Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Cocaïne arrêt définitif

Par Clara69

19 réponses


Profil supprimé - 08/08/2022 à 05h51

Bonjour tout le monde. J'ai 46 ans, j'ai fumé du cannabis pendant 30 ans tous les jours du matin au soir et même parfois la nuit quand je me réveillais. J'ai été très accroc mais j'ai arrêté il y a 3 ans suite à un pneumothorax (décollement d'un poumon). Le pneumologue m'a dit qu'il fallait absolument que j'arrête le shit car au scanner il a vu que l'état de mes poumons correspondait à un fumeur de 80 ans. J'ai beaucoup d'emphysème le cannabis m'a détruit les poumons.
Mais depuis environ 3 mois je me suis mis à tracer de la coke. Et je n'en suis pas fier. J'y ai goûté lors d'un anniversaire et ça m'a tout de suite plu. Comme toutes les drogues que j'ai goûté d'ailleurs. L',héroïne, la métamphétamine, la psylocibine, le tabac l'alcool et j'en passe. Les autres drogues j'ai réussi à en décrocher, je bois encore à l'occasion mais ça reste rare. Par contre je n'arrive pas à décrocher de la cocaïne. Depuis que j'y ai goûté j'augmente les doses. De 2 traces par jour je suis passé à 1gramme voir 2 par jour mais pas tous les jours heureusement !Je ne pense qu'à ça et je ne dors plus la nuit quand j'en prends.
Et quand j'en ai plus je me sens tout mou . J'arrête pas de dormir et j'ai l'impression d'avoir mal partout. Je suis devenu addicte. Je voudrais décrocher de cette merde qui me brûle le nez et la gorge. Mais je suis trop faible psychologiquement. J'ai perdu ma mère a22 ans et mon père l'an dernier. Je me suis séparé de ma compagne il y a 2 ans et depuis je suis traité pour dépression. Je me shoote aux médicaments et à la C. Je n'en peux plus d'être comme ça. Mais je n'arrive pas à en parler à mon médecin car j'ai honte de moi. Pourtant j'avais tout pour être heureux, une gentille et belle femme qui m'a fait 2 beaux enfants que j'adore, une maison, un boulot.... Et depuis notre séparation je m'enfonce dans les médocs et la C. J'aimerais m'en sortir mais chaque fois que j'essaye d'arrêter la C je me sens trop mal et je vais en racheter. J'ai besoin d'aide de personnes qui ont su arrêter, trouver la motivation. Je pense à mes enfants mais l'envie de me defoncer est plus forte que tout. Aidez moi svp, donnez moi des conseils et des témoignages. J'ai écrit ce message en étant sous cocaïne. Quand j'en prends ça m'ouvre aux autres et j'ose dire et faire des choses que je ne ferais pas en temps normal car je suis timide et je dirais même introverti. Je n'arrive pas à communiquer avec les gens, je suis comme bloqué quand quelqu'un me parle et j'ai peur du regard des autres. J'aimerais enfin aller bien tout simplement sans drogues ni médicaments et aller vers les gens, rencontrer des nouvelles personnes. Mais sans drogue je suis complètement dans mon monde et je n'en peux plus de cette situation. J'ai vu un psychiatre, des psychologues mais j'ai l'impression que ça ne m'aide pas. Aidez moi svp si vous le pouvez rien qu'en répondant à mon message . Je suis en détresse et j'ai besoin de parler avec des personnes fortes de caractères et qui arrivent à surmonter les épreuves de la vie sans baisser les bras.
J'attends votre aide . Merci d'avance

Profil supprimé - 08/08/2022 à 06h55

Bonjour Manue86. Ton témoignage me touche, je pense comprendre ce que tu ressens. C'est normal que tu aies peur pour ta santé. Et il faudrait que tu ailles voir un psychiatre et un psychologue pour évoquer ton problème. Le psychiatre te donnera un traitement contre tes douleurs physiques et psychologiques qui apparaissent à l'arrêt de la coke.
Tu as des enfants alors motive toi pour eux. Ils ont besoin de leur Maman en bonne santé et longtemps. Je sais que c'est facile à dire, moi-même je suis accroc à la coke. Ça ne fait que trois mois mais j'en ai déjà marre de me voir glisser comme ça vers le fond du trou. Il faut se faire aider sans avoir honte par des personnes spécialisées dans les addictions. Personnellement J'espère y arriver avant de tout perdre et je te souhaite la même chose. C'est un dur combat, surtout psychologiquement mais on peut le gagner en pensant à ceux qu'on aime et qui nous aiment. Je croise les doigts et te souhaite d'être plus forte que la tentation. Tu seras fière de toi chaque jour qui passera sans que tu ne touches à rien. Tu vas y arriver. On va y arriver

Manue86 - 09/08/2022 à 11h06

Au mon dieu,comment peut-on décrire une personne aussi parfaitement que vous l'avez fait,sans la connaître...Je ne m'aime pas je ne suis jamais aimé a vrai dire je ne me rappelle pas dans mon passé m'avoir aimé un seul jour...J'AI subi des violences incestueuse très jeune que je n'ai jamais dénoncé,a vrai dire j'avais tellement enfoncé ça dans mon inconscient,que tout est remonté une fois adulte j'ai fait 15 ans d'anorexie avec 2ts...,je voulais juste disparaître,ne plus prendre de place...puis le cauchemard c'est enchaîné...le fait que je ne m'aime pas,j'ai été forcément vers les mauvaises personnes,subit 2 relations conjugales violente et et destructrice 2×8 ans,puis j'ai été diagnostiqué borderline +phonie+TAG...Le but n'ai pas de me plaindre,mais que vous compreniez un peu ma situation...et encore,ceci est un petit résumé..
bref...je sais,je suis responsable de mes mauvais choix...Il faut savoir que c'est ahurissant,jusqu'à mes 30 ans j'étais personne sans jugement,mais contre la.drogue,en tout cas,vis a vis de moi...Puis il y a quelques années,j'ai subi un nouveau traumatisme familial,j'ai ensuite perdu un bébé peu après...j'ai fait un gros burn-out,chaque jour,je menais ma vie comme un zombie..
Puis est ce venue la rencontre avec la cocaïne..
Au début,vraiment très rarement,puis une fois par mois,puis deux fois...Puis je suis tombée dedans complètement pendant 1 an...quasi quotiennment,mais tjrs en petite quantité,histoire de supporter la vie en fait..
J'ai réussi à arrêter ensuite pendant un bon moment,puis j'ai repris occasionnellement,puis rearrete,puis repris...jusqu'à il y a 9 mois environ ou j'ai repris quasi quotiennment..(avec de temps en temps une saine de pause total..tjrs de petites quantité0,30/0,40 max 0,50 par jour
)Quand je vois certaines connaissances,qui en prenne depuis 15 ans voir plus,en quantité je dirai astronomique...(je pense que j'aurai jamais pu consommé comme ça,je serai morte depuis longtemps..)et pourtant ces personnes n'ont aucun problème nasal comme le mien...je n'y comprend rien,je consomme.depuis bien moins de temps,en bien plus petite quantité...(je ne l'ai jamais fumé par compte horreur de ça...)J'aime mes enfants à la folie,si je n'étais pas autant destructrice envers moi-meme..
Je dirais que je serai une maman"normal.."les préjugés,qu'on peut avoir sur les personnes qui se droguent...pas chez moi.me enfants on une vie stable,ils n'ont jamais vu quelqu'un se droguer devant eux..C'est étrange ce que je veux expliquer,je consomme oui,mais dans.la.vie, de tt les jours,en même temps,je ne fréquente pas vraiment de gens qui consomme,ni de gens qui ne consomment pas d'ailleurs,je ne trouve ma place nulle part ...Les seules personnes avec qui je me sens bien sont mes enfants,et ma maman...♥️.L'effet miroir,ma terreur,...Cette pensée ne me quitte pas...j'ai cette angoisse omniprésente de "passer "mon mal-être a mes enfants...J'en ai vu des psy...cette consommation,j'ai la sensation que c'est pour remplir sans arrêt un vide en moi...et un putain de mal-être...Je ne m'aime pas,non,je me déteste,je suis incapable aujourd'hui et ça depuis des années de regarder une personne dans les yeux...N'importe qu'elle personne devant moi,je me sens tjrs nulle et le mot et faible,inférieur...Et j'ai tjrs cette sensation que les gens sentent que je suis tellement bête

...tellement insignifiante...Depuis quelques mois j'ai rencontré un infirmier-genial,depuis 7 mois que je tombé réellement malade,et un cancer de l'utérus que j'ai du affronter il y a peu,ont commencé à me faire ressentir une sorte de déclic...ressortir une sorte d'envie de vivre qui était bien caché au fond de moi...Je veux être heureuse,rendre mes enfants heureux,profiter de chaque petit moment de la vie...Mais depuis que j'ai découvert ce trou dans ma.paroi,qui c'est empiré très rapidement,même en ne consommant pas,(il prend maintenant la quasi totalité de ma paroie...pas encore,mais pas moi...)Personne ni mon docteur ni mon psy,ni la famille ne savent que je consomme...Je veux me.fzire soigner et surtout mon nez qui devient une urgence,mais je me sens bloquée...et je ne sais pas comment ni a quelle vitesse cela peut finir en mélodrame...(mélodrame=un jour me lever,et que mon nez ce soit totalement écroulé....Je ne sais même pas s'il existe une crème,un traitement,pour ralentir le désastre au moins,le temps que j'arrive à demander une.prise.en charge...Vivre sans peur,je veux bien..
Mais se lever tout les jours en ne pensant qu'à ça toute la journée...(mon nez va t-il tomber...???)ça pourrait faire rire en disant ça comme ça,mais moi ça me terrorrise...du coup,vive les crises.da'goisse tout les jours...)La même,je suis en route pour deux jours à la.mer avec les enfants,j'ai peur de ne même pas arriver a en profiter tellement je suis rongée par cette angoisse...Je suis désolée pour ce pavé....Je vous remercie de m'avoir lu,et répondu...♥️.belle journée à vous..

Manue86 - 09/08/2022 à 11h26

Bonjour....tu m'as beaucoup ému,j'ai commencé à consommé de la c occasionnellment vers mes 30 ans...Je n'avais jamais consommé de drogue...Je ne consomme juste que de la c,rien d'autres,même pas un verre d'alcool...Ha si,mon tabac..
.Bref,un point où je suis reconnu grave chez toi,c'est quand tu dis que la drogue t'aide à affronter le monde social..
Ben moi c'est pareil,sans coke...je ne me sens pas incapable d'affronter le monde,d'avoir de liens sociaux..
Je suis incapable de regarder quelqu'un dans les yeux,chaque personne devant moi,je me sens.toj'ojrs,toujours inférieur...En gros,une véritable merde...je n'ose jamais parlé,je le dis que des que je vais parlé,les gens vont se rendre compte direct que je suis bête...nulle.Je n'ai aucune estimé en moi,a vrai dire,ON m'a enlevé toute estime en moi,on m'a détruite,et je finis le boulot.Pourtant,depuis que je suis tombé malade...(j'ai eu un cancer de l'utérus,et j'ai un covidlong depuis 7 mois...)J'ai ressenti une nouvelle envie de vivre à fond au fond de moi..
De croquer la vie a pleine dents avec mes 3 amours..
Mes enfants,ma plus grosse motivation,mon trésor,ce que j'ai réussi de mieux dans ma vie...C'est pour eux que je vis,j'essaie de tout le temps être une bonne maman,mais j'ai toujours cette sensation de jamais en faire assez...je culpabilise de la petite enfance qu'ils ont eu car mon conjoint été violent,et même si ils ne l'ont jamais su(enfin j'espère..
)Que je consommais de la cocaïne...J'ai beau tout faire,de me.dire que je suis une maman,et que je consomme cette merde...Je culpabilise sans arrêt..Depuis que j'ai constaté ce fameux trou dans ma cloison nasale,j'ai quasiment arrêté tellement la frayeur a été forte,surtout quand j'ai constaté que cela se détériorer tout les quelques jours...mais je n'ai pas.totalement arrêté...Quand je me dis qu'en voyant mon nez se détruire,je ne suis.meme pas.foutu de m'arrêter total.

P.S:JE VOIS un infirmier psy depuis peu...il est genial...mais je lui est pas parlé de mon problème de conso...cette foutue honte m'en empêche..
Et aussi cette foutu parano qui m'accompagne,je me dis que si j'en parle,même si je m'en occupe bien,on va vouloir menlevé mes enfants.

Et ça,je ne pourrais jamais supporte de ma vie...je préférerais m......Je pense très fort à vous,j'espere aussi que vous allez réussir à vaincre vos batailles intérieurs...Si vous voulez parler,vous confiez.

Je serai presente...♥️

Pepite - 10/08/2022 à 16h29

Bonjour,

Prenez soin de vous, c'est la clé.

Cela demande son temps et comme pour tout cela passe par l'apprentissage. Une petite victoire au quotidien comme par exemple aujourd'hui je marche 30 minutes dans un endroit qui me procure un bien-être ou qui me plaît.

Appelez un CSAPA avec lequel vous serez sécurisée pour ouvrir les possibles d'une vie telle que vous la souhaitez.
Il est temps que vous vous visualisiez positivement.
Par ex, vous aimeriez arrêter votre conso, et bien imaginez vous le jour d'après. Projetez vous telle que vous souhaiteriez vous voir. Autorisez vous tous les rêves.

On a tous ce super pouvoir, celui de choisir ses pensées. On a tous des pensées négatives et on apprend à les repérer car elles agissent à notre insu puis à les observer, à les accepter puis à les transformer.
C'est un entraînement de chaque jour.

Le fait d'écrire ici révèle que votre mental travaille et qu'un autre chemin est possible.

Alors osez rentrer dans la grotte même si elle vous fait peur. Une bonne surprise vous y attend. L'enfer vous y êtes déjà, pourquoi y rester ?

En lecture, je vous recommande kilomètre zéro.

Prenez soin de vous, pour vous, parce que la première personne qui a besoin d'amour, c'est vous.


Pépite

Sotired - 22/08/2022 à 08h44

Bonjour, ce forum fait du bien et permet de se sentir moins seul dans ce combat pour l'arrêt définitif de la consommation de cocaïne. J'ai 30ans et celà va faire 10ans que je consomme par freebase la cocaïne. Je n'ai pas de soucis au niveau du nez car je n'ai jamais pris plaisir à sniffer mais baser et craver m'a fait perdre le peu de bons que j'avais réussir à construire. J'ai toujours travaillé je n'ai pas d'enfants et toujours eu des relations toxic. J'ai décidé cet été de me faire hospitaliser pour une durée de deux mois minimum. Je me suis longtemps acharné autant au travail que sur la défonce le weekend. Puis tout les jours. Je n'ai plus l'énergie de travailler. J'attend avec impatience mon admission.. j'ai des dettes en banque insurmontable partie en totalité en fumée. Toute une partie de ma vie foutu en l'air pour une simple bouffé. Il ne faut jamais commencer.
J'espère avoir cette force mentale indispensable pour sortir définitivement de ce comportement destructeur. J'aime la vie et je suis déterminé à aller vers la lumière et arrêter de la gâcher pour du vent..

Sotired - 22/08/2022 à 09h04

Merci pépite et merci à tous et toutes.
Je pense que la vie vaut le coup mais surtout sans laisser autant de place aux addictions. La solitude et la culpabilité sont de très mauvais compagnons de vie alors je souhaite à chacuns d'entre nous de les foutre dehors une bonne fois pour toute!

Pepite - 22/08/2022 à 10h28

Bonjour Sotired,

Soyez le bienvenue sur ce forum.

Vous êtes ici, vous souhaitez une hospitalisation pour prendre soin de vous.
Vous prenez un autre chemin.
Trouvez un bon psychiatre, un thérapeute avec qui vous vous sentirez en sécurité, c'est à dire en toute confiance afin qu'il vous guide vers un voyage intérieur.

Un de votre travail personnel est d'accepter ce que vous n'acceptez pas.

Couchez dans un cahier ce bilan :
Exemple :
Je n'accepte pas mes dettes, cette solitude, ma culpabilité mes choix...

Ensuite acceptez les.

L'idée est de regarder avec bienveillance la personne que vous êtes même dans ses trajectoires les plus sombres.
Car nous faisons avec nos connaissances du moment.
Il y a un tant de de facteurs qui agissent sur nous et dont nous n'avons pas conscience.

Ensuite vos (les) peurs sont normales et ce sont elles que vous avez à identifier. Car elles dictent vos conduites.

L'idée ensuite est de donner la place à l'amour, quelle que soit sa forme. L'amitié en étant une composante.

Exemple : là, de suite, j'agis par peur ou par amour ?

La première personne que vous aimez, c'est vous. Soyez doux envers vous comme vous aimeriez que quelqu'un le soit avec vous.

Enfin, listez en tout sincérité les rejets éprouvés et ce que vous avez trouvé injuste depuis votre enfance.

Quoiqu'il en soit, le détracteur intime qui oeuvre en back office (je suis minable, je n'y arriverai pas, on va se moquer de moi...) , en chacun de nous donc, en duo avec notre égo, sont ceux qui méritent notre attention pour en quelque sorte les "éduquer".

Je vous invite à lire "kilomètre 0".

Prenez soin de vous, c'est la clé.

Pépite

Sotired - 22/08/2022 à 13h41

Je vous remercie infiniment pépite.. je sais que le chemin et encore long mais plutôt creuver que de continuer à être l'esclave de la cocaïne. Comme disait le premier témoignage de ce forum, on compte les jours puis les semaines puis les mois... Mais j'ai bien conscience que cette bataille est à mener à vie. J'ai déjà il y à trois ans su arrêter 8mois. Malheureusement il y a toujours quelqu'un ou quelque chose qui nous fait replonger. Alors je pense qu'il faut effectivement soigner le fond du problème.. pourquoi ce besoin de fuir la réalité, de se sentir plus fort ou simplement moins faible.. changer son propre regard sur soit même.. s'accepter, s'apprécier et s'autoriser la sérénité sans artifices sans craintes. Car même si nos existences sont elles aussi éphémère elles valent tellement plus que ces bonheurs illusoires.

Force et honneur à tous ceux et celles qui décident de vivre de nouveau.

Répondre au fil Retour