Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs PDF Imprimer EnvoiMail

je fume du cannabis et je n’arrive pas à arrêter.

Par Ali0402

19 réponses


Basic91 - 31/01/2020 à 17h39

Je suis dans le même cas que vous. J'ai envie d'arrêter mais je m'en sens incapable.. J'ai 30 ans et j'ai peur de me dire que si je continue j'aurai passé la moitié de ma vie à fumer.. C'est une des raisons qui me pousse a arrêter mais c'est vraiment compliqué de stopper tout ça.

Le 2 septembre 2019 j'ai arrêté de fumer la cigarette, ce dont je suis très fière. Je ne fume le bédo que le soir et les week-ends, jamais pendant le travail. Malheureusement, depuis fin novembre dernier je suis au chômage et j'ai peur d'avoir compensé l'arrêt du tabac par encore plus de bédo... Une raison de plus qui me fait dire que je devrait (qu'il faut !) vraiment arrêter ce cercle de dépendance cannabique..

Je ne sais pas comment commencer, je me pose beaucoup de questions, en serais-je capable ? J'ai peur. Peur de me decevoir, peur de l'echec même si je sais qu'une rechute c'est toujours un pas de fait vers un sevrage total..
Est-ce que je dois entamer le même process par lequel je suis passé pour arrêter le tabac ? Il faut que je trouve la force en moi pour enrailler la machine. C'est tellement dur..

Mon conjoint consomme aussi et il ne compte pas arrêter du tout, ce qui ne m'aide vraiment pas. Vais-je y arriver toute seule ? Alors que la tentation est sous mon toit ? Avez-vous des conseils par rapport à ça ?

Je vous remercie pour vos témoignages, ils me font réfléchir dans le bon sens sur mon sevrage.

Force à vous.

Ali0402 - 03/02/2020 à 18h02

Basic31, merci pour ton témoignage.
Je n’ai toujours pas commencer à arrêter, disons physiquement. Cela fait près de deux mois que je me prépare mentalement, que j’essaie de me convaincre d’arrêter, et c’est très difficile car lorsque je passe une bonne journée sans fumer, le soir je suis très contente de fumer et je me dis « ça va juste 1 ou 2 .. ou 3 dans la soirée » et chaque jour est différent pour moi, parfois j’aimerais ne plus y toucher car ça me déprime terriblement et parfois je me dis que non c’est sympa de fumer et c’est pas grave. Malheureusement ma mémoire n’est plus si bonne qu’avant, ma flemme est beaucoup trop présente. Qu’est ce que ce sera dans 10 ans alors...
Moi en revanche quand je fume moins de joint je compense beaucoup par la cigarette; j’ai aussi failli arrêter la cigarette il y a 1 ans mais sans succès j’ai fumé une clope par jour pendant 1 mois jusqu’à reprendre normalement.
Alors réussir à arrêter le joint ... va être une épreuve .. et pour beaucoup d’entre nous apparement; n’hésitez pas à répondre sur ce fil de discussion et à témoigner de votre consommation ou de votre arrêt si vous avez réussi, un conseil est toujours le bienvenu merci à vous.

amethist - 28/02/2020 à 20h01

Hello à tous !
Pour ma part j’ai 23 ans, j’ai touché à mon premier joint à 15 ans. Au lycée hôtelier, j’ai commencé à acheter de temps en temps, puis j’ai passé mon bac et je suis partie de chez mes parents. A partir de là, quelques mois après j’ai commencé à fumer tous les jours. Je fume donc depuis 5 ans et demi tous les jours, entre 1 et je dirais 6 par jour. En ce moment, en moyenne je suis à 2/3.
Je suis avec mon copain depuis bientôt 4 ans, lui aussi fume, on fume la plupart du temps ensemble. On a déjà arrêté quelques jours, lorsque l’on partait en week-end ou en vacances par exemple, et ça s’est toujours bien passé mais à chaque fois on retombait dans nos travers car pour ma part et comme la sienne, pas vraiment envie d’arrêter.

Mais voilà, depuis bientôt 1 an je me suis mise à mon compte en tant qu’entraîneur personnel, je fais beaucoup de sport, je mange bien, je médite, je suis passionnée de nature, de lecture et d’apprentissages en tout genre. Mais j’ai une grosse dissonance en moi car je suis addict au cannabis et je promeut le bien-être et la santé. J’ai la sensation d’être une grosse imposture, de mentir à tout le monde et ça me rends mal. Et comme je suis mal, et que j’ai quand même bien envie d’arrêter depuis quelques mois, ça ne m’aide vraiment pas. J’ai beaucoup eu fait de crises d’angoisses et de spasmophilie de ça il y a une bonne année maintenant mais j’ai fait un énorme travail personnel sur beaucoup de plans et ça va bien mieux de ce côté là.

Mais impossible d’arrêter. Et je sais que cela m’entrave dans le développement de mon potentiel. Ma mémoire n’est plus aussi bonne, je cherche désespérément ma créativité des fois, et bien que je soit la plupart du temps positive pour améliorer mon état d’esprit, fumer mon petit joint avec un bouquin ou en forêt, ou bien sûr en rentrant du boulot car je fais toujours de la restauration en parallèle, ça me pose et ça me donne l’impression de ne pas sombrer dans l’abime de mes pensées avec mes angoisses sur la vie. J’essaie de plus me concentrer sur le moment présent pour éviter de trop stresser au quotidien mais j’ai toujours cette envie de rouler un petit le matin avant d’affronter ma journée et le soir pour souffler.

J’ai réussi à arrêter de fumer la clope déjà il y a un an demi aussi. Mais c’est je pense surtout grâce aux joints.

Je vous comprends c’est pas simple happy

Moderateur - 12/03/2020 à 15h10

Bonjour Amethist,

Vous êtes ce qu'on appelle "ambivalente". Vous voyez bien que vous devriez arrêter et vous en avez envie, mais d'un autre côté vous n'êtes pas prête à renoncer à certains plaisirs que vous associez au cannabis. Le fait que votre copain fume ne vous aide pas non plus.

Si vous le souhaitez vous pouvez travailler sur cette ambivalence avec un professionnel. Il pourra vous aider à réduire cette dissonance cognitive que vous vivez au quotidien. D'ailleurs cela ne passe pas forcément à tout prix par l'arrêt total du cannabis. Un réaménagement de votre consommation ou de vos exigences personnelles peut aussi vous aider à retrouver la paix intérieure que vous cherchez. C'est vous, avec l'aide de ce professionnel, qui déterminerez ce qui vous convient le mieux et comment y arriver.

Nous vous invitons donc à vous mettre en relation soit avec une Consultation Jeune Consommateurs (CJC) pour un premier bilan, soit directement avec un Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Les consultations sont gratuites et cela peut vraiment vous aider. Pour trouver la structure la plus proche appelez notre ligne d'écoute ou utilisez notre rubrique adresses utiles que vous trouverez sous la carte de France ci-contre dans la colonne de droite.

Cordialement,

le modérateur.

Joboul - 12/03/2020 à 16h35

Bonjour je suis dans le MM cas je consomme depuis tres longtemps et la ces derniers j ai 33 ans j ai envie d arrêter car j ai un enfant et toutes ces conneries je veux qu elles soient derrière moi je ne fume pas bcp 1 joint le soir depuis quelk temps bcp diminuer ma consommation mais elle reste régulière et tjr la peur de se faire choper pour le permis point essentiel dans ma vie comme bcp j aimerai trouver des technique pour éviter tout sevrage compliqué sachant que je suis déjà de nature anxieuse

Ali0402 - 09/05/2020 à 08h58

Bonjour, je suis actuellement en incapacité d’arrêter : Confinement. C’est assez comique car pour m’aider à arrêter (j’étais à 4joints par jour à ce moment là) j’avais pris rendez vous avec un hypnotiseur. J’en est entendu parler et apparement c’est magique pour certaine personne. Or le premier rdv était le jour où on a du se confiner; et bien sûr j’ai moi même pris la décision d’annuler le rdv en espérant qu’il l’aurait fait aussi, et il m’expliquait par téléphone qu’il n’y aurait pas de problème sanitaire, on serait protégé et que le rdv pouvait avoir lieu. Mais j’ai insisté pour l’annuler.
J’ai paniqué car j’ai eu peur de m’ennuyer pendant ce confinement donc je me suis dis que j’arrêterais après.. donc je suis actuellement retombée dans une routine ou je n’ai plus de travail car j’étais en cdd dans du conditionnement (c’était atroce car j’étais seule et pensais déjà à arrêter, rien qui allait à cette période non plus) et je fume toute la journée toute la soirée et je ne dors plus assez, mon corps se réveille automatiquement après 5h de nuit, j’ai des douleur d’estomac qui surviennent aussi, et je fume même la nuit pour me rendormir car j’adore dormir et je n’y arrive plus. J’en fume donc en moyenne 6-7 par jour et ils me durent assez longtemps, ce qui fait que je fume même plus de clope mais que des joints tout le temps. J’ai peur d’arrêter car mon corps est totalement dépendant, mais je me détruis complètement. Je connais mon problème, j’ai des angoisses depuis que je suis toute petite, jai peur de la mort et le cannabis ma sauver car en fumant je n’y pensais plus. J’ai vu beaucoup de psychologue et aujourd’hui mon problème est toujours là et le cannabis ne m’aide plus vraiment, je ne ressens plus les bienfaits. Je vais essayer de réfléchir à la meilleure option pour stoper tout ça. Bon courage à vous tous egalement.

Joboul - 11/05/2020 à 10h22

Bonjour ali042
J ai écrit le 12//03 dernier de ma consommation et depuis ce jour je me suis dit que je devais essayer d arrêter cela'fait 2 mois mtnt que je n ai pas retoucher un joint et je me. Sens super bien certes le s premiers temps ont été très dur et j ai profiter au contraire de toi du confinement pour me reposer et faire mon sevrage sans pouvoir aller au taf les 3 premières semaine sont compliquer après tu comme'ce à avoir les bienfait je m octroi toujours 2 3 clope pour compenser
De mon côté j assimiler un joint avec le sommeil dans ma tête si je fumais pas je n allais pas dormir mais tout ça est psychologique et je me rend compte que ton cerveau te joue des tours t'es croyance ne sont pas vrmt bonne je comme'ce a refaire des rêves très bizarre au début et mtnt j aime bien MM et surtt je me défoule je fais bcp de sport pour satisfaire mon cerveau et j ai perdu 8 kilo je reviens a mon poid de forme
Il faut que tu trouve des objectifs des choses qui te font avancer auquel tu vas penser qd tu vas être moi s bien et discuter bcp
Je te souhaite bon courage mais après c bcp mieux frcht
Le fait de ne plus chercher de plus avoir d appréhension au volant la reprise du sport la fierté par rapport à mon enfant et j en passe quand tu pe'se le pour et le contre il y a pas photo
Allez tu peux le faire j ai fumer pendant 16 ans et c faisable

Ali0402 - 15/05/2020 à 14h35

Salut joboul.
Ça fait du bien de savoir que des gens y arrivent, de mon côté je n’ai pas d’objectif dans ma vie. Du coup je n’ai rien qui me motive et m’aide à arrêter. Je suis une jeune femme de 21 ans qui pèse 48 kg, je commence à avoir des grosses marques sur le visage, cernes, poches, tête fatiguée, petit yeux gonflés. Ceci est ma seule Motivation, je ne veux pas que ma famille me voient m’enfoncer encore et encore. Mais le joint me colle à la peau il est encré en moi, J’arrive pas à m’en défaire. Hypnose prochaine étape. En espérant que ça marche mdr.. j’espère juste que les séquelles sur mon cerveau et mes poumons seront moindres. 6 ans de consommation quotidienne et je pense respirer plus de fumée que d’air lol. Bon courrage aux autres

Ephemer83 - 17/05/2020 à 16h08

Salut a tous !

J'ai envie de vous dire, ne perdez pas espoir !

Personnellement, je fumais plus de 100g par mois pendant 18 ans (j'ai 31 ans) et je me réveillais même la nuit pour fumer un joint ou + ...
Il était donc inconcevable que j'arrête la fumette, comme tu le dis Ali, "le THC faisait partie de mon ADN" aussi !
En ayant commencé a 12 ans, j'ai fumé les 2 tiers de ma vie, donc difficile d'envisager arrêter ce "rituel" ..

Mais il y 1 an, j'ai fini par avoir un "déclic" et j'ai tout arrêté brutalement, sans aucun objectif (vaut mieux arrêter progressivement, ça sera plus simple, j'ai pas choisit la meilleure méthode moi), en tout cas j'ai réussi, je suis totalement sevré et je me sens vraiment mieux !!

Ne vous mettez pas trop la pression, soyez juste motivé et vous verrez que vous pourrez déplacer
des montagnes !!
Mais surtout je vous conseil d'avoir quelqu'un a qui parler, copains, amis, proches, professionnels ou un "anonyme" du forum,
ça fait énormément de bien de dire a quelqu'un : "aujourd'hui ça fait 1 semaine... 1 mois.. 1an que j'ai arrêté" et surtout ils vous aident a ne pas craquer dans les phases les plus difficiles !

Pour les problèmes de santé, hormis des soucis psycho-somatiques et de l'hypocondrie assez chiant(e),
dû au sevrage, je n'ai aucune séquelle notable !
Et, de base, étant quelqu'un qui avait des "facilités intellectuelles", j'ai retrouvé beaucoup de mes "capacités" comme la mémoire, la concentration etc .. que du bénéfice finalement !

Quand vous prenez conscience que vous devez arrêter la fumette, c'est le 1er pas vers la liberté !!

Et Ali, quand tu auras fait ta séance d'hypnose, j'aimerai beaucoup avoir ton retour stp !

Sur ce, bon courage et n'hésitez pas si vous avez besoin de parler !

Répondre au fil Retour