Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

"Je veux arrêter l'héroïne"

Par Alcool Info Service

Bonjour,j'ai 30 ans et je suis héroinomane depuis l'age de 16ans.Contrairement a toute les conaissance et fréquentation que j'ai pu avoir et que j'ai toujour au jour d'haujourd'hui je pensse avoir une vie entre guillemer normal,tous au moins en apparence car j'ai toujour réussi a faire illusion.Ce que je veux dire c'est que malgré ma dépendance j'ai quand méme reussi a construire ma vie.Mais la je me rend bien compte que je vais tous perdre.J'ai bien eut des période pendant léquel j'étais sous traitement méthadone mais depuis plus de six mois certains événement de ma vie on fait que je me suis remis a fond dedant.Et quand je dit sa ce n'est pas une façon de parler.Je consonme a peux prés 3 a 4 grammes d'héroine par jour de trés bonne qualité car cette héroine vient directement de rotterdam et je la consomme pur contrairement a tous les consommateur de ma ville qui consomme de la 1 pour 2.C'est a dire que dans 3grammes il ont 1gramme de pur et 2grammes de coupe.La vie que j'ai au jour d'aujourd'hui ne me convient plus.Spychologiquement j'arrive a saturation, je vois bien que je vais tous droit dans le mur et ce n'est pas la vie que je veux mener,ni pour moi ni pour mon fils et ni pour ma femme.Donc ma question est simple:y aurait-il un centre prés de chez moi que je pourrais intégrer afin de pouvoir me sevrer rééllement de tous sa ,y compris de l'habituel traitement méthadone qui ne fait que de décaler mon addiction a l'héroine pour une addiction a un sirop ou cachet ce qui certe et quand méme bien mieux mais ce qui fait auusi que l'on reste toujour un dépendant avec le risque de retomber dans le produit un jour ou l'autre comme cela m'arrive en ce moment pour la 50éme fois.En vous précisant que j'ai deja fait il y a quelque mois une démarche pour intergrer un centre de désintoxication mais que je n'est pas trouver un grand intérer a ce centre , car en effet il fallait que j'arrive la bas deja sevrer alors que c'est sa mon probléme.J'attend trés impatiament la réponse que vous allez donner a mon probléme,en espérant réellement que vous allez pouvoir m'aider car je ne pensse pas étre quelque de mauvais dans la vie mais malgré sa je voit bien que je fait énormément de mal a mon entourage et a passer 30 ans j'en peux plus.Merci NICO

Mise en ligne le 13/10/2010

Bonjour.

Nous comprenons la difficulté de votre situation et le fait que vous vous rendiez compte de la possibilité de "tout perdre". Depuis votre adolescence, l'héroïne a pris une place très importante dans votre vie et vous dites arriver, aujourd'hui, à "saturation".

Nous tenons cependant à insister sur les aspects positifs de ce que vous décrivez. Ils sont certes difficiles à percevoir actuellement, mais ils existent. En effet, malgré votre dépendance et vos "fréquentations", vous avez construit une famille et une vie que vous qualifiez de "normale", choses qui sont loin d'être simples. De plus, à plusieurs reprises vous avez trouvé la motivation et les ressources nécessaires pour tenter de vous soigner. Votre motivation nous paraît toujours aussi forte, puisqu'elle vous amène à chercher de nouvelles solutions à vos problèmes.

Le parcours de soins lorsque l'on est dépendant est souvent long, il est également loin d'être simple, et vous en faites la dure expérience. Nous entendons votre souhait d'un sevrage "total" et nous tenons à souligner le fait que, quels que soient les choix que vous ferez, il sera important d'être soutenu et suivi de manière régulière dans le temps. Ceci permettra de consolider votre arrêt d'une part, et de faire face aux aléas de la vie qui pourront vous mettre en difficulté, d'autre part.

En bas de page vous trouverez deux liens vers des centres de consultations proches de chez vous. Peut être connaissez vous l'un deux. L'un comme l'autre travaillent en collaboration avec des dispositifs hospitaliers pratiquant le sevrage. En leur exposant vos souhaits et vos difficultés, vous pourrez déterminer avec eux la solution la plus adaptée. Ces centres de consultation permettent de garantir la continuité des soins en travaillant avec vous avant, pendant et après le sevrage afin de vous soutenir.
De plus, ils peuvent également recevoir votre entourage si celui-ci le souhaite, notamment votre femme. Elle a un rôle particulièrement important pour vous et elle pourrait avoir besoin, elle aussi, d'être accompagnée et soutenue dans sa gestion de la situation.

Enfin, nous avons bien conscience de la difficulté de répondre à vos attentes de manière précise par écrit. Aussi, nous vous proposons, si vous le souhaitez, de nous contacter par téléphone (0 800 23 13 13, anonyme, gratuit depuis un poste fixe, 7jrs/7, de 8h à 2h).

Bien à vous.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


Permanence d'accueil du Mail

12, place d'estourmel
80200 PERONNE

Tél : 03 60 12 26 27
Site web : www.assoc-lemail.net
Accueil du public : Un mardi matin sur deux (présence de la psychologue et de l'éducatrice spécialisée)
Secrétariat : Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h30.
COVID -19 : Permanence suspendue en dehors des entretiens téléphoniques déjà fixés

Centre de soins et d'accompagnement, de prévention en addictologie

5, rue Arnaud Bisson
02100 SAINT QUENTIN

Tél : 03 23 05 03 33
Site web : https://www.ch-stquentin.fr/csapa
Accueil du public : Du lundi au vendredi de 9h à 17h.
Consultat° jeunes consommateurs : Accueil le mercredi de 9h à 17h
COVID -19 : Pas d'accueil physique. Rendez-vous fixés assurés par entretiens téléphoniques. Continuité des traitements assurée par le médecin (présent le mercredi). Ne pas hésiter à contacter l'équipe par téléphone.

Retour à la liste