Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Fils de 25 ans qui prend beaucoup de cannabis.

Par Pepite

58 réponses


Miredo12 - 14/01/2022 à 11h41

L'éloignement semble être indispensable quand je vous lis. C'est aussi ce que je ressens. C'est pas facile de l'admettre mais faut pas plonger avec eux.
En relisant le fil je vois qu'on paie tous le forfait de téléphone pour garder le lien. Bon, nous c'est le minimum 5 gigas 5 euros, même s'il a essayé de nous faire prendre + élevé en décembre, faut pas abuser quand même
Votre long message posté l'an dernier, j'ai l'impression de lire une partie de ce que je vis avec mon fils de presque 19 ans. Fuir le cadre, le manque d'argent, les mensonges, le foyer jeunes travailleurs ...
Je vois que vous continuez d'agir, de l'aider tout en restant en retrait, bravo à vous pour votre force blunk
Et merci pour vos messages sur ce forum happy

Pepite - 17/01/2022 à 09h44

Bonjour Miredo12,

Merci pour votre suivi. J'ai besoin d'échanger et nos similitudes nous rapprochent.

Je maintenais un forfait complet chez notre opérateur qui offre un coût réduit (15€/mois) pour que son tel lui permette de surfer sur internet.
Il n'avait pas d'autres supports type tablette car perdus ou vendus.
Mon fils aime se cultiver et la toile permet cela. J'ai donc privilégié ce système d'information.

Depuis, il aurait pris un autre abonnement, avec son père. Il ne l'a pas fait correctement puisque je n'en ai pas été avertie, j'ai donc payé quelques mois pour rien.
Il apprend à se comporter et cela passe par des mises en situations déconcertantes.

C'est aussi bien ainsi car j'avais accès à sa messagerie, une partie de son répertoire téléphonique. Je vivais avec le souci de le surveiller en me comportant comme un policier ou un pompier. Evidemment cela a permis de réparer (encore à sa place) et d'éviter l'expulsion du FJT puisqu'il ne leur répondait pas. J'ai également finalisé les papiers avec son employeur.

Depuis ce recul, je lui ai exprimé mon mal-être. Je lui ai dit que je souffrais de le voir nuire à sa santé.
Je lui ai dit que je prenais soin de moi et que les contextes angoissants, je les mettais à distance.
Je lui exprime mon ressenti qu'il comprend.
Je me libére de mes peurs et je le prends comme il est.

Il n'est plus en colère comme votre fils, crises que j'ai bien connues. En tout cas je n'en suis plus spectatrice.

Le psychologue semble lui faire du bien. Il m'a dit qu'il était conscient d'être odieux, épouvantable sous influence des produits.

Par ailleurs, hier soir j'ai suivi une conférence sur le TDAH avec des escrocs. Je leur ai dit et j'ai été expulsée du tchat. Je vais les signaler aux autorités.
La souffrance des familles est une mine d'or pour certains.
Je m'en tiendrais donc à mes connaissances obtenues grâce à B Cyrulnik et je m'en remets donc à notre HAS tout en m'actualisant.

Je reste convaincue Miredo que le milieu agit sur nous. Nos enfants souffrent dans leur prison.
Cela demande LEUR temps pour qu'ils en prennent conscience. Le développement de leur cerveau est parasité par ce qu'ils consomment, avec la maturité qui s'ajoute aux facteurs de vulnérabilité.

La solitude est la pire des maltraitances alors pour ma part, quoique fera mon fils, je resterai sur ma conduite bienveillante, avec mes possibles et je serai là en cas de besoin. C'est ce dernier point que je travaille. J'estime que mes interventions doivent avoir du sens pour moi. Certainement pas de la culpabilité ou une peur.

Hier soir encore, il a souhaité me voir. Je change et lui aussi je trouve. Il a compris que je ne voulais plus l'affronter et que ses choix étaient les siens. Je travaille sur mes peurs Miredo.

Bien à vous,

Pépite

Miredo12 - 18/01/2022 à 08h19

Je sais bien qu'ils souffrent et nous parents on se retrouve à essayer de les aider tout en préservant autant que faire se peut le reste de la famille, et notre propre santé mentale et physique.
C'est bien que vous puissiez renouer doucement, j'espère que ce sera pareil pour nous un jour, mais va me falloir du temps. Je lutte contre un sentiment de rejet pour l'instant. Vous n'avez jamais eu envie de le laisser tomber, depuis tout ce temps ?

Pepite - 18/01/2022 à 14h12

Bonjour Miredo12,

Je suis passée par toutes les phases même celles de le détester. Mais je l'aime lui, pas ses comportements qui sont modifiables.

Je ne lâche rien dans ce que j'entreprends ou je vais au bout des choses puis je prends un autre chemin.

Je sais que chacun d'entre nous fonctionne avec une part d'inconscience et que nos réponses ne sont pas forcément adaptées au contexte rencontré.

Je m'intéresse à ce qu'il y a dans le cœur de chacun, pas la façade avec tous ces artifices qui sont plus ou moins des leurres.

Il n'y a pas de "il faut", "je dois". Il n'y a que des prisons dont on sort plus ou moins.

Notre environnement nous modifie et nous changeons toute notre vie.

Pendant ce temps je prends soin de moi.

Pépite

Pepite - 02/02/2022 à 14h06

Bonjour Miredo12,

Comment s'est passé votre rendez-vous au foyer ?

Où en êtes-vous ?

Pépite

Miredo12 - 02/02/2022 à 16h55

Bonjour Pepite, merci de prendre des nouvelles, je vais répondre sur la discussion que j'ai initiée, pour plus de clarté happy et vous ? Comment allez vous ?

ilopan - 04/02/2022 à 10h53

Bonjour,
je reviens sur le site ... mon fils a été expulsé de son logement et est heureusement à l'abri chez un "pote", qui, lui travaille... combien de temps ??
Comme Pépite, je lui préserve son abonnement téléphonique, seul moyen de contact, lorsqu'il en provoque ...
L'isolement est bien un des problèmes des toxicos .. isolement au milieu d'autres toxicos ... il n'y a que dans ce monde qu'ils se comprennent et s'acceptent .
Comme je l'ai déjà dit, et comme vous, j'ai relâché le lien pour ne pas m'épuiser à sa "poursuite" ...
Il a autour de lui plusieurs moyens à sa disposition pour redresser la barre, et j'ai été un de ceux-là pendant 16 ans ...
Maintenant il est vrai que l'attaque physique et mentale de ces maudits produits que les pouvoirs publics, c'est mon avis, laissent un peu trop se vendre et s'échanger, atteint la capacité de réaction, ajouté à cela la paresse qu'entraîne ces produits, l'oisiveté "confortable" qui empêche de faire des efforts pour se reprendre et travailler ....
Seules les aides comptent, et tous leurs efforts semblent se porter sur cet aspect .. mais les aides et l'assistance ne peuvent jamais suffire, sauf à survivre dans des conditions très malsaines ... seule la reprise d'une vie plus "normale" peut les tirer de là ...
Lorsque j'arrive à lui parler il est toujours OK pour un traitement, un accompagnement, une cure .. mais ne va pas aux RdV ... indispensables étapes !!! et pourtant je pense qu'il est encore en capacité de se reprendre moyennant quelques gros efforts ...
C'est triste et désolant, frustrant de vivre des instants pareils .. j'ai envie de le prendre par la peau du cou, il a 44 ans ... et le déposer de "force" dans un centre spécialisé pour le récupérer ... car je sens que je le perds et je m'attends à tout ...
La drogue en général va, en plus de tout le reste, crises économique et sanitaire, ravager les populations avec son lot de relâchement, de désocialisation, d'accidents de la vie, de criminalité, ... et nous amener à un véritable désastre social ... mais que font les politiques de tous bords qui nous gouvernent ? c'est affligeant .
Depuis quelques années je vis à quelques 600 kms de distance, dans le sud, et bien sûr il voudrait descendre .. l'oisiveté au soleil est plus confortable ...
Comment vivre sa petite vie de retraité confortable en sachant que son fils est quasiment à la rue dans tous les sens du terme ? et ce n'est certes pas en le prenant à la maison que ça va s'arranger ...
Désolé pour ce portrait pas très positif, mais c'est pourtant la réalité .
Je vous souhaite bon courage dans vos démarches et péripéties .

Pepite - 04/02/2022 à 13h08

Bonjour Olipan,

Merci profondément pour votre réaction.

Je partage ce que vous écrivez au sujet de notre culture qui a choisi la prévention...

Eux se comprennent entre eux et nous entre nous.
Notre nous entre nous n'étant pas non plus le monde d'autres personnes non concernées.

Il y a des mondes dans le monde.

Alors comment se rejoindre ?

Y a t'il un no man's land pour partager des bons moments ? Pour donner du sens à cette relation ?

Un modérateur ici m'a expliquée la perversité du lien. Je lui ai donc dit à mon fils que j'attendais un attachement aimant et bienveillant.

On va marcher ? Tu ne veux pas et bien tant pis.
L'idée étant que derrière il n'y aura pas de billet...
Etre ensemble pour le plaisir : impossible. Et bien c'est ainsi.
On déjeune ensemble ? Ok. On partage un déjeuner joyeux.

Je suis capable d'anticiper ses attentes sordides. Toujours les mêmes. Sauf que je ne suis pas obligée d'y répondre.
Tout est négociation mais comme avec les enfants plus petits, il faut se tenir à son cadre ce qui n'est pas facile.

Lorsqu'il m'appelle pour se victimiser, je coupe court. Il a voulu que je fasse son linge, j'ai dit non. Il a tout ce qu'il faut au foyer. Il pue, tant pis. Je ne m'occupe plus de lui mais de moi.

Cela ne m'empêche pas de lui faire une attention mais c'est moi qui décide.

En espérant vous éclairer.

Prenez soin de vous, c'est le principal.

Pépite

ilopan - 05/02/2022 à 12h25

Merci Pépite,
Il est vrai que seuls les personnes touchées par ce genre de problème social et affectif peuvent comprendre ... vivre "avec", voilà la route ... douloureuse, mais salvatrice, non sans blessures ...
J'ai toujours l'espoir d'une réaction positive, qui sera très difficile à gérer pour lui, mais qui reste dans le domaine du possible .
Les silences sont "reposants" mais interrogent toujours ...
Les appels au secours sont perturbants, mais permettent un contact, un échange, voué à l'échec la plupart du temps, mais qui doit lui faire du bien quelque part malgré le refus ... de se laisser embarquer .
Les deux sont un poison ... à boire, comment faire autrement, avec beaucoup de modération .
Bonne journée à vous tous, parents concernés par cette brutalité de la société moderne, consentante aux dérives dévastatrices qui se voient un peu plus tous les jours, jusqu'à quand ?

Répondre au fil Retour