Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

besoin d'aide pour mon petit frère de 25 ans

Par Profil supprimé

bonjour, mon petit frère est une personne très angoissé depuis qu'il est petit. il a fait une phobie scolaire est sa scolarité a été adapté en quatrième (stage) pour éviter qu'il ne soit déscolarité. Trés tôt, je pense vers l'age de 14 ans,il s'est mit a fumer tabac mais aussi cannabis, ses mauvaises fréquentation l'on également conduit à prendre de la drogue dur: de l'héroine. aujourd'hui il travaille mais n'a aucune confiance en lui, n'arrive pas a se concentrer, il a des soucis financiers duent a sa prise de drogue. IL est sous traitement méthadone mais continue a prendre de l'héroine dés qu'il en a l'occasion. IL prend un traitement anti-déprésseur et des somnifere. Il me dit souvent qu'il ne va pas bien, qu'il a sans arrêt une boule d'angoisse. IL a vu un psychologue, a été plusieurs fois hospitalisé en hôpital psychiatrique, il a fait un sevrage pour un traitement qu'il prenait....mais sa détresse est toujours aussi grande et on a l'impression d'être dans une impasse et que plus personne peut nous aider... aujourd'hui il pense que seule la drogue l'aide a se détendre et se sentir bien. comment puis je l'aider, quels professionnel peut on rencontrer

Mise en ligne le 22/01/2013

Bonjour,

Aujourd'hui, après avoir fait plusieurs démarches pour être aidé, votre frère semble toujours en difficulté. Vous vous demandez comment faire pour que les choses avancent et vous avez l'impression d'être dans une impasse. Nous comprenons ce sentiment, mais tenons tout de même à souligner le point positif suivant : votre frère, même s'il continue de consommer de la drogue pour l'instant, est toutefois dans une démarche de réflexion et de tentative de résolution de son problème de consommation.

Arrêter de consommer un produit dont on est dépendant, envisager de vivre sans un produit qui, même s'il pose des problèmes, permet d'essayer d'en résoudre d'autres est une d"marche difficile. La personne peut penser, pendant un certain temps, que le produit est la meilleure solution à son problème, ou du moins, la moins mauvaise. Consommer un produit psychotrope pour résoudre un problème ou le mettre à distance n'est en fait qu'une illusion de solution, mais ça, il faut du temps pour s'en rendre compte et accepter de chercher d'autres solutions. Cela peut prendre du temps. Un temps pendant lequel des rechutes, des périodes de reconsommations sont fréquentes ; on peut même considérer que ces rechutes font partie du processus de réflexion et de maturation. Nous vous encourageons donc à continuer de soutenir ces démarches et accompagner le cheminement de votre frère par le biais de discussions, d'échanges.

Etre le proche d'une personne qui consomme peut provoquer des sentiments variés comme l'inquiétude, l'incompréhension, le découragement voire la colère. L'impuissance aussi, qui vient dire qu'on ne peut faire les choses à la place de l'autre, qu'on ne peut le faire avancer plus vite que ce qu'il peut faire, et que l'on ne peut qu'être "à ses côtés". C'est souvent frustrant et inquiétant. Il est alors important pour l'entourage de trouver aide et soutien quand la situation devient trop douloureuse à vivre.

C'est pourquoi nous vous invitons à prendre contact, pour vous ou les autres personnes concernées dans votre entourage, dans un centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Ces structures accueillent les personnes qui consomment ainsi que leurs proches. Puisque votre frère a fait des démarches d'aide, il a probablement déjà connaissance de ces structures. Vous pouvez toutefois lui en reparler, lui reproposer de les contacter, et/ou y aller vous-même, pour vous. Vous pourrez rencontrer là des équipes pluridisciplinaires spécialisées dans les problèmes d'addiction et à même de vous accompagner.

Pour d'autres informations, ou si vous souhaitez parler de tout cela avec l'un de nos écoutants, vous pouvez nous appeler au 0800 23 13 13 (Drogues Info Service, appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe, tous les jours de 8h à 2h du matin).

Cordialement.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA ANPAA 60

24, rue de Buzanval
60000 BEAUVAIS

Tél : 03 44 45 81 13
Accueil du public : Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.
Consultat° jeunes consommateurs : Consultations jeunes et entourage sur rendez-vous
COVID -19 : Permanence téléphonique assurée aux horaires d'ouverture habituels. Nouvelles prises en charge possibles, par téléphone. Suivis maintenus par téléconsultations (visio, téléphone).TSO: délivrance maintenue.

Centre d'Accueil et de Soins en Addictologie

50 rue du Général de Gaulle
Centre Hospitalier Général
60607 CLERMONT

Tél : 03 44 77 33 89
Site web : www.ch-clermont.fr
Secrétariat : Lundi, jeudi et vendredi de 9h00 à 17h00 1 mardi sur 2: de 9h00 à 19h30. Mercredi de 9h00 à 17h, Samedi de 9h00 à 13h
Consultat° jeunes consommateurs : sur rendez vous
COVID -19 : Uniquement par téléphone. Joignable de 9h à 17h. Suivi maintenu par entretiens téléphoniques (soutien, consultations médicales).

Retour à la liste