Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage PDF Imprimer EnvoiMail

Souffrir dans son couple à cause du cannabis

Par laulau_233

88 réponses


Moderateur - 04/03/2016 à 11h24

Bonjour Petiterina,

Quelle histoire que la vôtre ! Vous êtes enceinte, il est violent, vous êtes en danger. En écrivant vous avez eu bien raison. Vous voyez tout en noir mais tendez la main, cherchez de l'aide, parlez-en au lieu de vous murer dans le silence car il y a des aides et des personnes prêtes à vous sortir de là !! Car il faut que vous en sortiez ! L'homme que vous décrivez semble avoir des troubles psychiatriques et la justice pourrait vous en protéger.

Ce que vous décrivez est un mécanisme malheureusement bien connu de maltraitance et violence conjugale où tout est fait pour vous isoler : il donne des apparences trompeuses à l'extérieur et décrédibilise ainsi tout ce que vous pouvez dire à son sujet de négatif. Mais ne vous laissez pas impressionner, ne lâchez pas : vous êtes bien la victime dans cette histoire et, comme je vous le dis, ce décalage voulu et totalement hypocrite de sa part nous l'entendons souvent dans des histoires similaires à la vôtre. Ces apparences ne font pas illusion auprès des spécialistes.

Je vous invite vraiment à appeler la ligne des violences conjugales au 39 19, entre 9h et 22h en semaine, 9h et 18h le weekend. Les écoutantes vous donneront les démarches à suivre pour partir avec vos filles, les bons papiers à emporter et pour savoir où aller. Vous pouvez aussi consulter le site Internet pour vous renseigner : http://www.solidaritefemmes.org/ewb_pages/v/vfi.php En tout cas partir n'est pas une question de moyens et vous pouvez être hébergée gratuitement.

Vous avez le droit à un vie meilleure. Nous comprenons que vous l'aimiez mais ce n'est pas une vie et lui ne vous aime pas, il vous utilise et se sert de vous comme défouloir. Ce n'est en aucun cas votre faute mais bien la sienne et celle de son addiction. Mais l'addiction ne doit pas pour autant être une excuse (d'autres personnes ayant la même addiction ne sont pas violentes). Il n'y a pas de solution de son côté tant qu'il se sentira tout puissant et d'ailleurs, le fait que vous restiez à portée, que vous lui apportiez des finances pour se payer son shit "pour éviter le pire", ne fait que prolonger son problème et ne le pousse pas à faire amende honorable. Si votre souhait est qu'il arrête un jour peut-être justement cela doit-il passer par le fait que vous partiez durablement du domicile conjugal.

Nous sommes vraiment désolés de vous voir dans cette situation. N'hésitez pas à revenir ici pour continuer à écrire, nous dire ce qui se passe pour vous et, nous l'espérons, nous expliquer les démarches que vous entreprenez.

Cordialement,

le modérateur.

Profil supprimé - 09/04/2016 à 09h34

Bonjour les filles,

Je me retrouve complètement dans vos discussions et je voulais savoir si vos situations avaient changé et si oui comment?
J'ai 22 ans et mon copain 25, cela va faire un an que nous habitons ensemble, je suis encore entrain de terminer des études et lui travaille, il fume depuis ses 16ans, soit depuis 9 ans, lorsqu'il ne fume pas, s'énerve pour un rien, me reprend sur tout ce que j'ai pas fait comme il voulait, voir me parle parfois très mal, il a ses propres idées déjà toutes faites et ne veut pas en changer! Il y a quelques semaines il a tenu 5/6 jours, car il était motivé pour diminuer voir arrêter, il était au chômage, puis il a ré-craqué sois disant Parce qu'il s'ennuyait toute la journée, maintenant qu'il a repris le travail il n'en fume plus jusqu'à ce qu'il rentre, et aux difficultés de s'en procurer ses derniers temps, il faisait la tete tous les soirs ne pensant qu'à ça, sans me demander comment c'était passé ma journée! Au point de partir chez des copains le soir pour pouvoir aller en fumer un ou deux. On parle parfois de quelques projets, mais je lui ai dit clairement que je ne les réaliserais pas tant qu'il fumerait. Je ne supporte plus le fait de me dire qu'en fait il est n'est bien avec moi que quand il a fumé! Je ne peux pas me passer de lui, mais j'ai quand même du mal à avoir du désir pour lui lorsque je me dit qu'il n'est jamais dans son état normal. Cet été nous sommes parti une semaine aux Canaries bien évidemment il n'a rien pu emporter, arrivé la bas vers 21h et parti depuis midi sans fumer, il commençait déjà à déprimé en disant que c'était moche, qu'on aurait jamais dû aller la bas. (Le calvaire commençait déjà pour moi, j'avais envie de pleurer en me disant que Ca allait être la semaine la plus horrible pour le supporter). Il faisait la tete les trois premiers jours puis s'est rendu compte qu'il était beaucoup plus actif la journée et le matin sans fumer. Mais malgré tout je voyais bien qu'il n'était pas "heureux" alors qu'on avait tout pour l'être, le 4 ème jour il a fini par pouvoir s'en procurer de façon à en avoir 1 par jour, et il se sentait déjà mieux. Aujourd'hui je m'en rends compte que partir une semaine en vacance loin devient compliquer. Il est difficile de le changer, j'aime beaucoup le ski (de fond ou de piste) lui déteste ça, il a quand même fait des efforts et a accepté d'aller au ski de fond cet hiver et s'est presque trouvé une petite révélation, et j'ai aussi réussi à le mettre à la randonnée. (Des simples petites joies pour moi mais qui me font beaucoup de bien). Mais malgré tout il a fallu des mois de préparations mentales pour qu'il accepte, ce qui est tout de même éprouvant. Je suis encore très jeune, et je l'aime beaucoup. Mais je tiens à savoir si certaines d'entre vous ont réussi à les faire arrêter, et à les faire changer? Car je ne veux pas un avenir qui reste toujours comme celui là.

Ce post est un peu long et je m'en excuse mais vous lire m'a fait moi aussi beaucoup de bien quand je me suis rendu compte que je n'étais ps la seule!

Profil supprimé - 25/04/2016 à 02h28

Bonjour à toutes,

Je me décide enfin à coucher des mots sur mon histoire, les larmes roulant sur mon visage.

J'ai 24ans et mon époux 34ans; nous avons une fille de 16 mois et sommes mariés depuis tout juste 4ans.

Mon époux est fumeur de canabis et de son dérivé le shit depuis ces 17 ans.

Aujourd'hui après une énième dispute violente pour des questions financières je craque.
Mon époux est seul à travailler et poursuivant mes études universitaires.

Comme de nombreuses situations que j'ai pu lire, tout, ou presque son salaire disparaît en retrait : -50€,-80,-20,-20etc.... Ce qui pose d'énormes problèmes dans notre foyer.
Une fois qu'il a tout dépenser et de nous sommes le 10 du mois, il n'a plus rien a fumer.
Ainsi tous les mois c'est la même rengaine "chérie passe moi 20€, passe moi 10€ passe moi 20€......."
Et moi je passe toutes mes économies ainsi afin de maintenir un semblant d'équilibre dans mon foyer.
Car comme beaucoup quand mon mari fume régulièrement il est "vivable" malgré le fait que nous n'ayons aucune vie sociale, ni même d'amis.
Il ne connais aucune fête ( anniversaire, noël ou autre), n'a aucune attention ni pour la petite ni pour moi.
Nous ne pouvons pas partir en vacances car la drogue serait un énorme problème car voilà, quand mon mari ne fume pas je suis la pire épouse de la planète, il n'a pas assez de qualificatifs pour exprimer à quel point je suis mauvaise, à quel point je ne sert à rien et que seul lui travail donc il peut dépenser à sa guise l'ensemble de son salaire. Et qu'il me déteste, que jamais je ne pourrais l'empêcher d'avoir des amis (tout aussi drogués que lui).
S'il ne peut pas fumer alors,il se met à boire à regarder de films X toute les nuits et à dormir dans le salon.

L'autre chose qui montre son isolement dans son monde, mon époux ne se douche quasiment plus, il doit se doucher 1 à 2 fois par mois pas plus.
Même quand il a de quoi fumer il ne se douche pas.

En temps normal son quotidien consiste à se lever se laver le visage et se brosser les dents, fumer aller travailler avec de quoi fumer, rentrer, s'allonger dans le canapé regarder la télé fumer encore et encore aller chercher la petite chez l'assistante maternelle, regarder la télé dormir fumer se rendormir et encore fumer regarder de nouveau la télé et ce jusqu'au lendemain pour aller travailler.

Les dettes s'accumulent, Notre situation financière me pèse son addiction me pèse.
J'ai perdu tout mes cheveux sur l'arrière du crâne quasiment jusqu'au milieu du crâne.

Je veux m'en aller,
Je souffre je supplie quelqu'un de m'aider les mots et les situations sont pires que des coups,
Il y aurait tant à dire pour vous expliquer clairement ma situation.
Ma petite sœur (19ans) me supplie de partir, de le quitter elle me voit mourrir sur place.
Mais où aller quand on a un bébé et qu'on ai étudiante sans revenu.
Les 184€ de la CAF me servirait à quoi ?

Je n'ai pris que me mauvaises décisions.
Qu'est-ce qui m'est passé par la tête pour aller me marier à 20ans, pourquoi ais-je quitter le domicile de ma mère et suis venu m'installer à 8000km avec lui.

J'ai réellement envie de crier , de crier au monde de me délivrer de cette souffrance

Désolée pour ce roman, Mais je pourrais écrire un livre entier afin de mettre des mots sur ma souffrance.

Moderateur - 25/04/2016 à 11h31

Bonjour Lyaya,

Votre récit est très poignant. Votre mari vit malheureusement "en boucle" et ne semble plus se rendre compte de grand chose. Votre vie commune et vous-même ont l'air très secondaires actuellement pour lui. Vous en souffrez énormément et tel que vous le décrivez c'est toxique pour vous. Ne vous laissez pas "mourir sur place" en effet. C'est triste mais c'est son problème qui gangrène votre relation et a des répercussions sur vous. Protégez-vous, et votre petite-fille, avant tout.

Dans cette situation vous pouvez, vous devez, vous reposer sur vos proches qui vont vous aider à partir si c'est votre décision. Le changement de situation familiale vous ouvrira peut-être aussi droit à d'autres aides. Je vous recommande ainsi de vous adresser à une assistante sociale pour voir à quoi vous auriez droit en tant que parent isolé, je crois bien plus que ce que vous avez aujourd'hui. La situation sera difficile au départ mais cela sera aussi un nouveau départ pour vous, de nouvelles perspectives et surtout l'opportunité de recouvrer votre santé.

Les Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) peuvent vous recevoir et vous soutenir en tant que conjoint souffrant des conséquences de l'addiction de votre mari. C'est gratuit et cela pourra être aussi un point d'appui pour savoir quoi faire. Il y a des Csapa et des services d'addictologie partout en France métropolitaine. Il y en a aussi dans les départements d'outre-mer si c'est là que vous vivez. Utilisez notre rubrique "Adresses utiles" pour trouver le Csapa le plus proche de chez vous: http://www.drogues-info-service.fr/Adresses-utiles

Tenez-nous au courant des suites. Ne restez pas seule avec cela et merci beaucoup d'avoir eu le courage d'en parler ici.

Cordialement,

le modérateur.

girlpower - 20/05/2016 à 14h43

bonjour à toutes (et à tous ),

je suis à la fois triste et soulagée, triste de voir que ma souffrance n'est pas un rêve, soulagée, si je puis dire, de voir que je ne suis pas la seule concernée par cette douleur quotidienne

j'ai 41 ans, 2 enfants (11 ans et 9 ans), je suis mariée depuis 15 ans et ma vie est devenue un enfer... à cause du cannabis. lorsque j'ai connu mon mari, il ne fumait pas, ne buvait pas rien, puis il y a eu des soucis de famille (rejet de mon mari par ma famille) je me suis mariée contre l'accord de mes parents, ce n'est pas un garçon pour toi etc... et là il a commencé à fumer la cigarette ... je précise. la fumette je ne sais pas quand ça a commencé après la naissance de mes 2 fils, je pense.

a la naissance du 2ème enfant, il a choisi de se mettre en congé parental pour sortir de la "routine" de l'usine et s'occuper des enfants... l'idée peut paraitre géniale, mais je crois que c'est à ce moment que tout bascule... il a plongé dans la fumette et à la fin de la 2ème année alors que moi je travaillais, et que financièrement cela devenait compliqué pour moi, il n'a pas voulu reprendre le travail... incompréhensible pour moi, et lui se posait en père dévoué à sa famille... moi culpabilisant de l'obliger à reprendre son travail... que faire... !! il a fallu reprendre j'ai proposé une reprise à 80 % lui libérant ainsi une journée supplémentaire ce qui a été fait.
mais malgré tout ce retour "dans le monde réel" le travail, se lever le matin rentré aller chercher les enfants à la garderie etc. lui était insupportable, il court tout le temps, me disait-il tout lui paraissait compliqué insurmontable, un rien le contrarie, et puis il y a la proposition de rupture du contrat de travail après négociation avec la Direction le voilà libéré de ce boulet (le travail! ) et s'enchaine la perte de son père une douleur de perdre un parent, douleur qui a été extrêmement forte pour moi aussi mon beau père m'avait adopté comme sa fille ...
la disparition du père a fait encore plus plongé mon mari, à mon sens, son garde fou celui à qui il avait des comptes à rendre n'était plus, celui qui lui dirait de retourner travailler vite pour subvenir aux besoins de sa famille n'était plus!
Là les effets du cannabis sont devenus pour moi une évidence : nervosité, irritabilité, insatisfaction, aucune vie sociale, aucun ami à la maison, isolement sauf pour aller à la salle de sport (musculation) le seul lien avec l'extérieur paradoxal, un fumeur de pétard qui se muscle... il a toujours pratiqué la musculation et c'est resté son seul lien avec l'extérieur. la seule chose qui lui fait du bien dit-il !
alors moi et mes deux garcons, on s'échappe dès qu'on peut, je ne fais rien avec lui aucune sortie en famille, je vis avec mes 2 garcons que j'essaie de préserver car ils commencent à se poser des questions : pourquoi papa est toujours énervé, pourquoi papa crie toujours, ne dis pas à papa de venir avec nous sinon ça va finir en dispute !!

tout l'irrite, la circulation : les voitures qui ne mettent pas leur clignotant dans un rond point, moi qui ne prend le chemin qu'il voulait que je prenne ((j'aurai du le deviner!!) , si je le regarde, il interprète mon regard comme une agression : qu'est ce qu'il y a, on me flique !!! dit-il ? si je ne le regarde pas : tu t'en fous de ce que je te dis... je dois contrôler mes faits et gestes car tout peut l'enflammer ...

alors le cannabis, NON il n'en prend pas car évidemment il est dans le déni, et moi je suis la folle qui s'imagine des choses qui n'existent pas, alors j'ai ramassé les cendriers remis les mégots à une amie dont le mari fume et fait "analyser" les mégots en question... le verdict : "c'est de la beu ! et de la bonne !!!!" sic !

au cours d'une de nos disputes (qui sont vous vous en doutez fréquentes) j'ai avoué avoir fait "tester" ses mégots... depuis... il vide systématiquement ses cendriers qui étaient déjà cachés dans la terrasse mais maintenant il s'assure que les mégots ne restent pas ... ainsi, je spéculerai sur une prétendu situation qui n'existe pas un fumeur qui ne fume que des cigarettes et pas de la beu !!

j'ai dernièrement à l'occasion d'un grand ménage trouvé un mégot non terminé dans un photophore caché et qui est tombé lorsque je l'ai cogné avec l'aspirateur... mais là encore !! je rêve ce mégot n'existe pas!!!

je sais pas si le plus dur est de savoir qu'il fume ou si c'est le déni dans lequel il se maintient coute que coute.

la vie au quotidien est difficile, il ne dort pas avant des heures tardives de la nuit, il a du mal à se lever, il ne partage rien avec mes enfants et moi et il est sans arrêt à me rabaisser j'ai un boulot de merde, je me prends pour une autre, je ne suis pas une femme assez bien, je ne m'occupe pas de mon foyer toujours en vadrouille dehors avec les enfants , je ne m'occupe pas de ma maison (ménage repassage etc....) il n'est même plus capable de manger à table avec ses enfants et moi : on l'énerve !!! l'agitation le bruit autour les blablas ....

il regarde la télé pendant des heures : c'est la dictature ! on ne regarde que les chaînes qui lui plaisent (mes séries TV américaines etc.) hors de question... les enfants regardent rarement le soir, mais en tout cas on doit se plier à son choix ou dégager dans nos chambres.

alors on vit à 3 mes fils et moi et lui tout seul dans son coin, et il me reproche de m'isoler de lui, affectivement j'ai du mal aujourd'hui à avoir de l'empathie, il me déçoit, il ne prend aucune initiative pour s'en sortir, il a repris un travail waouh formidable après 3 années de chômage : il faudrait que je l'applaudisse et le félicite tous les jours de cet exploit !!! je suis fatiguée épuisée et je m'éloigne petit à petit de lui !

il y a peu de moment de joie partagée les journées finissent souvent sur une contrariété ou un isolement chacun de son côté il s'endort devant la TV... et moi je ne reconnais plus l'homme que j'ai rencontré à 23 ans ... ses propos à mon égard sont durs : je ne suis pas une femme qui lui faut, il n'aurait jamais du avoir des enfants avec moi, des femmes bien y en a à la pelle, tu es une femme sale qui ne s'occupe pas de son foyer ( en référence à mes escapades dehors avec mes enfants pour échapper à sa mauvaise humeur) ... bref la liste est longue. sa colère est permanente et rare sont les instants d'accalmie, il a des tendances paranoïaques ...

alors oui le quitter j'y ai pensé et j'y pense de plus en plus, je repousse par lâcheté peut-être, pour préserver la vie de famille pour mes fils ? sont ils heureux dans cette ambiance de m*... pesante oppressante !!! oui il faut que j'arrive à m'en défaire à faire le deuil de ce mari qui n'est plus et qui me trompe avec Mme CANNABIS

Désolée d'avoir été aussi longue, merci des conseils que vous pourrez m’apporter

Profil supprimé - 20/05/2016 à 18h26

Bonjour Girlpower,

Je me permet de vous répondre, afin premièrement de vous dire que vous n'êtes pas seule.
Mon commentaire précède le votre dn le file de messages.

Si je peux vous donner un conseil :
Contacter dans un premier temps une assistante sociale, puis par la suite si vous avez les moyens partez, divorcez, avant de partir n'oubliez pas de faire d'avertir les autorités afin que le divorce ne se face pas à vos tord pour avoir quitté le domicile conjugal.

Vos enfants ne sont pas heureux, il souffre.Je ne pense pas que vous voulez que vos fils grandissent dans un environnement tel que celui là.
Ma fille a 1an et demi et je veux absolument partir.
Malheureusement je n'ai pas les moyens.
A ce jour avec mon mari ça vas et ce depuis 3 semaines, il s'occupe de nous etc...
Mais parce qu'il a de quoi fumer et que je ne lui dit rien en ce moment, je profite de ces moments j'aime mon mari.

Mme soyez en sûre, nous ne pouvons pas mener une vie comme cela, pour nous et pour nos enfants.

Je vous souhaites de tout coeur beaucoup de courage et de détermination.

Cordialement Lyaya

girlpower - 20/05/2016 à 23h21

bonsoir lyaya,
merci pour votre message qui me touche beaucoup , j'ai rejoins ce fil de discussion car je me suis reconnu dans chacune de vos histoires de vos témoignages

malheureusement pour moi je suis juriste je connais très bien la procédure et les dispositions à prendre en clair je suis entourée d avocats le monde de la justice . est mon univers et je m'éclate dans mon travail de m* comme il aime me le décrire pour mieux me rabaisser. Mais il serait là il dirait que je fais ma victime...
Alors je n'ai pas d'excuses, je manque de courage.
Merci de votre message bon courage à vous aussi .

Benebee - 23/05/2016 à 06h34

Courage

Profil supprimé - 23/05/2016 à 14h01

Bonjour Girlpower,

Votre travail est tout simplement magnifique, je veux moi même devenir juriste de droit social.
Ne vous laissez surtout pas atteindre par cette médisance.

Si les choses ne s'arrangent pas, viendra un jour où le courage vous gagnera et le determination vous envahira;
A cet instant tout vous paraîtra clair et vous ferez le nécessaire pour votre famille.

Beaucoup de courage à nous toutes,

Lyaya

Répondre au fil Retour