Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

la came dirige ma vie , ma vie et un enfer conseiller moi svp

Par Profil supprimé

ça fait 26ans que je prends tout et n'importe quoi , a partir du moment ou j'arrive a etre defonser ou meme juste apaiser , je suis en quelque sorte content . Content d'etre calme et d'avoir cette sataner envie de defonse deriere moi . Mais c'est comme ça chaque jours depuis 26ans avec en bonus les angoisses , le mal-etre .je vis seul et je me suis mis a l'ecart petit a petit des autres jusqu'aux jours ou j'en suis arriver a ne voir plus personne . je n'ais comme seul seul compagnie mon chien et cette merde de came . De plus en plus souvent je me dis que je ferais mieux de quitter ce monde , mais je n'ais pas le droit , car j'ais des enfants , ils m'aiment et je les aiment et je ne peux pas les abandonner . Et pourtant c'est pas l'envie de me loger une balle qui me manque . Lors de mes premieres fois jamais je me serait imaginer avoir une vie aussi merdique tout ce que je souhaite c'est que mes enfants ne touchent jamais aux drogues et quelqu'en soit la drogue c'est de la merde , ça pourrit la vie , et bien sur le consommateur . la vie est un combat (si je peux dire ça coome ça) et bien je l'ai perdu , j'ai deja essaye d'arreter a de multiple reprises et a chaque fois j'ai repris , mais au lieu de reprendre comme avant non je multiplier les conso et en faisant des melanges detonant style pot belges (ça j'ai arreter) . Et ce qui par dessus tout me fais peur ce sont mes pousser d'inpulsiviter lorsque je suis en manque , j'ai deja eu des problemes avec la justice et j'en veux plus . Si quelqu'un prend le temps de lire mon texte je vous serait reconnaissant de me tuyauter sur des lieux ou ce que je dois faire pour stopper cette galere , car j'en peux plus

Fil précédent Fil suivant

6 réponses


Profil supprimé - 17/01/2012 à 12h20

Bonjour Steribox44,

Je suis le modérateur de ces forums. Merci d'avoir laissé votre message ici.

Il n'est évidemment pas facile d'arrêter 26 ans de came. Dans ce que vous racontez je note cependant que vous avez réussi à arrêter plusieurs fois. Mais vous avez peut-être perdu confiance en vous, en votre capacité à y arriver, du fait que vous avez toujours rechuté et même pris encore plus de drogues quand vous repreniez. En fait la plupart des gens qui rechutent se mettent à en prendre encore plus au début et ont aussi ce sentiment qu'ils n'y arriveront jamais. Pourtant c'est possible car il y en a qui s'en sortent aussi après tant d'années d'usage de drogues.

Mais il y a certaines "conditions" qui doivent sans doute changer dans votre environnement pour que vous y arriviez. Je ne doute pas que vous en ayez marre et souhaitiez arrêter. Ce n'est donc pas tellement une question de "volonté". Les facteurs favorables à ce que vous arriviez à vous en sortir seraient notamment que vous soyez moins isolé, que vous essayiez de renouer des relations avec des gens autour de vous. Pas des personnes qui vous mettent dans la galère, mais des personnes qui vous font du bien. Lorsqu'on a une image négative de soi-même c'est plus facile à dire qu'à faire. C'est la raison pour laquelle je vous recommanderais sans doute en parallèle, d'une part de trouver un soutien psychologique avec un psychologue, dans une relation de qualité (à ce titre je vous recommande le témoignage de "Bluenaranja" dans ce même forum et qui s'appelle "Aller voir un psy pourquoi ?"blunk, d'autre part de compléter cette aide par des activités "thérapeutiques" qui vous aident à retrouver une image différente de vous-même. Ces activités "thérapeutiques" peuvent être des activités directement à visée "thérapeutique" (genre relaxation, groupe de parole, ateliers thérapeutiques utilisant différents supports comme l'écriture, le théâtre, ou autre) ou des activités qui vous plaisent et qui vous font du bien (sans induire un usage de drogue bien entendu). Enfin un autre élément important dans la réussite d'un arrêt de vos consommations serait que vous soyez "porté" par un ou des projets que vous avez envie de faire. Ces projets vous permettraient d'une part de vous investir dans activités alternatives qui vous distrairaient de l'usage de drogues, d'autre part leur réalisation vous récompenserait et vous renverrait une image positive de vous-même. Il n'est pas nécessaire que cela soient de gros projets : de petites choses, accessibles, sont un bon départ aussi.

Où vous faire aider ? Vous pouvez vouloir chercher directement autour de vous des psychologues, médecins ou des activités que vous jugerez bénéfiques pour vous. Je vous recommande aussi - j'imagine cependant que vous connaissez déjà ces centres - de prendre contact avec un Centre de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) qui soit dans votre département. Notre rubrique "S'orienter", que je vous mets en lien ci-dessous, vous permettra de trouver ces centres. Si vous avez des difficultés vous pouvez aussi appeler notre ligne Drogues Info Service au 0 800 23 13 13 (de 8h à 2h tous les jours). Ce type de centre peut vous aider à mettre en place progressivement un ensemble de démarches qui vous seront utiles.

Aller mieux pour vous ne signifie enfin pas forcément tout arrêter tout de suite. En fait vous êtes le premier à savoir ce en quoi consisterait votre guérison mais il ne faut pas forcément placer la barre trop haut. Avec le CSAPA vous pourriez définir des objectifs de mieux-être intermédiaires avant d'arriver un jour au sevrage proprement dit. Tout cela peut demander du temps, donnez-le vous mais travaillez bien sûr à avancer, avec l'aide des autres...

Cordialement,

Le modérateur.

Profil supprimé - 19/01/2012 à 18h05

Bonjour,
Ton appel à l'aide m'a interpellé, et j'ai eu envie de te dire de te battre contre cette merde qui a pris mon père...je l'ai perdu il y a maintenant 7 ans, il a mit fin à ces jours d'une balle dans le crâne, voulant mettre fin au cercle vicieux dans lequel il était pris au piège depuis l'adolescence, alcool, médicaments, héroïne, cannabis, plusieurs cures, plusieurs tentatives,le subutex, qui l'ont peut à peut exclut du quotidien de la vie.
Il se cherchait depuis toujours, se sentait différent, voulait être libre, mais s'est fait prendre au piège.
Mes parents étaient séparés, je ne le voyais pas souvent, mais on s'écrivait régulièrement. Je savais qu'il était malade mais je n'étais pas assez mure pour comprendre...Sa disparition m'a foudroyée, j'aurai tellement voulu pouvoir l'aider, le soutenir, le comprendre, l'arracher de cette saloperie, je m'en suis voulue de ne pas avoir réagit, je lui en voulait de ne pas avoir fait plus d'effort, j'étais en colère, j'ai beaucoup culpabilisé, j'ai mis beaucoup de temps à m'en remettre...et puis en triant ces affaires j'ai trouvé un petit carnet, quelques feuilles datées de ses pensées:"9/02/2005, je taime, je t'aimerai à jamais, courage, papa", le 19/02/2005, j'arrive plus à imaginer ma vie, c'est l'heure du face à face"," le 19/02/2005 c'est dur de se séparer de cette merde d'égo, ma vie est vide", il a mit fin à ses jours le 28/02/2005, quelques années ont passées et j'ai compris, j'ai accepté son acte, car dans ces quelques mots j'ai ressenti toute sa souffrance, il ne luttait pas contre la came mais contre lui-même. Elle lui donnait l'illusion du monde à son image, pour que chaque jour lui semble plus beau, mais chaque pas de plus vers cette illusion était un pas de trop vers la dépendance jusqu'à s'y noyer. J'ai accepté son geste mais je lui en voudrait toujours de m'avoir laissé, seule, seule pour comprendre, seule à ressentir toute sa souffrance.
Je voulais te transmettre mon expérience et ainsi te dire que tu dois t'accepter avant toute chose, t'aimer en tant qu'individu, en tant qu'homme et père, pour pouvoir avancer et te battre. Combattre une addiction c'est combattre la partie sombre de nous que l'on accepte pas.
J'espère de tout coeur que mes quelques mots pourront te soutenir dans ta lutte.Qu'ils t'éclaireront et te redonneront la force et l'espoir de t'en sortir.
Tu as l'air de quelqu'un de bien. Ne fait pas de mauvais choix, pense à tes enfants qui ont besoin de toi. La came gâche ta vie, mais ne la laisse pas gâcher la vie de tes enfants, en les privant d'un père.
Je pense que si mon père avait un message à passer, cela aurait été celui ci...Bon courage

bluenaranja - 21/01/2012 à 14h45

Bonjour Steribox et Jessijane,

Merci, Jessijane, d'avoir partagé ton histoire avec nous. C'est triste de voir que le désespoir n'a pas de limites. Je pense que parfois, les gens qui dépriment profondément en arrivent à un tel point qu'ils se sentent incapables de continuer plus longtemps. Mais c'est un sujet si intime et délicat que je préfère arrêter là.

Stéribox - arg, désolée, j'ai du mal avec ce pseud - je vais dire un gros lieu commun, mais pour l'avoir vécu encore et encore, avoir cru plusieurs fois que ma vie était fichue et s'arrêterait là - enfant mal aimée mal traitée, sequestration plus viol, décès de mon ami, OD, etc... - tant qu'on est vivant, il reste toujours un espoir.
J'ai pas une expérience de la came aussi longue que la tienne - sept ans, pour ma part, mais à fond, à mélanger tout et n'importe quoi - genre morphine coke lsd parfois - aller toujours plus loin, m'arracher la tête.

Il m'a fallu du temps, je suis partie de rien, j'ai du tout réapprendre et reconstruire, mais c'est possible.

As-tu déjà essayé méthadone plus anti-dépresseurs plus thérapie ? As-tu un bon psy, des soignants autour de toi sur qui tu peux compter ?

Je sais pas, mais la photo que tu as mis, une photo d'enfant griffée, me donne à penser que peut être toi aussi tu n'as pas eu une enfance facile.

Le modo t'as donné plein de bon conseils, Jessi t'as expliqué en quoi le suicide n'est pas une solution, moi, je peux juste te dire que même quand on croit qu'il n'y a rien que la haine et le désespoir, il faut s'accrocher. Se donner les moyens de s'en sortir, quitte à prendre des médocs et à voir des psys, essayer au moins.

Je te souhaite de trouver le bonheur comme je l'ai trouvé, oh, rien de bien compliqué, une petite vie simple, les livres et l'écriture, mes chats, mon fils et des amis. Jusqu'à 24 ans, j'ai connu l'enfer, je croyais être maudite, maudite en grand, comme dans les tragédies grecques. Lointaine descendante des atrides. Je me suis accrochée, même quand je n'y croyais plus, et un jour, finalement, ça a payé.

courage
bluenaranja

Profil supprimé - 12/02/2012 à 18h59

bonjour
j ai lu vos témoignages et je me dit que a certains moments mème sans espoir
il arrive que l'on trouve la force de relever la tète et de se dire qu'il faut arreter de faire souffrir ceux qui nous aiment.
il faut aussi savoir que mème si on ne s'aime pas soit mème il fau t penser que l'on est capable de faire des choses bien autour de soi et retrouver ainsi sa dignité.
bravo a bluenaranja qui sait si bien montre qu'il y a malgré tout toujours 1 espoir
de tout coeur avec vous tous
anne du52

Profil supprimé - 18/02/2012 à 22h32

je voulais vous remercier ainsi que les deux autres personnes qui ont bien voulus prendre le temps de lire ce que je vis actuellement (si on peut appeller ça vivre) .mais meme s'il est vrai qu'il y a toujours un espoir , aussi infime qu'il soit . mais je crois que pour moi la partie va finir dans le mur , meme les medecins me laissent entendre que je suis allez un peu trop loin et qu'ils ne pourront guére y changer quel que chose . drogues info services est le seul endroit ou je peux me permettre de parler "librement" de ce genre de probleme .la seule personne en dehors de ce service est ma mére en qui j'ai une totale confiance , mais avec ma mére je ne peut pas n'ont plus lui en dire de trop car elle risquerai de sombrait dans la dépression .j'aimerai beaucoup aider des jeunes consommateurs en leurs faisant prendre conscience de ce qu'est cette merde et qu'ils n'y touchent plus jamais , mais allez expliquer a un ados qui n'en feras cas ça tete , ayant moi meme vecu ça et deja a 15ans je niais l'evidence , mais si je pouvais en "sauver " un . ce serait une victoire .je vais avoir 38ans dont 27 en tant que consommateurs . alors stop autant que cela s'arrete definitivement , mon corps n'en peux plus

Profil supprimé - 18/02/2012 à 22h49

merci encore pour tout vous etes super , vous trouver des idées pour un peu tout continuer longtemps comme ça . il n'y a pas d'autres services d'ecoute et d'aide aussi bien renseigné , et pour tout dire génial ( ce commentaire n'engage que moi) .merci , merci.............

Répondre au fil Retour