Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Alcool et coc

Par Eléa

Bonjour à tous,

Je suis en couple avec le même homme depuis 3 ans. Quand je l'ai rencontré, il ne prenait pas de drogue. Il buvait pas mal en soirée, mais ça s'arrêtait là, je n'avais pas d'inquiétude. Il travaillait beaucoup, il était gentil, très aimant, on s'était vraiment trouvé tous les deux, on était très fusionnels, même si tellement différents.

Puis l'alcool est devenu source de problème, il lui fallait sa dose tous les soirs et de plus en plus, en moyenne 6 verres de vodka par soir. Cette période de quelques mois a été très dure, mais il a fini par ralentir et se calmer sérieusement sur l'alcool, toujours avec des rechutes.

Entre temps, il a pris de la drogue dans une soirée chez un ami proche, ce n'était pas la première fois pour lui mais la première fois depuis que nous étions ensemble donc au bout d'un an et demi de relation. Sur le moment ça ne m'a pas dérangé, le côté occasionnel de cette consommation était tout à fait plausible.
Sauf que quelques mois après, il a repris de la coc avec sa cousine qui était complètement accro et les mensonges ont commencé à ce moment-là. De son point de vue, il me ment pour ne pas me décevoir...

Cette prise de drogue avec sa cousine marque le début de la descente aux enfers pour lui et pour moi aussi. Il n'a pas cessé d'en prendre après, tous les mois, puis plusieurs fois par mois, puis plusieurs fois par semaine. J'ai tenu une sorte de calendrier pour avoir un oeil sur ses consommations sans lui dire et il n'avait même pas l'air de se rendre compte qu'il en prenait autant. Il me disait qu'il arrêtait quand il voulait.
N'habitant pas avec lui à ce moment-là, il attendait que je sois absente et ne m'en parlait juste pas selon ses propos, sauf qu'il y avait toujours qqn pour le balancer et j'ai appris à repérer les signes indiquant qu'il avait repris de la drogue.
Cette période coïncide avec des difficultés au travail, ça "l'aidait" à surmonter son stress, sa consommation d'alcool étant aussi repartie à la hausse... il a essayé d'arrêter à ce moment-là et s'en est suivi une longue dépression, très difficile à gérer, j'étais seule, personne de sa famille ou de ses amis n'étaient là. Il a dû arrêter alcool et coc d'un seul coup, ça a été violent pour nous deux, mais il a remonté la pente et Il a rechuté plusieurs fois depuis le début de l'année 2020, j'ai tout essayé pour l'aider, l'écouter, le comprendre, ne pas l'engueuler, ne pas le juger, lui proposer de l'aide par des professionnels, il y a aussi eu des ultimatums et des disputes très violentes. Souvent c'est une consommation excessive d'alcool qui le fait replonger dans la coc.

Actuellement toutes ses rechutes sont plus ou moins liées à sa soeur. Elle est alcoolique, elle le sait et ne fait rien pour changer les choses. Mon chéri a toujours eu conscience qu'elle le tirait vers le bas (je reprends ses propres mots) et dans des moments de lucidité, il fait ce qu'il peut pour rester loin d'elle, mais ça reste sa soeur et il finit par la revoir...
Comme toujours, elle lui propose de l'alcool, lui se dit qu'il va s'en tenir à une bière et finalement il ne les compte plus ensuite et des alcools forts s'ajoutent à la soirée et ça finit toujours de la même façon il appelle son dealer et claque parfois des centaines d'euros, pour se taper des lignes avec son beau-frère, alors qu'il ne travaille plus depuis un an, autant vous dire que financièrement c'est devenu compliqué ! et c'est le même cirque tous les weekends. Alors que la semaine tout se passe bien, il ne boit pas et ne prend pas de drogue, il est super.

Il m'a très souvent dit qu'il allait arrêter, qu'il allait changer, mais tous ses mots sont vides de sens, dans les faits il continue et pour moi ce n'est plus acceptable ou tolérable donc je l'ai quitté hier, mais c'est difficile, je l'aime toujours évidemment et je m'inquiète pour lui. Je ne peux pas faire les choses à sa place.
Financièrement, il n'a plus d'argent donc je me demande comment il va s'en sortir et je le laisse aux griffes de sa soeur qui n'a eu de cesse de le rabaisser et de le tirer vers le bas. Je vous ai passé tous les propos méchants et dégradants qu'elle a eus à son égard lors de sa dépression ou toutes les fois où elle l'a balancé quand il prenait de la drogue, comme si ça lui faisait plaisir qu'il fasse n'importe quoi.Très souvent, je gardais ses propos pour moi et le défendait face à sa soeur qui prenait soin de me dire ça quand il avait le dos tourné. Mais j'ai l'impression de l'abandonner. Je ne sais plus quoi faire et je ne sais pas à qui parler de tout ça, je n'en peux plus.

Sa propre famille ne l'aidera pas et coincé dans cet environnement toxique il ne s'en sortira jamais... Tous ses amis sont consommateurs aussi, je n'ai personne sur qui compter. Pour sa soeur et ses amis, je suis la moralisatrice et l'emmerdeuse de service, mais avec leurs conseils à la con il aura quoi comme avenir, mise à part de boire et prendre de la drogue régulièrement?
Et je n'ai pas envie d'en parler à mon entourage, parce que j'ai honte et je ne veux pas que ma famille change de regard sur lui, même s'ils ont été très compréhensifs sur les problèmes d'alcool... d'où mon message sur ce forum, ça m'a fait du bien d'en parler déjà, même si ça ne fait pas avancer les choses.

Bref à chaque fois que j'ai un espoir, tout se casse la gueule, c'est sans fin et cette vie là, où on fait le grand huit toutes les semaines, je n'en peux plus, j'ai besoin de prendre mes distances avec lui. J'aimerais tant qu'il s'en sorte mais je perds espoir en lisant tous les messages sur ce forum.

Est-ce que qqn a réussi à s'en sortir ici ? Est-ce que c'est possible de s'en sortir ? Merci à ceux qui ont lu mon pavé et à ceux qui répondront...

Fil suivant

2 réponses


Viaflie - 17/09/2020 à 14h01

Coucou,

Juste un message pour te dire que je compatis vraiment. J'ai vécu et vis plus ou moins des choses similaires avec mon copain et je n'imagine pas ta souffrance... La différence c'est que j'ai eu aussi une expérience avec la coke (dépendant journalière à laquelle j'ai mis fin)
Ce qui pourrait faire la différence si vous n'avez pas déjà essayé c'est qu'il voit un médecin addictologue (gratuit dans un Csapa, tu peux regarder si il y en a un proche de votre ville et le trainer à un rdv) voir un éducateur spécialisé, en fonction de son âge.
Dans les Csapa il y a aussi un accueil des proches où tu pourrais obtenir du soutien et parler avec des professionnels comme tu le fais ici, histoire d'avoir des témoignages de gens dont c'est le métier et de ne surtout pas rester seule avec ta douleur et ton incompréhension.
Je pense mais je ne suis pas à ta place que tu as bien fait de rompre, même si ça doit être très douloureux, attendre un changement qui ne vient pas de la part de l'autre peut l'être encore plus et tu as eu le courage de choisir une vie plus saine et dénuée de ces problématiques pour toi. L'abus de substances, sans prise de conscience, et encore pire dans le cas de ton ex, avec la complicité malveillante de sa famille, peut ne pas s'arrêter et continuer à dégringoler et chuter toujours plus bas
Du coup je réitère, essaye de le pousser à prendre rdv avec un médecin dans un Csapa, et protège toi. Toi aussi tu dois te défaire d'une addiction, celle de votre relation et ce ne sera pas forcément plus simple (enfin je fais des suppositions, je peux tout à fait me tromper sur ce point là)

Courage, plein de positif t'attends, n'hésite pas si tu as besoin de parler

Eléa - 17/09/2020 à 22h29

Un grand merci pour ta réponse Viaflie !!!!

J'avais effectivement pensé au Csapa, mais encore faut-il le traîner là-bas comme tu dis et alors là c'est une autre histoire...

Par moment, il est lucide et sait qu'il y a un souci que sa consommation est anormale. Par exemple, si les rôles étaient inversés, il trouverait ça grave que je sois là-dedans et me l'a déjà dit, mais dans son cas et de son point de vue, tout va bien, il gère !
Evidemment cela fait une bonne année qu'il a le nez là-dedans où y'a des passades, un coup il arrête quelques mois, puis en reprend toutes les semaines. Je sais que le fait de reprendre peut aussi faire partie du processus d'arrêt, mais j'ai de sérieux doutes.

Je pense qu'un regard de professionnel serait tout de même bénéfique, l'avis du professionnel aurait plus de poids que le mien, tout en étant plus juste. Surtout qu'en général, quand je lui fais une remarque, il trouve que j'exagère mais quand qqn d'autre lui dit la même chose, il adhère tout de suite, c'est difficile à encaisser pour moi...

Pour "mon addiction" à lui, tu as tout à fait raison, lui c'est la drogue et moi c'est lui, Parfois je me dis que c'est vraiment égoïste d'être partie, je ne veux pas qu'il s'enfonce encore plus, mais il ne veut pas en sortir et je sens que ce n'est plus supportable pour moi, cette inquiétude permanente sur le fait qu'il reprenne de la drogue est très pesante. Surtout lorsqu'il se rend chez sa soeur ou chez ses "amis", je suis à la limite de la crise d'angoisse, voire en plein dedans quand je n'ai plus de nouvelles, parce que je sais comment ça finit....

Répondre au fil Retour