie. Les centres de soins qui accueillent les personnes dépendantes aux drogues reçoivent aussi l'entourage. Cela pourrait vous permettre d'être soutenue, mais aussi d'aborder les différentes questions que vous pouvez vous poser. Nous vous indiquons ci-dessous les coordonnées d'une structure adaptée dans votre ville. L'aide y est gratuite et confidentielle.

Sachez de plus que vous et votre ami avez aussi la possibilité de nous contacter au 0800.23.13.13 pour être soutenus et éventuellement conseillé de manière ponctuelle. Notre service est ouvert tous les jours de 8h à 2h, l'appel est anonyme et gratuit depuis un poste fixe.

Cordialement.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA KAIRN 71- Centre du Chalonnais

1 Avenue Georges Pompidou
71100 CHALON SUR SAONE

Tél : 03 85 90 90 60
Site web : www.sauvegarde71.org/
Secrétariat : Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h sauf vendredi jusque 17h.
Accueil du public : Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h sauf vendredi jusque 17h.
Consultat° jeunes consommateurs : Le mercredi de 14h à 19h sur rendez-vous
COVID -19 : Septembre 2021: Accueil sur place, sur rendez-vous.

Retour à la liste