Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment arrêter le cannabis en limitant le manque ?

Par Profil supprimé

41 réponses


ric_80000 - 02/10/2020 à 16h30

Bonjour ,

Pour suivre et revenir au sujet du fil , je voudrais temoigner rapidement.

J'ai décidé d’arrêter net et plusieurs mois âpres j'ai repris car mal préparé. le manque était trop important et la dose que je fumai quotidiennement trop importante.

Je reprends pour un sevrage progressif et je me sens mieux. J’étais prêt a m'enfermer chez moi afin d’arrêter mais je suis finalement obligé de sortir pour un tas de chose.
J'ai repris la fumette en fumant un joint chaque 3 jours et pour le moment je n'ai pas de manque et plus de douleurs intercostales ou autres.

Je reprends du poids , je retrouve le sourire et on me dit que j'ai meilleure mine.

Je vais baisser tout doucement la dose dans le joint chaque 3 mois car plus de 25 années de fumette quand même.

BON COURAGE A TOUS

Kinkin - 25/01/2021 à 16h48

Salut tous le monde c est bien triste tous ce ptit monde en difficulté j ai fumer pendant 17ans cet merde j ai brûlé l argent pendant 17ans résultat j ai 33ans pas de permis de conduire.pas de maison a mon nom.aucun lien familial ou presque. Pas de pote car tu fini par te méfier de tout le monde pour de la merde dans ta tête mais conseil : évidement éviter les fumeur le temp du sevrage. Pour l appétit manger de la salade c est léger sa passe tout seul . Chercher des occupations télé.bricolage.balade en forêt c est tranquille sa détend voilà quelques conseils en espérant vous avoir aidé bon courage a tous

aeris - 27/01/2021 à 12h03

Le matin on se leves et on va faire nos ptis trucs de a journée, travail, activités, sports etc..

et le soir apres 20h !!

On fumes nos 2 joints !!!


c est comme ca , c est tout...


Essayer

Titophe - 09/03/2021 à 00h58

A toutes et à tous qui veulent arrêter, nous y arriverons!

Je me présente, homme de 35 ans d'ici quelques jours, j'ai commencé à fumer la cigarette à l'âge de mes 15 ans dans cette même période où j'écris ces mots, j'ai commencé par des ultra light(en étant pas fou de starter sur un bédo)pour "habituer mes poumons"(je trouves ça d'un ridicule quand je l'écris, je trouves ça moche!)et j'ai augmenté la force en passant par light, normal voir forte et après avoir pris l'habitude de fumer des clopes forte, je me suis lancé dans le join!

Je vous explique:

A la base j'ai commencé la putain de clope pour pouvoir fumer sur un putain de bédo pour pouvoir fumer avec un pote, un méchant, durant notre voyage d'étude de fin d'année, il m'avait dit, vouais durant le voyage d'étude on fumera ensemble, alors je lui dit d'accord, go je me mets à me mettre à fumer pour avoir les poumons prêt pour fumer sur une canne et le comble dans cette histoire triste, c'est que le méchant - mauvais copain à fait tellement l'abrutie durant l'année qu'il a été interdit de partir en voyage d'étude et pour finir je suis devenu accro .

Je vais me servir de ce forum comme d'un journal intime et je viendrai tous les jours y poster mes sensations, je vais me livrer à vous et je pense que sa peut m'aider et vous aider!

Je vais peut-être faire un hors-sujet mais je pense être au meilleur endroit pour parler des effets du manque et comment je vais m'y prendre!

Je penses que d'écrire ma vie là m'aidera à lutter contre cette addiction.

Alors , sa été crescendo , au début un joint par semaine, bref sa augmente et je passe de mes 15 ans à un joint par semaine environ et encore à fumer 20 joint par jour à mes 18-20 ans, durant cette période je mélange le tabac,20 clopes par jour et après passé 20 ans je diminue drastiquement à 1-2 pét par jour.

Le temps passe, je diminue les clopes, voir aujourd'hui j'en fume quasiment plus, je suis plus aujourd'hui accro au bédo qu'à la clope, le goût de la clope me répugne, sa sent mauvais et même en étant fumeur en passant vers des gens qui clope sa me répugne!

J'ai décidé de m'arrêter aujourd'hui le 9 Mars 2021, j'ai fumé mes dernières clope avant, j'ai fumé mon dernier pét de CBD y a quoi, 5 heures, c'est parti mes amies et amis!

Et, je penses que le fait de vous écrire ici m'aidera énormément!

Moi ,mes conseils que je vais vous donner et que je compte tenir(et oui faut le dire) sont les suivantes:

-Arrêter de fréquenter des fumeurs pendant l'arrêt ou le sevrage et je pense que si on est un gros fumeur comme moi, même après avoir réussi à arrêter il ne faut malheureusement ne plus les fréquenter, pourquoi, parce que nous savons toutes et tous l'odeur d'une bonne weed qui viens vous titiller les narines vous donnera qu'une envie folle de tirer une grosse latte dessus!(Je vous dis ça car j'ai déjà fais des tentatives d'arrêt et là c'est le drame et oui)Et en plus si cela fais genre 3 mois que vous avez stoppé et que vous sentez ces bonnes effluve et en sachant que vous avez repris des poumons plus frais et que vous avez stoppé y a un certain temps, vous vous direz , j'ai des bon poumons, sa sent bon et j'aurai un monstre high!

C'est pour cela, si vous voulez vraiment y arriver, il faut stopper toute consommation lié à la fumée et le fait après un certain temps même vos poumons aurons plus l'habitude et sa risque même de faire les douleurs des première latte tiré!

-Les milieux festif durant les 3-4 première années d'arrêt à éviter.

-Etre suivit par un centre d'addictologie.

-Mettre les points négatifs de sa consommation.

-Eviter d'avoir des bons plan sous la main, aller choper dans la rue et être dégoûté d'avoir été mal servi ou avoir pris de la mauvaise qualité!

-Exclure tout liens avec sa consommation, cendrier, briquet, grinder et autre objet vous donnant envie de fumer, toutes accessoire doit être éliminé de sa vie quotidienne.

-Faire une activité qu'on aimait faire ou ce lancer dans un projet!

-Manger trois fois par jour!

-Garder son objectif bien en tête et de ne pas craquer et de ce dire pourquoi je veux arrêter!

-Garder sa positivité sur le bien fait de l'arrêt , par exemple sont souffle retrouvé, les pertes de mémoires à court terme.

Je pense avoir révélé les plus grand secret pour y arriver.

Pour les points négatif, les choses qui me dégoûte, c'est le matin sentir le tabac froid dans les pièces à vivre, l'odeur du cendrier, d'être toujours en recherche de bon plan comment allons - nous avoir notre consommation du jour, choper à qui et avec quel argent, je crache depuis maintenant deux ans une quarantaine de glaire par jour, plus de motivation, je suis devenu un affabulateur,j'ai perdu pas mal de famille, j'ai eu des mauvaise fréquentation qui m'ont entraîné à toujours consommer cette plante,la santé en générale.

Je crois que j'ai tout dis pour un début et je vous dis à demain chères lectrices et chers lecteurs pour vous livrer mes premières sensation du sevrage!

Je suis heureux, j'ai même hâte d'avoir des symptômes pour vous les écrire, je deviens fou, hihihihahaha!!!

Je sais pas sur combien de jour je vais témoigner ou si je serai capable d'écrire tous les jours, soit par incapacité d'avoir un accès multimédia ou tout simplement par flemme, on le connait tous ça.

A très bientôt et merci pour vos encouragements .

Bn57 - 22/03/2021 à 07h12

Bonjour à tous,

Je suis un homme de 23 ans et cela fait 7-8 ans que je fume du cannabis et du tabac (depuis ma première année au lycée).

Depuis maintenant 1 an environ, je ressens l’envie d’arrêter de fumer tous les jours, mais en même temps la fume me murmure de ne pas la quitter.

Tout a commencer quand je suis arrive au lycée, nouvelles rencontres etc... sauf que ces nouvelles rencontres ont gâché ma vie jusqu’à aujourd’hui.
J’étais avant ça quelqu’un de vraiment timide, au college je n’avais pas bcp d’ami et j’avais d’assez bonnes notes, je sortais les soirs avec mes amis de mon village jouer au foot, faire du velo, faire des soirées console etc...
J’etais timide mais socialement j’etais quand meme present, le peu d’amis que javais m’aimait car je savais rigoler, on m’appeler tout les jours pour sortir... bref

Arrivée au lycée, beaucoup plus de personnes qu’au collège donc j’ai fait beaucoup de rencontres, j’ai réussi a vaincre ma timidité, des amis que je me suis fait m’incrustais dans leurs groupe d’amis à eux, sauf que la plupart de ces gens fumait du cannabis, et moi qui ne me suis jamais intéressée à ca (je disais que je ne fumerai jamais de ma vie car mon pere fumait des clopes et ca me rendait mal quand je sentais sa fumée en voiture) je décide un jour d’essayer car on m’a proposé avant même d’essayer la cigarette.

A partir de ce jour plus rien ne va, moi qui etait un bon élève je commence a secher mes cours pour aller fumer du cannabis, quand j’assiste a un cours je ne retiens plus rien et je m’interesse meme plus aux cours, quand je rentre chez moi la premiere chose a la quelle je pense c’est d’aller fumer mon joint caché dans mon village, c’etait une epoque ou l’on a bien rigolé avec la fumette mais si j’avais su qu’on rigolaient pour en arriver a ce desastre je n’aurai jamais commencé.

Bref tout mon lycee s’est résumé au cannabis, je fumais 1 joint le matin avant de monter en cours, un joint a midi, un joint avant de rentrer chez moi. Tout les gens commençaient a me voir comme un toxico, les meufs qui me trouvaient beau ne me regardaient meme plus, j’ai refait ma terminale car j’avais loupé mon bac (j’ai pas réviser pour aller fumer des joints dehors avec mes potes), j’etais en filiere scientifique. Je l’ai quand meme eu au bout de la 2e année mais j’avais largement les capacités pour l’avoir du premier coup et avec une mention.
Aujourd'hui quand je dis que j’ai un bac S j’en suis fier mais dire que je l’ai loupé une fois pour aller fumer des joints avec mes potes ça me fait direct redescendre.
Et au bout d’un moment je ressentais que ça me faisait bien dormir, donc j’ai commencé a fumer un joint avant de dormir, je sortais dehors devant chez moi quand mes parents allaient dormir.

Arrivé en etudes sup, pareil, je rencontre encore que des gens qui fument.. comme si mon destin disait que je devais trainer qu’avec des fumeurs, alors que non, juste des coïncidences... Donc pendant mes 2 années de DUT je fume tous les jours avec ces gens, mais au bout de la 2e année je commence a ressentir l’envie d’arreter de fumer mais sans plus, la routine est toujours là.
Aujourdhui ca fait 2 ans que je ne suis plus dans les etudes, j’ai eu mon DUT mais je n’ai pas continué, pourquoi? Parceque a vouloir sortir fumer des joints tout le temps je n’avais meme plus la motivation d’aller m’inscrire sur le site eCandidat. Juste le fait de penser a faire les papiers ca me donnait pas envie.

J’ai meme pas essayé de chercher du travail dans mon domaine, j’avais tellement la flemme de faire des lettres de motivation, que tout ce que j’ai trouve à faire c’est de m’inscrire dans une boite d’interim pour travailler dans une usine pas loin de chez moi.
Ca me convenait tres bien, j’allais tous les jours a mon travail, avant de rentrer j’allais chercher ma cons car j’avais un fournisseur qui travaillait avec moi, on allait chez lui apres le travail, je fumais même des joints aux pauses de 30 minutes.

Au bout d’environ 5-6 mois de travail arrive le premier
confinement, et là, tous les méfaits du cannabis commençait a me monter au crâne, je dormais toute la journée, ca m’allait tres bien de ne pas sortir, je sortais juste fumer des joints sur la terasse de chez mes parents, je passais l’autre moitié du temps a jouer aux jeux videos avec mes amis...
au bout d’1 mois comme ça je remarque du jours au lendemain que le cannabis m’a gâché ma vie ou du moins m’a fait perdre enormement de temps, que je devenais super mou, je me desociabiliser de plus en plus, j’etais dans un bad mood quand je ne fumais pas, j’avais un qi de poisson rouge, mes raisonnement etaient parfois hors de la plaque, vraiment je commence a etre conscient de mon état actuel et je n’arrive presque plus a me voir.. en plus a ce moment là ma copine avec qui je fumais aussi m’avais quitté, donc dans la deprime totale je fumais encore plus que ce que je fumais, j’allais chercher 5g de beuh tous les 2 jours, je n’arrivais plus à suivre car ca sortait completement de mon budget vu que je n’avais plus de travail... bref conscient de mon sale état je fumais qd même, il n’y avait que ca qui me consolait pour oublier ma copine, pour oublier ce que j’etais devenu... j’ai essaye d’arrêter de fumer, premiere nuit j’etais en trans dans mon lit et impossible de dormir, le matin même je suis allé chercher de la cons, et là j’ai compris que j’etais accro, malgre qu’on m’a toujours dit qu’on pouvait pas etre accro au cannabis. J’ai toujours aimé ça depuis que j’avais essayé et jamais je ne m’etais dis ça.

Au bout d’un moment j’oublie ma copine et je continue toujours a fumer sans plus me poser de questions.
Je savais que j’etais accro et qu’au moindre manque de THC l’anxiété montait d’un coup, je commençais a m’enerver avec les gens que j’aime, mes parents mes amis, mes grands parents que j’aime beaucoup aussi, j’etais vraiment devenu un demon. Tout ce qui me rendait normal c’etait la beuh. Du moins c’est ce que pensait.

Aujourd’hui ça fait bientôt 1 an que je pense comme ca, et je commence a peine a me lancer.

J’ai fait plusieurs petits arrêts de 1 semaine, les 3 premiers jours sont vraiment dur, apres ca passe mais le week end quand on revoit ses amis c’est reparti...

si j’ai un conseil à vous donner, arrêtez le plus tôt possible, et garder votre mental au top pour ne jamais recommencer, parceque cette drogue est vraiment un fleau au quotidien, a part vous rendre minable elle ne fait rien d’autres.
Si vous pensez qu’elle vous donne du plaisir, arretez de suite de penser comme ça.
Elle ne vous donne du plaisir que parcequ’elle deforme vos recepteurs a la dopamine et donc votre cerveau ne sait plus quelle dose de dopamine recevoir et donc elle en produit a gogo jusqu’à la « redescente » c’est juste du plaisir a vous rendre totalement debile et a vous faire sortir de la réalité. Si vous vous sentez normal en fumant et bien ce n’est qu’une illusion, faite sortir ce diable de votre corps au plus vite avant qu’elle ne vous possède. Il faut arreter avant qu’il ne soit trop tard car votre cerveau commence a se réparer apres l’arret, mais quand il est trop tard et que vous developpez des maladies psychologique ou physique, vous vous direz que vous auriez dû arreter bien avant ou jamais commencer.

Aujourd’hui je ne fume que tres rarement, juste pendant mes crises de manque je fume 2-3 taffes sur un seul joint que j’ai roulé, mais ca fait presque 1 mois que je ne vais plus en acheter, j’ai jeter tout ce qui me servait a rouler mes joints, meme les moindre miettes qu’on cherche dans le tiroir quand on est en manque. Plus rien. Mes amis qui fument j’essaie de les voir le moins possible, je leurs ai dit clairement que je voulais arreter, ils se sont foutu de ma gueule en me disant « jure t’arrete? Mais c’est médicinale c’est mieu que l’alcool... » etc... que des conneries que je ne veux plus entendre et ca m’enerve de les entrndre dir ca parceque maintenant je vois comment ce que j’etais devenu, l’avis des gens sur moi, mes discussions hors sujet,... vous voyez vraiment tout ce que vous etiez devenu sur un autre fumeur, triste réalité. Et on ne change pas les gens, surtout les gens têtue en supplément des effets du cannabis.

La premiere voir la deuxieme semaine d’arret sont vraiment hardcore, mais il faut vous dir que vous avez un mental de fer et que vous liberez un démon ancré en vous depuis plusieurs années, qu’il vous fait juste du mal en vous détournant de la réalité et en vous faisant croire que vous allez bien quand vous lui donner son énergie. Enlever lui sa source vitale et vous allez voir que vous deviendrez petit a petit de retour dans le monde reel et que ce soit dans n’importe quoi tout ira de nouveau mieu, encore mieu qu’avant que vous ne commenciez a fumer, c’est magique et simple, il faut juste laisser le demon parler seul dans sa tete et l’ignorer, vraiment, c’est dur au début mais forcez vous et il partira tout seul a cause de votre ignorance.

Toutes vos expériences me motivent encore plus, de voir qu’on est pas seul dans ce cas rassure vraiment et j’espere que mon experience aussi vous motivera à arreter. Vivez votre vie sans etre défoncé et vous verrez que vous serez moin seul, moin déprimé, + de positif, et les gens reviendront vers vous juste en voyant votre visage souriant naturellement et vos beaux yeux ouverts et rempli d’énergie.



En espérant que vous sortiez de cette grotte sombre et profonde, on est tous humains et on a tous besoin d’une lumière

Je vous souhaite à tous bonne continuation






Répondre au fil Retour