Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

méthadonne et médicaments et apéro

Par Profil supprimé

bonjour je suis en couple avec un ancien toxicomane qui est sous méthadone,depuis 7 ans et je sais que quelque fois il prenais encore de la drogue mais de façon irrégulière et très peu.et jamais en cachette.mais la hier soir j ai trouver son comportement bizarre et en fin de compte il m a avoué avoir pris du (VALLIUM)qu une connaissance lui a fourni car chez moi il n y a rien commeça .je ne fume pas ne bois pas et ne me suis jamais droguée.par contre j avais du lexomil de maman que j ai soignée chez moi et qui est décédée en 2007 et la il a aussi pris quelques cachets plus un verre d apéritif ce qui fait que mon compagnon est dans le cosmos depuis hier il tenait à peine debout ce matin divague tiens un discourt incohérent est insensible à ma douleur de le voir comeca surtout que j ai divorcer d un mari alcoolique et je lui ai toujours dit que je n accepterais pas une situation comme il me fait vivre la.du coup je ne peux pas lui parler il divague et la il dort.je suis perdue je ne sais pas qu elle attitude adoptée et je sais que je suis assez impulsive par rapport à la situation.ce n est pas la vie que je veux et je ne veux surtout pas que mes enfants pourrait le constater ils sont grand mais peuvent me rendre visite à tout moment c est d ailleurs ce qui c est passé hier soir mais je ne sais pas si mon fils s en ai rendu compte j ai essayer de l empêcher de sortir de la pièce mais il a comme même passé outre .comment agir face à la situation?la il comprends rien et quand il ira mieux est ce qu il se rappellera???à ce moment je pourrais lui parler???merci j espere avoir été assez clair cordialement

Mise en ligne le 24/07/2012

Bonjour,

Votre ami s'est saisi de ce qu'il pouvait, à savoir de médicaments et d'alcool en plus de son traitement méthadone, pour gérer un problème, une certaine forme de mal-être. Si vous extimez que son état ne permet pas de dialoguer sereinement, il vaut mieux en effet en parler avec lui lorsque les effets de ce qu'il a pris seront un peu éstompés. Cela pourra vous permettre d'essayer de comprendre pourquoi il n'allait pas bien ce jour là, ayant besoin des effets de divers produits pour gérer ça. Il est possible qu'il n'est pas de souvenirs précis de la situation, ce qui n'empêche pas de parler de comment il se sent en ce moment.

Nous comprenons que cela soit aussi difficile pour vous, l'impulsivité vous envahissant parfois. Ce sentiment vient toutefois compliquer la manière dont vous pouvez essayer d'en parler avec lui. Communiquer sur le sujet de son mal-être nécessite de ne pas le juger afin qu'il se sente à l'aise pour confier ce qui est éventuellement si difficile à viivre pour lui.

Pour vous aider à mieux gérer cette situation, nous vous conseillons de prendre contact avec les deux centres que nous vous indiquons par un lien. Ce sont des centres spécialisés en addictologie où des équipes de professionnels seront à votre écoute car ils accompagnent autant l'entourage que les usagers de drogues eux-mêmes.Un premier rendez-vous pourra sans doute vous soutenir et vous permettre de mieux adapter vos réactions face à cette situation délicate qui vous cause beaucoup de stress.

Si ce dialogue reste difficile à instaurer, n'oubliez pas que notre service reste à votre disposition pour en parler. Vous autant que lui pouvez donc nous appeler au 0800.23.13.13, tous les jours de 8h à 2h, appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


Retour à la liste