Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mere consomatrice de drogue.

Par opeas

Bonjours, j'envoie ce message car je ne sais plus quoi faire. J'ai 16ans. Depuis 2 ans ma mère consomme du shite suite a un accident et elle avait beaucoup de douleur. Seulement elle a de nombreux problèmes psychologiques de base donc le mélange avec la drogue n'est pas raisonnable. Depuis 9 mois a peu près nos relation sont très tendu: -elle est insomniaque, lorsque je rentre le midi déjeuner elle n'est même pas réveillé. -elle ne sais pas gérer son argent et a 3 jours après sa paie il ne reste déjà plus rien sur le compte (alors qu'elle ne gagne vraiment pas beaucoup) -elle part dans des délires artistiques et monopolise toute la maison -et en plus de cela elle fume tout les soirs (3 joints par soir je dirai) et se comporte comme une adolescente de 14ans (met des videos sur les réseaux sociaux ou elle fume, est omnipulé par un rappeur très connu) j'ai l'impression que la drogue lui ronge le cerveau et son porte monaie. Nous nous disputons très fort chaque soir et cela me ronge de plus en plus. Je ne la considère presque plus comme ma mère. Je n'est plus aucune estime d'elle. Des que lui dit ses 4 verités elle éclate en sanglot et dit que "c'est moi sa fille qui a ma crise d'adolescence" , et non pas elle qui vit sa crise de la quarantaine. bref je ne sais même pas pourquoi j'écrit se message mais j'aimerai savoir ce que je puisse faire, comment la comprendre, comment lui faire comprendre, comment lui faire arrêter

Mise en ligne le 11/01/2019

Bonjour,

Nous comprenons bien votre désarroi dans le contexte que vous décrivez et il nous semble important de pouvoir vous préserver dans cette situation.

Une consommation  régulière qui s'installe n'est pas le fruit du hasard et il n'est pas rare qu'elle vienne  en réponse à un mal-être en lien avec la vie affective, familiale, professionnelle ou sociale de l'usager. Nous n'avons pas connaissance de ce qui a conduit votre mère à consommer de cette façon et vous dites que vous aimeriez la comprendre. Peut-être pouvez-vous tenté dans un contexte apaisé, sans jugement ni reproches, de lui dire cela, que vous ne la comprenez pas, que vous êtes probablement en capacité de le faire si elle vous explique. Lui demander ensuite, en fonction de ce qu'elle vous dit s'il y a quelque chose que vous puissiez faire l'une et l'autre pour que la situation s'apaise.

Vous parlez aussi de "nombreux problèmes psychologiques de base". Il peut être alors difficile de faire la part entre ces problèmes et les conséquences d'une consommation. Nous ne savons pas quels sont les problèmes psychiques dont vous parlez, mais il est important qu'elle puisse être aidée à ce sujet.

Ceci étant, au-delà de ce que vous pourrez tenter de faire pour calmer le conflit  et comprendre votre mère, la question de la gestion de sa consommation lui revient et il nous semble important de vous préserver, de ne pas rester seule avec ces différentes préoccupations.

Il existe des Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) dans lesquels des professionnels spécialisés proposent des consultations individuelles, confidentielles et gratuites aux usagers qui souhaitent faire la démarche mais également à l’entourage lorsque celui-ci se sent démuni. Vous pourriez y trouver une aide et un soutien pour réfléchir à la façon d'appréhender et de gérer cette situation au mieux.

Vous n'indiquez pas votre ville de résidence aussi nous ne pouvons vous orienter directement. Nous vous joignons un lien qui vous permettra d'effectuer votre propre recherche.

Un autre lien vous permettra d'accéder au site "Fil santé jeunes" où vous pourrez également évoquer la situation et trouver du soutien.

Si vous souhaitez évoquer la question sous forme d'échanges ou être aidée dans l'orientation vers un CSAPA, vous pouvez également nous contacter tous les jours, de façon anonyme et gratuite au 0 800 23 13 13 ou par chat de 14h à minuit.

Bien cordialement

En savoir plus :

Retour à la liste