Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Désemparée

Par paradoxe

Bonjour, je me rends compte de l impact du crack sur ma vie et pourtant je n arrive pas a réagir, je me regarde plonger et a part pleurer de ma situation, je ne suis capable de rien d autre...... Je voudrais savoir si qq uns d entre vous s en sont sortis, comment vous avez fait???? Je n arrive plus a voir d issue a ma situation..... Si, la mort, g en moyenne 19 de tension et des cachets d urgence quand mon coeur s emballe pour me sauver..... mais je vois bien que malgres ca, je me tue a petit feu, je vois bien a quel point le produit est plus fort que moi...... J ai deja affronté beaucoup de choses dans ma vie, un viol, des attouchements sexuels, le manque d amour d une mere, le foyer, la rue, la delinquance, l anorexie, la boulimie............. J ai toujours ete assez forte pour me relever et comme je dis tout le temps depuis qq temps, je suis fatiguée de me battre, je suis ereintée de cette vie et je n y arrive plus..... Et c peut etre ce qui fait le plus mal, g toujours ete une guerriére alors me voir ainsi est trés douloureux.... J ai envie de m en sortir, retrouver ma force, etre celle que je suis alors svp, dites moi comment vous vous en etes sortis....

Mise en ligne le 08/07/2019

Bonjour,

Votre témoignage est touchant, reflète beaucoup de souffrance et  nous y sommes sensibles.

Malgré tout ce que vous avez injustement subi et votre difficulté actuelle à vous sortir de ce pas, nous retenons que, comme  « guerrière », vous avez toujours été forte et su vous relever pour tenir sur vos deux jambes.

 Le crack  a la particularité de placer rapidement la personne dans une recherche compulsive et l'amène à en consommer davantage; ce qui la pousse assez vite dans  des conditions de vie très précaires entraînant la dégradation de l’état de santé général. L’état dépressif et d’épuisement général que vous nous décrivez est à rapprocher des effets particuliers de ce produit.

Ceci étant, nous pensons que vous avez tout à gagner à solliciter de l'aide : d’abord pour ne pas vous  sentir seule dans votre mal-être, ensuite pour être accompagnée et soutenue dans votre projet d'arrêter votre consommation de crack.

C’est pourquoi nous vous suggérons de vous rapprocher d’un CSAPA ou Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie où des professionnels vous accueilleront en toute discrétion et sans aucun jugement. Ce sont des addictologues, médecins, psychiatres, psychologues, qui vous recevront, écouteront et proposeront gratuitement de nouvelles pistes pour arrêter votre consommation durablement. Nous vous avons mis deux adresses de ces centres situés à Besançon. N'hésitez pas à les joindre ou à vous rendre sur place pour obtenir un premier rendez-vous.

Nous vous avons également mis en lien notre espace forum afin de rejoindre une discussion déjà existante ou en créer une nouvelle en rapport avec ce thème. Vous pouvez également laisser votre témoignage dans notre rubrique du même nom et pourrez ainsi obtenir les retours des internautes qui vous liront.

Si vous souhaitez une aide et un soutien ponctuels, n’hésitez pas à revenir vers nous par tchat via notre site (gratuit et anonyme) tous les jours de 14h00 à minuit ou au 0800 23 13 13 (Drogues Info Service, gratuit et anonyme, tous les jours de 08h00 à 02h00 du matin.

Avec tout notre soutien pour trouver l'aide nécessaire,

Bien cordialement.    

 

  

 

 

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CAARUD AIDES Franche-Comté

2 avenue Fontaine Argent
25000 BESANCON

Tél : 03 81 81 80 00
Site web : www.aides.org
Secrétariat : Du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 19h.
Accueil du public : Permanences d'accueil libre, mixte et Programme d'échange de seringue : Lundi, mercredi et vendredi de 15h à 19h
Service mobile : Une équipe mobile se déplace à bord d'un camion pour aller à la rencontre des usagers, 4 après-midi par semaine le lundi sur Vit, le mardi sur Planoise, le jeudi sur Baume les Dames, le vendredi sur Pontarlier, Maîche et Morteau.

En savoir plus :

Retour à la liste