Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Impasse

Par Sosoxxxvmxxx

Mon meilleur ami se drogue fume etc depuis au moins 2 ans.. Il va de plus en plus mal car il enchaîne les dispute avec ses parents ( il a 15 ans) et il se bat avec ses potes tandis que d'autre partent en prison.. Il a déjà un casier judiciaire. Il est persuadé qu'il est trop tard, que son avenir est tracer et qu'il aura jamais de travail. Il veut faire une plantation de drogue à partir de l'été prochain. Je sens qu'il a besoin d'aide et veut être aider mais ses parents ont seulement contacter un psychologue qui d'après mon ami, ne lui sert à rien. Il aimerait que tout cela change mais il n'arrive pas et ne veux pas arrêter car il est maintenant accro et ses parents sont au courant mais ne font pas grands choses car ils n'ont plus d'autorité sur lui. Deux solutions s'offrent à moi : Forcer, répéter et persuadé mon meilleur ami d'arrêter, au risque qu'il se renferme. Ou appeler le service d'enfance en danger, qui je pense, mettra mon ami en famille d'accueil. Mais je briserai une famille et ça ne résoudrait pas forcément la solution. A savoir que je suis déjà allé à la maison des adolescents et que j'ai déjà offert mon aide à mon pote qui a refuser en me disant " merci mais pas pour l'instant ". A savoir aussi qu'il est influencer par ses amis et fréquentation. Que me conseiller vous de faire ? Avez vous d'autres idées ?

Mise en ligne le 13/12/2018

Bonjour,

Nous saluons votre disposition d'esprit à l'égard de votre ami et de la situation qui se dégrade ainsi que l'aide que vous tentez de lui apporter.

Nous comprenons bien votre désarroi dans cette entreprise car il est très difficile d'aider une personne qui a développé une dépendance à un produit. Une dépendance n'est pas le fruit du hasard ; quelle a été l'évolution de sa consommation personnelle, de festive ou occasionnelle avec les copains à régulière et solitaire, dans quel contexte scolaire, familial ou affectif, quels ont été les éléments qui ont favorisés cette évolution pour aujourd'hui en attendre quoi, quelles réponses à quels besoins,… Autant de questions qui lorsqu'elles trouvent réponses apportent des pistes pour aider son proche, pas nécessairement sur le fait d'arrêter mais sur celui d'aller mieux ce qui peut avoir pour conséquence de moins ressentir le besoin de consommer.

Votre ami dit vouloir que cela change mais exprime également le refus ou l'incapacité de mettre un terme à sa consommation probablement pour toutes les questions évoquées ci-dessus et dont nous ne disposons pas des réponses.

Il est important pour vous et votre ami de savoir qu'il est possible d'arrêter seul le cannabis, parfois l'usager comme l'entourage doute tant le besoin au quotidien est devenu fort (nous vous joignons un lien ci-dessous qui vous en dira davantage). Si des effets au sevrage sont parfois éprouvants, ils s'estompent au fur et à mesure pour disparaître totalement ensuite.

L'essentiel étant de trouver la motivation, l'intérêt qu'il aurait à se libérer de cette consommation tant d'un point de vue santé, sécurité, financier ou encore relationnel, mais aussi et surtout sur le sens qu'il va donner à se libérer de cette consommation ou la réduire. C'est peut-être là que vous pouvez encore tenter de l'aider, quel projet à court termes, moyens ou longs termes ; le remotiver, le valoriser, l'encourager non plus à arrêter mais à avancer sur ses projets.

Nous vous rejoignons sur le risque de repli sur soi, de fuite ou de rupture de dialogue si vous tentez de le persuader à arrêter sans l'aider sur les points évoqués ci-dessus. Le plus à même de vous répondre à la question de comment l'aider reste bien votre ami car il sait probablement ce dont il a besoin et ce qu'il attend de vous, de ses parents, de son entourage. Sur la question des amis et fréquentations, nous comprenons à travers votre message que vous les estimez négatifs aussi, sur la forme il serait préférable de lui signifier votre inquiétude sur cette influence qui vous semble peu constructive plutôt qu'un jugement brutal auquel il risquerait de s'opposer frontalement.

Concernant le service d'enfance en danger, rien ne vous empêche de les contacter pour leur demander leur avis afin d'évaluer les enjeux d'une démarche, d'en mesurer l'intérêt et les conséquences.

Vous avez apporté l'information à votre ami de la possibilité d'être aidé à la Maison Des Adolescents ;  une fois exprimés votre non jugement de sa consommation et votre compréhension d'un probable mal-être, votre volonté de l'aider à aller mieux et demandé de quelle façon vous pouvez l'aider, il est possible que vous ne puissiez pas faire plus qu'être présent, vigilant et attentif, préserver ce qui vous a rapproché jusqu'à maintenant en mettant de côté la question de cannabis puisque vous constatez n'avoir aucune "prise" sur le sujet.

Bien sûr, si aborder la question sous forme d'échanges peut vous aider davantage, vous pouvez également nous contacter de façon anonyme et gratuite tous les jours au 0 800 23 13 13 de 8h à 2h ou par chat de 14h à minuit.

Bien cordialement

En savoir plus :

Retour à la liste