Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Clinique pour cure d'arrêt du Cannabis

Par Profil supprimé

Bonjour, Je suis désemparée, je me suis mariée il y a 2 ans avec un homme qui est dépendant au Cannabis. Avant le mariage il avait arrété de fumer pendant près de 8 mois et je lui avais dis que je n'accepterai pas de vivre une vie entière avec une personne dépendante. Or, 2 mois après le mariage, il a recommencé à fumer jusqu'à atteindre des doses impensables. Il fume entre 15 et 20 joints / jour. Il dépense des sommes folles (entre 500 et 900€/ mois), sans compter tous les frais "annexes" (cigarettes, feuilles, un bain tous les soirs car il aime fumer dans le bain, chauffage allumé et fenetre ouverte, les mac do pour les "petites fringales" etc... ). Depuis il a essayé 2 ou 3 fois d'arréter de fumer. Ca a duré quelques jours, pas plus. Il a rencontré l'ANPAA, l'association arc en ciel, un psychiatre à la clinique Rech de Montpellier, un hypnothérapeute, une psychologue.... Et il ne poursuit jamais les démarches qu'il met en place. Résultat des courses, aujourd'hui c'est moi qui voit une psy à l'ANPAA pour essayer de le comprendre, de le soutenir et de comprendre mes réactions. J'évolue, mais j'ai l'impression d'être la seule à "jouer le jeu". Lors de disputes (très régulières car le shot le rend agressif et parano), il tiens des propos de plus en plus inquiétants. Il me dit que je vais le retrouver pendu dans la sdb et qu'il faut que je le fasse interner dans un hopital car il n'arrive pas a en sortir. Tous les professionnels que je rencontre me disent que je ne peux rien faire et que c'est à lui de se "prendre en main" et d'enclendher des démarches. J'ai l'impression que quand il me parle d'hopital c'est une façon de se défausser, de m'attendrir en me disant qu'il veut vraiment changer mais qu'il n'y arrive pas. En même temps il ne met rien en place pour changer. Je sais qu'il ne changera pas du jour au lendemain. Que l'arrêt d chit ne changera pas son caractère du tout au tout et ne règlera pas ses problèmes perso (dépression, manque de confiancce en lui...), mai sje ne supporte pas qu'il soit inactif face à cette situation. Je commence à prendre conscience que mes sentiments à son égard changent petit à petit. Je ne vis pas de plaisir dans notre vie de couple. Je lui ai dit qu'il est en train de me perdre, mais cela ne le fait pas réagir. Est-il possible de faire une sorte de cure de désintoxication a canabis. Si oui, savez vous où cela peut se faire ? J'ai peur qu'il soit assomé de médicaments s'il va a la clinique Rech de Montpellier. Que faire pour l'aider ?

Mise en ligne le 09/10/2015

Bonjour,

 

Votre situation semble en effet compliquée, car en plus de ses consommations, votre mari semble vivre d’autres difficultés . Vous parlez de dépression, d’agressivité, d’évocation de suicide, de demande d’hospitalisation.

Il exprime un certain mal-être et vous-même exprimez le vôtre. Pour répondre à votre situation, il semble important de comprendre pourquoi votre mari n’a jamais poursuivi les soins qu’il entreprenait. Est-ce dù à un manque de motivation, une peur d’être confronté à des angoisses ou une souffrance que le cannabis lui permet de supporter ? Ou encore serait-ce pour une autre raison ?

Il se peut qu’il ne se sente pas avoir suffisamment de ressource pour l’instant pour vivre un sevrage de cannabis et le maintenir. Peut-être doit-il  revoir ses objectifs et remplacer celui de l’abstinence par une diminution de ses consommations. Mais peut-être doit-il également privilégier de traiter les autres causes de son mal-être (dépression, manque de confiance en lui ou autre) avant de se lancer dans un sevrage. Si votre mari n’est pas prêt à arrêter ses consommations, il semble maladroit et contreproductif de vouloir l’en convaincre.

De même, entreprendre une cure de sevrage alors qu’il ne se montre pas prêt à maintenir un suivi après celle-ci, risquerait de le voir reprendre ses consommations et de le  renforcer dans un sentiment d’échec et de découragement.

Vous avez fait la démarche de demander un soutien personnel auprès d’un centre de soins, et cela nous semble être une décision judicieuse, qui devrait vous permettre de trouver une amélioration dans votre positionnement avec votre mari et une meilleure compréhension de la situation.

Il vous est possible également de consulter des articles sur notre site concernant l’aide de proches qui consomment, dont vous trouverez un lien ci-dessous.

Enfin, pour répondre à votre demande de centre de cure qui accueillerait les usagers de cannabis, sachez qu’il en existe de nombreux en France. Le mieux serait d’appeler nos écoutants pour délimiter les lieux possibles. Mais cette option de cure, comme nous le mentionnons plus haut, ne semble pas être la réponse la plus appropriée pour l’instant. Le mieux serait que vous en parliez ensemble et que vous puissiez également en parler dans le cadre de votre suivi auprès de l’ANPAA.

Nos écoutants vous répondent 7j/7j de 8h à 2h au 0800 23 13 13 (appel gratuit depuis un poste fixe) ou au 01 70 23 13 13 (appel non surtaxé depuis un mobile). L'appel est anonyme.

Bien cordialement.

En savoir plus :

Retour à la liste