Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment arrêter le cannabis en limitant le manque ?

Par Kanille

Bonjours à tous, j'ai déjà posté ce même message pour répondre à une question mais je pense que ce sujet mérite son propre topic, il sera plus facile d'accès depuis votre moteur de recherche ! (j'ai effectué pas mal d'ajouts/modif sur ce dernier)



J'ai été fumeur de cannabis pendant 3 ans (3 - 5 pets par jours sans modérer le dosage) et mon sevrage a été très difficile.
Je viens ici vous faire part des méthodes qui m'ont énormément aidé à arrêter cette substance en limitant au maximum les effets indésirables de manque (insomnies, sueur, angoisses, agressivité, irritations, pensées focalisé sur l'envie de fumer un bon joint....)
Allez je déballe tout, c'est partit !

- Ta motivation (le plus important), pourquoi tu veux arrêter, es-tu sûr de vraiment vouloir le faire ?

- Une liste des raisons qui t'ont poussés à arrêter que tu regardes lorsque tu sent que tu vas craquer: dépendance, détérioration de la santé (surtout des poumons), démotivation, tolérance qui pousse à consommer de plus en plus pour retrouver les mêmes effets, dépense d'argent, impossible de trouver le plaisir en dehors de la fumette, désocialisation, effets inverse du cannabis lorsqu'on a plus de conso, le join qui servait au début à ressentir de la joie, sert aujourd'hui à ne pas ressentir la tristesse, impact à long terme sur le QI, la mémoire etc...)

- Change ton style de vie (essaie de t'occuper à ta manière et de laisser le moins de temps possible à l'ennuie qui te donne de grosses envies de consommer), tu dois installer de nouveaux rituels dans ta vie, c'est pas toujours évident.

- Fait du sport, pour ma part je me suis inscrit dans une salle de musculation, l'effort physique permet de relâcher une énorme pression et les heures qui suivent l’exercice me procurent une énorme sensation de détente et de bien-être sans envie de fumer.

- Fait des séances ou tu te concentres sur ta respirations en inspirant profondément de grosses bouffés d'air, en gardant un max de temps dans tes poumons puis en expirant lentement, tout ceci plusieurs fois. (Pas mal de sites peuvent t'apprendre à le faire correctement pour un maximum d'effets relaxants.) A appliquer de préférence quand tu as de grosses envies de fumer.

- Quand tu combat les effets du sevrage, prend conscience que ce n'est pas toi que tu combat, mais le démon qui s'est introduit dans ton corps et qui attend sa dose pour pouvoir prospérer et te hanter tant que tu l’alimenteras. Une fois qu'il sera mort, il ne te posera plus aucun problème. La sensation de manque intense ne durera que quelques semaines tout au plus (1 à 8 selon les cas), en regardant les retours des personnes ayant réussit à arrêter et affirmant être beaucoup mieux dans leurs peau, ça motive !

- Achète toi une cigarette électronique avec ou sans nicotine selon tes envies/objectifs.

-Évite les endroits et fréquentations qui te rappelles la fumette (Pas au point de changer d'amis, je trouve ça ridicule mais du moins pendant les premières semaines ou le manque sera à son apogée.) Attention à ceux qui t’influenceront pour retirer sur un join, peut être que c'est mieux de couper les liens avec ceux là si après une petite conversation ils n’arrivent pas à comprendre ton choix d’arrêt. (Et si c'est des glandus à te dire "allez poto, fumes ça fait que du bien sur la santée", ils ne sont sans doute pas au courant que des études plus ou moins récentes ont prouvé que la combustion du cannabis avec un tonk produisaient 5 à 10 fois plus de goudrons qu'une simple cigarette, c'est donc cancérigène.)

-Les conseillers de drogues info service peuvent t'aider et te suivre dans ton arrêt, n'hésite pas à directement les appeler.

- Et ma petite recette "miracle", du e-liquide pour la cigarette électronique concentré au CBD (Cannabidiol, c'est un composant du cannabis sans effet psychotrope, c'est à dire qu'il ne défonce pas, il a juste les effets relaxants et apaisant du cannabis sans pour autant te démotiver ou créer une dépendance !) Certes, les études sur ce produit ne sont pas encore approfondies mais ça semble être un bon remède sans danger pour ton organisme. Çà fonctionne particulièrement bien sur moi mais j'ai déjà vus des commentaires disants que ça ne faisait rien ! (Prendre du CBD après un join ou si on se sent déjà bien dans sa peau de base risque de ne faire aucun ou peu d' effet).
Le flacon 50mg de CBD pour 10ml d'e-liquide n'est pas assez concentré à mon gout, personnellement j'utilise du 500mg de CBD pour 30ml d'e-liquide soit 166mg de CBD pour 10ml d'e-liquide, ça me détend et me coupe toute envie de tirer sur un join au bout d'une dizaines de lattes et plus aucun soucis pour trouver le sommeil !
Cependant pour un maximum d'effets tu dois avoir un matériel approprié c'est à dire une e-cig avec puissance (en Watt) ainsi que température ajustable. La configuration optimales pour profiter des effets au maximum est : 20 à 30W et une température à 170 - 180° de chauffe.
Ce liquide présente une tolérance modérée, à en consommer trop tu ne ressentiras plus les effets, je conseil d'avoir deux clearomiseurs pour pouvoir alterner l'e-liquide au CBD avec l'e-liquide traditionnel.
Au niveau des effets du CBD, ils sont propres à chaque individus (de la même façon que certains ne sont que très peu défoncés quand ils fument), voici les effets que je ressent :
C'est assez difficile a expliqué mais je dirais que l'on se sent défoncé sans être défoncé, vous êtes maître de vos actions, pas de démotivations/flemme, votre champ de vision diminue légèrement (mode tunel), vous vous sentez relaxé, apaisé, même les douleurs physique sont atténués, l'envie de fumer diminue, capacité de concentration augmenté, sociabilité accrue, une réelle impression de planer mais sans planer, les effets durent assez longtemps et ne pose aucun problème dans la vie de tout les jours (compatible avec la conduite et efforts physique ou mental).
Si votre objectif est de vous défoncez avec ce produit, passez votre chemin, vous serez déçus.


ATTENTION: Toutes ces méthodes pour réduire l'envie de fumer un join pendant une période de sevrage peuvent ne pas correspondre à tout les anciens usages de cannabis ! A toi de trouver les méthodes qui te seront le plus utile. Pour ma part, toutes ces méthodes ont fonctionné sur moi à différents degrés ! (Le CBD étant ce qui a le plus fonctionné pour moi afin que mon sevrage se passe du mieux possible.)

PS: Je trouve hyper dommage le fait d’arrêter le cannabis en compensant par la cigarette surtout si vous arrêter pour votre santé, pour mon cas il a été bien plus simple d’arrêter les deux dans un laps de temps très réduit plutôt que l'un après l'autre ou ou de façon progressive.

N'hésitez pas à me faire part de vos retour, de ce qui a marché (ou pas) pour vous afin d'en aider d'autres !
En espérant vous avoir aidé !

Fil précédent Fil suivant

11 réponses


RoseT - 16/08/2018 à 04h43

Salut Kanille, merci pour ton témoignage que je viens de trouver grâce à l'ami Google !
Est-ce que tu pourrais partager où tu en es presqu'un an après ton message?
Si jamais tu repasses par là, je me demandais si tu pouvais également partager comment ton entourage t'a aidé ou comment tu aurais souhaité qu'il t'aide / qu'il te soutienne vers ta guérison ?
Merci!

Flowflo - 31/10/2018 à 22h26

Je sais pas si mon message précédent a été publié mais j ai oublié un point que je voulais aborder , j ai essayé de nombreuses fois de consommer juste un joint pour dormir et a chaque fois au bon d un moment ca passe a 2 et au moindre drame qui arrive dans la vie ca repasse a des le matin et c est reparti, y en a qui arrive tres bien a n en fumer qu’un seul mais je pense que rester fumeur présente un gros risque de rechute et si tu est capable de fumer un seul joint par jour je ne pense pas que tu ai de gros problème et que tu soit sur ce forum du coup.
Mais on est tellement tous différents face a la drogue et surtout face au monde qui nous entourre

Demurgie - 12/01/2019 à 13h35

Bonjour

Ancien très gros fumeurs pendant une vingtaine d'années à chacune de mes pauses j'ai réalisé les méfaits du cannabis.

3 mois que j'ai arrêté complètement et j'ai retrouvé mes facultés intellectuelles car n'oubliez pas que cela rend schizophrène... On imagine des raisonnements qui n'ont aucun sens.

Le sevrage dure entre 1 et 2 mois (j'avais fait diverses pauses ces 3 dernières années).

Le problème N. 1est l'insomnie. Conseil ne jamais fumer un pet pour le sommeil car comme toute addiction il ne faut jamais recommencer.

Problème 2. Son entourage de fumeurs. Pendant la période de sevrage il faut à tout prix s'en éloigner.

Problème 3 le tabac. Dans un premier temps il y aura une surconsommation. De mon côté j'ai fait des faux joints dans un premier temps. Le piège est de substituer son addiction par une autre. Donc la cigarette électronique OK mais là aussi danger d'addition.

Pour ma part et je l'ai réalisé il y a peu cette chose a détruit tma vie. Isolement social professionnel perte de QI et de motivation à tout. Il a fallu que je stoppe (il y a certes des envies) pour le réaliser. Les effets sur la santé mentale sont terribles mais pas irréversibles.

Le plus dur pour moi est de remonter la pente. C'est de ma faute.

Un conseil si vous fumez arrêtez

Trinity - 13/01/2019 à 06h40

Merci Kanille pour ton témoignage.

Très motivant!

J'envisage moi aussi d'arrêter.
J'ai déjà réussi une première fois durant 3 mois en meme temps que la cigarette mais j'ai fini par recommencer.

Je retente actuellement l'arrêt du tabac depuis 2 mois mais je fume toujours 2 à 4 joints le soir.

J'ai beaucoup de mal à retrouver la volonté d'arrêter définitivement et ton témoignage m'a redonné espoir.

Merci pour le conseil du e liquide CBD je ne connaissais pas et je pense que cela va m'aider dans mon sevrage.

J'espère que tu es toujours non fumeur
Merci de ton aide

JackVabre - 27/04/2019 à 04h31

Bonjour à tous et merci pour vos témoignages !

Je n'ai pas pour habitude de partager mon "histoire" avec qui que ce soit, mais je me dis que c'est peut être le bon moment pour le faire, d'autant plus que je n'ai jamais réussi à arrêter totalement ma consommation.

J'ai commencé le cannabis en même temps que le tabac il y a de cela 10ans. J'en ai 26 aujourd'hui.

J'ai fait un pneumothorax complet au poumon droit il y a 8ans. J'ai alors été hospitalisé et ai vu un addictologue qui m'a aidé à arrêter.
3 mois plus tard je reprenais la cigarette et après quelques temps le joint.
Cela fait près de 5ans que je fume quotidiennement entre 1 et 5 joints.
Il y a 2ans j'ai été contrôlé positif au THC lors d'un contrôle de Gendarmerie, mon permis m'a été suspendu 3mois au cours desquels je n'ai pas réduit ma consommation (comme si cela ne m'avait pas servi de leçon m'a-t-on rabaché)

Même si je savais pertinemment que je devais arrêter, je ne le voulais pas. Je me "cachais" derrière des excuses (il n'y a que ça qui me détend vraiment après le travail, ce n'est jamais pire que l'alcool, etc...) et le fait d'avoir conscience de mon addiction, au lieu de m'aider à la combattre, me faisait peur, me faisait me sentir faible face à elle.

Cette semaine j'ai refait un pneumothorax au même poumon. Heureusement celui-ci était moins grave que le premier et je n'ai pas besoin d'intervention chirurgicale pour que mon poumon se recolle.
Mais j'ai vraiment pris conscience que je dois arrêter, et j'en ai vraiment envie cette fois-ci.
Je ne veux pas arrêter parce qu'on me le demande ou ordonne, je veux arrêter parce que je veux me libérer de ce truc qui me contrôle.

Mais le problème est là : c'est le cannabis qui me contrôle.
Ca fait seulement 3 jours que je n'ai pas fumé et je suis déjà à fleur de peau.

J'ai arrêté le tabac il y 3 mois en le remplaçant par la cigarette électronique et je n'ai pas eu de mal du tout.
Je me renseigne un peu sur la CBD, mais je n'arrive pas à trouver d'étude scientifique qui confirme ou infirme que la CBD est pourvoyeur d'emphysème pulmonaire. Il est prouvé que le cannabis est responsable d'emphysème, mais aucune étude ne distingue CBD et THC dans ce cas précis.
Comme je ne sais pas si la CBD présente moins de risque dans mon cas que le cannabis, j'ai peur de me tourner vers ça pour m'aider à arrêter le joint..

Est ce que quelqu'un parmi vous aurait la réponse à ma question ?

En attendant, je vais tenter d'appliquer les conseils prodigués tout au long de ce fil, me focaliser sur mon objectif et ce qui me pousse à l'atteindre, et essayer de résister à la tentation constante qui m' anime.

eunahya - 01/05/2019 à 15h46

salut JackVabre,

je suis tombée sur ce fil par hasard mais wow, ton message m’a touchée car je suis exactement dans la même situation, 26 ans, même rapport à ma conso, même conso quotidienne et ça fait également 10 ans que je fume! Sauf que j’ai arrêté le tabac naturellement il y a qq années, fumer une cigarette m’écœure, mais pas le bédo malheureusement.

Bon pas eu de décollement du poumon comme toi, mais des conséquences vraiment lourdes sur ma vie sociale et sur mon état mental.

Au final je ne sais pas ce que j’ai à dire, si ce n’est qu’ayant fini ma cons hier je me suis dit « allé pour une fois t’en as pas d’avance, cette fois arrête! »
Mais bon je suis déjà presque en train de craquer!!

Pour répondre à ta question, je pense qu’au niveau des risques pour ton poumon, ils sont équivalents CBD ou THC.... il faudrait que tu arrêtes de fumer (combustion) définitivement pour limiter les risques.

Ce serait cool de s’entraider ou autre... je me sens tellement seule là dedans...

Allé bon Courage!

ColMoutarde - 02/05/2019 à 13h06

Salut !

Tu n'es pas seule eunahya, aucun toxico n'est seul car ce fléau touche énormément de personne.

Je viens de prendre une décision il y a quelque jours. Plus de shit ou de cannabis pour le restant de mes jours. L'auteur de ce topic nous a donné beaucoup de clés pour réussir notre sevrage.

Comme Kanille la dit, faites un tableau avec les effets positif et négatif de votre consommation. Perso, la section "positif" est rester vide sur ma feuille. Ce qui se trouve de l'autre côté du tableau, vous allez devoir vous le répétez à chaque coup de déprime ou d'angoisse.

Je consomme une dizaine de joints par jour depuis 6-7 ans maintenant (avec une pose d'un an, et donc un premier sevrage reussi). Il faut effectivement tenir votre esprit occupé. Le temps libre est une mauvaise chose pour les dépendants.

Sortir, lire des bouquins, regarder des émissions de voyage, et surtout, le rire. La bonne humeur et l'humour (kaamelott pour ma part) sont à consommer sans modération en ces temps trouble.

Cela fait une semaine que le shit me met des montée d'angoisse. Hier j'ai écrasé mon dernier joint dans le cendrier et à ce moment la je me suis dis que c'était le dernier.

Je vais donc entrer dans ma période sevrage (pour la deuxième fois). En espérant que celui ci ne dure pas des mois...

Si quelqu'un a besoin d'echanger ou juste besoin de soutien, n'hesitez surtout pas. Je pense que l'entraide et le dialogue peuvent aider bon nombre d'entre nous.

Courage à vous tous !

lorete - 03/05/2019 à 04h37

salut camarades drogués! Ce qui me questionne, c'est que l'addiction n'est pas question de produits mais de pratiques et de conséquences. Le trio, c'est l'usager, le produit, le moment donné. Le produit ou les produits en eux même ne sont rien, c'est la raison pour laquelle on se défonce avec le problème.
Perso, je suis consommatrice de tout ce qui défonce depuis 40 ans et il me reste pas mal de neurones blunk
Allez gratter vos plaies, vos vieilles souffrance souvent bien cachées et ça vous aidera à ne plus vous défoncer. La volonté n'a rien à voir dans la toxicomanie, il faut se soigner!

Boiteuse - 03/05/2019 à 11h48

Bonjour,

Merci Kanille pour ces conseils.

Merci, lorete pour ces 3 posts.

Pétrifiée par la peur, enfumant la situation, j'étais en quête de détermination, de courage sur les forums.

Rendez-vous est pris avec le CSAPA de mon quartier. Voilà, sache le, se sont tes 3 posts qui m'y ont encouragée. Un grand pas pour moi qui y songe depuis quelques années. Un grand merci.

Au préalable, j'ai aussi rendez-vous avec un psychiatre du CMP.(centre médical psychiatrique) lui aussi dans mon quartier.

Le secrétariat du CSAPA a tout de suite recommandé un prise en charge psychiatrique, à l'écoute de ma présentation, validant complètement ma double démarche.

Lucky me, recluse, de les trouver tous 2 à une telle proximité.
A suivre si je sais tirer profit de ces aides. Si je trouve un remède contre le mal de vivre.

Il faut que je parvienne à trouver le courage de parler honnêtement, à cœur ouvert. C'est un de mes gros problèmes. Très handicapant. La peur du jugement. honte et orgueil forment une bonne équipe pour encourager un certain mutisme.

Quoiqu'il en soit, je remercie les personnes à l'initiative de ce forum, des ces instituts et services. Merci à nos régions, mairies, et à tous les contribuables qui aident à leur financement. On a bien de la chance de vivre dans ce Pays. A une époque où on se laisse gagner par le désespoir, il est réconfortant de trouver encore des irréductibles du service. Stop aux réductions budgétaires de nos services publiques.

Répondre au fil Retour