Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

comment faire

Par kenzoid

bonjours je suis eric 47 ans.je suis ancien polytoxicomane de l'age de 16 ans a 26 ans.j'ai toucher a toute les drogues existante dans ces année la y compris les binzo .j'ai terminer ma consommation de drgue par trois ans d'extasie,cocaine,mdma,crack,speed,lsd et heroine pour les descente trop sauvage.j'ai fait une poste cure de 7 mois dans une famille d'acceuil paysane dans le tarn et garonne.sa c'est telement bien passer que je n'es plus rien toucher jusqu'a l'an dernier.je vous explique. Ma compagne ce bat contre un cancer generaliser depuis 1 an et demis.c'est trop dure a vivre lorsque l'on est accompagnant.j'ai craquer 6 mois apres l'annonce du cancer avec le cannabis pour supporter le mal que la maladie vous fait.j'en suis pas fiere mais il le falait pour assumer.j'en suis a 50 60 gr par mois,des fois plus et cette hivers j'ai craquer pour la cocaine,j'en prend un ou deux gr par week end.les fetes ce sont passer et ma compagne va mieu.pas guerite mais les medecin la dise sauver. Je lui es parler de ma re comsomation et de ma re envie d'arreter maintenant qu'elle est sauver. probleme c'est trop dure,j'ai l'impression de revivre mon premier seuvrage des le lendemain de mon arret.la ptite celule est bien reveiller celle de la dependance.j'ai peur de devoir retourner en cure car j'ai une famillle a m'occuper et la maladie de ma femme est encore bien presente.elle a besoin de moi. connaisser vous d'autre alternative pour sans sortir? y a t'il des nouveaux traitements moins camisole chimique pour passer le cap du seuvrage?

Mise en ligne le 14/01/2021

Bonjour,

Nous comprenons bien une reprise de consommation liée à une situation émotionnellement compliquée à vivre. Vous dites qu’aujourd’hui que votre compagne va mieux et vous souhaiteriez vous libérer de cette consommation. Il nous semble essentiel de valoriser la capacité que vous avez eu à vous libérer d'une polyconsommation les années passées et de pouvoir vous appuyer sur cette ressource dont vous disposez.

La question du sevrage de la cocaïne est parfois éprouvante tant les effets à la descente et au sevrage peuvent se révéler envahissants. Comme vous avez pu le vérifier par le passé, les effets au sevrage tout difficile qu’ils puissent être à appréhender, s’estompent avec le temps dès lors que vous trouvez du sens à l’arrêt et un nouvel équilibre dans la situation. Nous vous joignons quelques liens ci-dessous.

De ce que vous évoquez, il semble que la situation de votre compagne reste fragile et il nous paraît important pour vous de pouvoir bénéficier d’un soutien thérapeutique dans cette situation. Vous avez bien conscience que la cocaïne vous aide à surmonter de façon artificielle et très ponctuelle pour vous laisser ensuite dans le plus grand désarroi.

Afin de trouver du soutien, vous pouvez vous rapprocher d’une consultation auprès d’un professionnel de santé spécialisé (médecin addictologue, thérapeute ou travailleur social) dans un CSAPA (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie).

Les consultations y sont individuelles, confidentielles et gratuites. Nous vous joignons 2 liens ci-dessous. Vous pourrez évaluer avec le professionnel la question des traitements si besoin ou du sevrage hospitalier.

Si évoquer la question sous forme d’échanges peut vous aider, nous sommes joignables au 0800 23 13 13 tous les jours de 8h à 2h ou par chat via notre site drogues info service. Ces échanges sont anonymes et gratuits.

Bien cordialement

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivan


Clémence Isaure-CAARUD Intermède

2 bis, rue Clémence Isaure
31000 TOULOUSE

Tél : 05 34 45 40 40
Site web : clemence-isaure.org
Accueil du public : Lundi, mardi, mercredi et jeudi 14h/18h et vendredi 9h30/12h30: accueil collectif mixte sans rendez-vous, le vendredi 14h/16h30 accueil femmes
Centre : distribution de materiels de réductions des risques aux horaires d'accueil collectif ainsi que sur les horaires du programme méthadone
Substitution : Dispensation de méthadone à Seuil très adapté: 7/7j de 10h à 12h30. Inclusion lundi, mercredi et vendredi aux mêmes horaires.
COVID -19 : Horaires restreints : lundi, mardi 9h30/18h, mercredi, jeudi 10h/18h et vendredi 9h30/16h30

En savoir plus :

Retour à la liste