Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

PDF Imprimer EnvoiMail

Canicule : attention à l'usage de certaines drogues

Par Drogues info service Voir les commentaires

Les organismes sont mis à rude épreuve par la vague de chaleur qui touche actuellement la France. Drogues info service fait le point sur les drogues et traitements qui peuvent favoriser « coup de chaleur » et déshydratation.

Stimulants et opiacés

L’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) informe que les médicaments qui augmentent la présence de sérotonine dans le cerveau favorisent l’hyperthermie ou empêchent le corps de se refroidir (1). C’est le cas de plusieurs familles d’antidépresseurs mais c’est aussi le cas de l’ecstasy (MDMA), de la cocaïne, des amphétamines. D’autres substances psychotropes, notamment les neuroleptiques et certains opiacés (tramadol, dextrométhorphane) peuvent également  favoriser le « coup de chaud ».

Le coup de chaleur : une urgence

Le coup de chaleur se manifeste pas des crampes, une fatigue inhabituelle, des maux de tête, des vertiges ou nausées voire des propos incohérents. Si une personne fait un malaise suite à un coup de la chaleur il est conseillé d’appeler rapidement les secours car il peut s’agir d’une urgence médicale.

En cas de forte chaleur il est recommandé de boire régulièrement de l’eau et de manger normalement. Retrouvez les conseils de Santé publique France pour se rafraîchir dans le fascicule « Canicule, fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes ».

  

Source :          

(1)    Canicule et produits de santé (Ansm)

 

Réagir