Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Guérison

Par Profil supprimé

combien de traitements existe-t-il pour guérir un drogué ?

Mise en ligne le 25/11/2009

Bonjour,


Il existe différentes aides pour les personnes qui consomment une drogue et qui souhaitent arrêter. Ces aides peuvent varier suivant le (ou les) produit(s) consommé(s), l'âge, la situation de la personne. Vous ne précisez pas quel est le produit en question, c'est pourquoi nous choisissons de vous présenter le système de soins dans son ensemble. N'hésitez pas à préciser votre demande dans une nouvelle question si nécessaire.

D'une façon générale, il y a en France deux grands types d'aide : celle proposée par des professionnels, et celle proposée par des pairs.

Concernant l'aide proposée par les professionnels,  une personne consommatrice de drogues peut d'une part en parler avec son médecin traitant, ou tout autre médecin généraliste (Généralistes et Toxicomanie est un regroupement de médecins généralistes spécialisés dans la prise en charge des personnes toxicomanes en médecine de ville).
Il existe d'autre part des centres de soins : les CSST (Centre de Soins Spécialisés pour Toxicomanes) pour les consommations de produits interdits (héroïne, cocaïne, ecstasy, entre autres), les CCAA (Centre de Cure Ambulatoire en Alcoologie) pour l'alcool, et les consultations de tabacologie pour le tabac. CSST et CCAA tendent progressivement à se rapprocher et prennent alors le nom de CSAPA (Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie). Des consultations spécifiques pour les jeunes consommateurs de cannabis et autres drogues existent également. Les professionnels spécialisés (médecins, psychiatre et/ou psychologue, personnel paramédical, travailleurs sociaux, éducateurs) proposent une aide adaptée à chacun, en fonction des besoins. Ces lieux fonctionnent en ambulatoire, c'est-à-dire que l'on y va en consultation.

Il est possible d'être hospitalisé pendant l'arrêt, c'est-à-dire au moment du sevrage (cure) et/ou de se rendre dans un lieu de repos après l'arrêt (post-cure). Encore une fois, cela dépend du produit et de la situation de la personne. Ces lieux sont généralement destinés aux consommateurs d'héroïne ou d'alcool.
 
Pour certains produits, ceux de la famille des opiacés (dont fait partie l'héroïne), il existe des traitements de substitution. Ce sont des traitements médicamenteux que l'on prend à la place de la drogue, qui évitent le manque, et que l'on diminue très progressivement, accompagné par un médecin. La mise en place d'un traitement de substitution peut se faire à l'hôpital, mais ce n'est pas systématique.

En ce qui concerne l'aide par les pairs, il s'agit de groupes de parole réunissant des personnes dépendantes et qui souhaitent arrêter (par exemple : Alcooliques Anonymes pour l'alcool, Narcotiques Anonymes pour les opiacés ; nous citons ici deux groupes d'entraide, il en existe d'autres). Ces rencontres ont lieu régulièrement. Il n'y a pas de professionnels dans ces réunions. CCAA, CSST et groupes de paroles ne sont pas exclusifs : certains vont choisir une aide plutôt qu'une autre, d'autres vont solliciter les deux, en même temps ou pas forcément. C'est un peu à chacun de sentir ce qui va pouvoir l'aider au mieux. 

Comme vous pouvez le constater, les possibilités d'aide sont diverses. Si vous souhaitez d'autres informations, des précisions, vous pouvez nous appeler au 0800 23 13 13 (appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe, tous les jours de 8h à 2h du matin).

Cordialement.

En savoir plus :

Retour à la liste