Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

La kétamine : de la drogue à l'antidépresseur

Par Drogues info service Voir les commentaires

Les médias se sont récemment fait écho des propriétés antidépresseur exceptionnelles de la kétamine. Elle a longtemps été utilisée pour anesthésier les animaux ou les hommes ou dans sa forme illicite en mode récréatif pour ses effets hallucinogènes. Le point sur les espoirs thérapeutiques mais aussi les limites associées à l’usage de cette substance.

Des effets antidépresseurs inédits

D’après certains médecins, la kétamine représente un nouveau modèle au sein de la famille des antidépresseurs. Elle a des propriétés que n’ont pas les autres médicaments :

  • elle agit en quelques heures là où les autres médicaments agissent en plusieurs semaines
  • elle semble efficace chez les patients qui résistent aux autres traitements
  • elle fait disparaître les idées suicidaires quasi immédiatement

En plus, elle semble plutôt bien tolérée par les patients.

Devant ces résultats très prometteurs, la Food and Drug Administration a récemment autorisé, aux Etats-Unis, l’usage d’un spray nasal à base d’eskétamine, une substance dont la structure est très proche de celle de la kétamine, pour les patients résistants aux antidépresseurs classiques.

Des questions en suspens

Malgré ces propriétés intéressantes, plusieurs problèmes semblent faire obstacle encore à l’adoption d’un protocole thérapeutique efficace. Ainsi, les effets de la kétamine sont de courte durée et ses effets à long terme ne sont pas connus. Des études sont en cours pour essayer de trouver des modalités de traitement qui permettent d’intégrer la kétamine à l’arsenal thérapeutique pour lutter contre la dépression.

 L’automédication est fortement déconseillée

La tentation pourrait être grande de l’utiliser pour se soigner en dehors de tout contrôle médical. C’est une mauvaise idée.

Trouver le dosage adéquat est difficile. Prise à dose trop importante, la kétamine peut avoir des effets dissociatifs traumatisants. Ce « bad trip » peut générer de l’anxiété et aggraver la dépression. Le surdosage est rare, mais il est dangereux et peut être mortel : il expose à un risque de dépression respiratoire, de coma et d’arrêt cardiaque.

Retrouvez et complétez ces informations en lisant la fiche kétamine du Dico des Drogues.

Réagir