Rechercher sur le site :
Vous êtes ici : Accueil > Dialoguer > Forums Drogues Info Service > Avoir un proche qui se drogue

Dico des drogues

Rechercher une drogue :

En savoir plus

Drogues Info Service 0800231313, Ecoute Alcool 0811913030, Ecoute Cannabis 0811912020

Avoir un proche qui se drogue

13 personnes actuellement sur le site : 1 connecté, 12 visiteurs.

Ouvert le 16 septembre.
Dans ce forum, il y a 177 sujets et 518 réponses consultables.
Héroine - posté le 30 juillet 2012  à 10h50 par temoignage
Bonsoir, Mon ex prend de l’héroïne depuis 7 ans, en ce moment il jongle entre la métha, l’héro et le subutex ! Il s’est quand même éloigné de sa ville de "merde" mais dès qu’il a (...)
4 réponses à cette contribution
  • Sujet :  Re : Héroine
    Bonjour, Je suis le modérateur de ces forums et je vous remercie d’avoir voulu (...)
     

    posté le 8 août 2012  à  18h20 par Modérateur
    Bonjour,

    Je suis le modérateur de ces forums et je vous remercie d’avoir voulu témoigner ici de ce qui arrive à votre ex.

    A vous lire j’ai l’impression que votre ex a tout de même essayé de faire quelques efforts pour s’en sortir mais il est complètement vrai qu’il est pris dans sa dépendance aux opiacés. Essayer de le soigner "contre son gré" dans ces circonstances est un peu voué à l’échec car on ne peut pas le garder enfermé continuellement. Il n’a pas encore eu le "déclic" pour s’en sortir mais ce que je peux vous dire c’est qu’à lire d’autres témoignages de ces forums, le "déclic" semble souvent associé à un projet de vie personnel.

    Même sans que rien ne se passe pour lui, vous devez garder espoir. Si vous-même n’y croyez pas, si chaque fois que vous le voyez vous vous mettez en colère, à quoi peut-il se raccrocher ? Il est difficile de donner des conseils dans un tel contexte mais je vous recommanderais d’essayer non plus de le "soigner" mais déjà de cultiver votre relation avec lui, d’essayer de renouer d’abord des liens avec lui qui ne soient pas constamment envahis par cette injonction à ce qu’il arrête. C’est difficile à faire mais, entre sa famille dont vous êtes proche et vous il a des alliés pour s’en sortir. En le soutenant, en le mettant en confiance, en ne lui renvoyant pas l’image d’un passé perdu ou d’une culpabilité écrasante, vous pouvez peut-être lui donner l’énergie pour sortir de ses schémas actuels. Personne n’est en capacité de le "sauver" - et je comprend tout à fait que cette perspective puisse vous mettre en colère - mais ses proches et les professionnels peuvent au moins essayer, avec patience, de l’aider à se reconstruire petit à petit.

    Je ne saurai que trop vous conseiller dans un premier temps, ainsi peut-être que des membres de sa famille, d’aller quérir du soutien et des conseils auprès d’un Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) dont vous trouverez les coordonnées dans notre rubrique "S’orienter".

    Bon courage,

    cordialement,

    le modérateur.

  • Sujet :  Re : Héroine
    Bonjour, Je viens de lire ton témoignage et je suis un peu dans ta situation... je te (...)
     

    posté le 10 août 2012  à  22h03 par amaurynne
    Bonjour, Je viens de lire ton témoignage et je suis un peu dans ta situation… je te comprends très bien. Mon mari était accro a l’héro et toutes autres salopries de ce genre… Et ce depuis 12 ans… avec des périodes de sevrage entre temps il a toujours replongé… La vie devenait insupportable pour moi et mon petit garçon de 21 mois. Il y a quelques temps il m’a fait part de son désir de rentrer à l’hopital pour un sevrage (3ème) il me disait qu’il ne supportait plus cette vie. Il s’est rapproché du centre SCAPA le plus proche, il y est très bien suivi avec des aides de psychologues, de médecins, nutritionistes, infirmières etc… la il a terminé sa cure il y a 2 semaines avec un traitement de méthadone et pour l’instant ca tient, je croise les doigts. Je pense qu’il a eu ce "déclic" et qu’il saisi sa dernière chance de vivre avec sa famille. Si tu veux en parler je suis la, car je sais que c’est très dur pour la personne qui est spectateur de tout cela, j’ai souffert, je souffre encore crois moi ! j’ai demandé également d’avoir un suivi psychologique au centre scapa rien que pour m’exprimer et extérioriser tout cela. Courage à toi.

    • Sujet :  Re : Re : Héroine - posté le 13 août 2012  à  11h29 par Modérateur
      Bonjour Amauryne, Je suis le modérateur de ces forums et je tenais à vous remercier (...)
       

      Bonjour Amauryne,

      Je suis le modérateur de ces forums et je tenais à vous remercier pour votre témoignage plein d’espoir. J’espère que cela ira bien pour votre mari et que cette fois-ci sera la bonne ! Je vous remercie aussi pour votre proposition de dialogue et de soutien à cette personne car c’est tout à fait ce que nous aimerions voir se développer un peu plus dans ces forums :) Alors n’hésitez pas à lire d’autres sujets car ce n’est pas le seul abordant ce sujet.

      Je vous souhaite un bonne continuation et à bientôt peut-être !

      Cordialement,

      le modérateur.

  • Sujet :  Re : Héroine
    Bonjour, Moi c’est mec qui prends de l’heroine, il a decroche il y a deux (...)
     

    posté le 19 août 2012  à  08h27 par doline

    Bonjour, Moi c’est mec qui prends de l’heroine, il a decroche il y a deux mois mais ne veut pas d’aide des centres ou des medecins (en fait il a essayer les medecins mais cela n’a pas marche).

    Il y a dix ou quinze ans il avait deja decroche "tout seul" c’est à dire l’eloignement. Je lui ai demande un peu qu’il me reparle de cette periode car je voulais l’aider à decrocher de nouveau et m’inspirer de ce qu’il avait deja vecu de bien comme de mauvais. Deux ans de replonge ça parait court,mais s’en sortir est toujours aussi dur.

    Il a perdu toute confiance en lui alors j’essaie de l’encourager à faire ce u’il sait faire et mettre en avant ses qualites.

    Cette merde les plonge vers le bas et nous avec. IL faut à ton ex un projet de vie, personnel, se donner une place dans la societe et mener un projet pour ne plus etre menee par cette merde.

    C’est un truc atroce à vivre pour l’entourage.On met notre vie entre parentheses.

    Moi qui ne connais pas ce milieu que par les reportages ou les lectures (j’avais lu Moi christianne F,13 ans, droguee prostituee,j’etais au lycee et j’avais croise les doigts pour ne jamais connaitre çA), je decouvre ce monde sans pitie. Si tu as le tete sous l’eau il y a plus de monde pour te l’enfoncer, il faut qu’on soit celles qui les aide à en sortir.

    Ne pas juger si il y a une rechute, epauler mais surtout divertir et distraire,aider à vivre. Montrer que la vie est autre chose, et qu’ils vallent mieux et qu’ils sont plus interessants que ce qu’ils pensent. Et je sais que tu te dis, je fais deja tout ça mais ça ne marche pas, parce que c’est un travail long et un chemin semé d’embuches. et parce que chaque pas même de fourmis est un pas vers la sortie.

    Les centres ne peuvent aider que si la personne à la capacite a se dire qu’elle est dependante, mais qu’elle a surtout trouver le "pourquoi" s’en sortir. Ce m’a longtemps fait mal quend mon mec me disait je t’aime mais j’ai pas le declic. ouh ! en attendnat apres je me suis dit le declic c’est à lui de le trouver, si il tient le coup et se leve le matin c’est pour moi ou grace à moi. alors j’ai pas lache, j’ai encaissé et j’ai attendu ce putain de declic.j’ai sollicite son aide pour le valoriser dans certaines taches et ainsi de suite et un matin il m’a dit faut que je parte j’en peux plus. C’est peut etre enfin le declic il est parti un mois, il est revenu il y a deux mois. A suivre. Courage

Besoin d’aide - posté le 13 juillet 2012  à 15h54 par aide8219
Je suis une fille de 30 ans en couple avec un gars de 35 ans depuis presque deux ans. Lorsqu’il ne boit pas, c’est l’homme de ma vie et lorsqu’il boit, ce n’est plus (...)
3 réponses à cette contribution
  • Sujet :  Re : Besoin d’aide
    Bonjour, J’espère qu’écrire t’as fait du bien, permis de lâcher un (...)
     

    posté le 16 juillet 2012  à  16h31 par bluenaranja

    Bonjour,

    J’espère qu’écrire t’as fait du bien, permis de lâcher un peu tous tes soucis. C’est bien compliqué… Il me semble qu’il fait tout pour que sa relation à l’alcool ne soit pas perturbé par le monde extérieur - aller jusqu’à faire une thérapie de couple en t’interdisant de parler de ça, et jouer au mec parfait devant la psy, c’est hyper malsain… Moi ça me rendrait dingue ! Finalement, ce n’est pas une thérapie mais une mise en scène de plus pour prouver que tout va bien, et que limite c’est toi qui a un problème. Je le sens très manipulateur - c’est lié à son problème d’alcool - mais ça va loin, quelque part il te coupe de ta famille tes amis, tu dois jouer un rôle tout le temps, ou il te quitte. A toi de voir si tu es prête à continuer comme ça, à jouer un rôle en attendant des jours meilleurs, sans savoir s’ils viendront. Vu de l’extérieur, je dirais que tout est mis en place pour entrer dans un cycle alcool violence "typique", te mettre en doute constamment, être violent puis adorable, te couper du reste du monde et te faire croire que les problèmes viennent de toi.

    Le point positif, c’est qu’il arrive à être sobre quand ses enfants sont là. Mais attention !! Tu ne le connais pas depuis si longtemps que ça, et peut être que cela fait aussi partie d’un rôle qu’il joue… Que tu aies envie d’un enfant, je peux facilement le comprendre mais fait attention à ne pas le faire pour de "mauvaises raisons". S’il ne fait pas un gros travail sur lui même, d’abord, avoir un enfant ne changera rien hélas.

    Le problème c’est que tu sépares cet homme en deux, le côté que tu aimes et celui que tu n’aimes pas. Alors que c’est lui, le bon comme le mauvais. Alors que vous êtes ensemble depuis pas si longtemps que ça donc vous devriez être encore en pleine lune de miel, in love, et tu ne devrais pas en être à te demander ce que tu dois dire ou faire pour éviter une engueulade… Et tu sais peut être que son bon côté, celui que tu aimes, est une facette de son personnage et que sa nature profonde est plus sombre. Oui, tu l’aimes, mais ne te sacrifie pas toi et ton futur pour un homme qui a l’air de préférer sa bouteille… Après c’est ton choix bien sûr, et ce n’est pas un jugement de valeur, ce que je dis, c’est juste fait attention à toi, personne n’a à te maltraiter ou à mal te parler..

    Si tu veux parler, au moins ici tu peux le faire sans crainte d’être jugée. On ne pourra malheureusement pas de donner de solution toute faite…

    Courage bluenaranja

    • Sujet :  Re : Re : Besoin d’aide - posté le 17 juillet 2012  à  15h33 par aide8219
      Oui ça m’a fait du bien et merci de m’avoir répondu. Hier, mon chum (...)
       

      Oui ça m’a fait du bien et merci de m’avoir répondu. Hier, mon chum m’a avoué que c’était lui qui était dans le tord. Il a dit que c’était difficile de changer de mode de vie car sa dernière relation avec son ex qui a duré dix ans a été comme cela. Ils vivaient chacun de leur côté et lui sortait avec ses amis de gars et elle, avec ses amies de filles. Il faisait le party constamment avec ses amis. Les seules activités qu’ils faisaient ensemble, c’était des soupers d’amis bien arrosés. Donc il n’a pas connu autre chose. Et lorsqu’il revenait de travailler, il prenait une bière car ils n’avaient jamais rien à se dire. Bref, aucune communication.

      De plus, mon chum a été élevé avec un père matcho qui levait le ton quand ça ne faisait pas et que tout le monde écoutait y compris sa femme. De mon côté, j’ai été élevée à m’affirmer et à ne pas me laisser marcher sur les pieds. Mes parents n’étaient pas du tout vieux jeux. Il faut que mon chum s’ajuste à ça et il dit que c’est mes parents les modèles à suivre.

      Hier, on a joué au tennis ensemble et il a adoré. Il dit qu’il veut jouer à nouveau ce soir. Il dit qu’il veut changer de beat de vie et qu’il m’aime. Il dit qu’il ne veut pas aller à son party de compagnie jeudi soir parce que son boss va le forcer à se soûler comme à tous les party. Il dit par contre que s’il n’y va pas, son patron va être déçu car c’est lui le grand pallier de la compagnie. Il est sur la bonne voie. Ses enfants ne sont pas là et il ne boit pas pareil cette semaine.

      • Sujet :  Re : Re : Re : Besoin d’aide - posté le 3 août 2012  à  16h38 par bluenaranja
        Bonjour ! Vous en êtes où ? Si tu as envie de parler n’hésite pas ! (...)
         

        Bonjour !

        Vous en êtes où ? Si tu as envie de parler n’hésite pas ! J’espère sincèrement qu’il a eu une vraie prise de conscience et que vous trouverez des solutions.

        bonne chance blue

mon conjoint prend de la cocaine et de l’alcool - posté le 11 juillet 2012  à 17h55 par poutch
Bonjour, Je me décide enfin à témoigner pour espérer trouver de l’aide. Je vis avec mon compagnon depuis 8 ans, nous avons une petite fille de 4 ans. Il y a3 ans nous avons eu degros soucis (...)
2 réponses à cette contribution
  • Sujet :  Re : mon conjoint prend de la cocaine et de l’alcool
    Hello, Partir ou rester, c’est ton choix et il t’appartient. Le seul truc (...)
     

    posté le 12 juillet 2012  à  10h30 par bluenaranja

    Hello,

    Partir ou rester, c’est ton choix et il t’appartient. Le seul truc que je peux te dire c’est que si tu restes, vu ses problèmes d’alcool et de came il va falloir que tu gères ta fille seule, sans compter sur lui - tant qu’il est dans l’alcool et la coke, aller chercher la petite à l’école ou la conduire à la danse, euh, enfin moi ça me le ferait pas… Et tout en gérant cela seule, attendre qu’il ait le ’déclic", il faut qu’il prenne conscience qu’il a un problème pour pouvoir le régler. Et dans ce genre de situation quand on va mal, on est dans une fuite en avant, donc très difficile.

    Moi - ceci n’engage que moi bien sûr - je sais qu’ayant "charge d’âme" je ferais en sorte de mettre ma fille à l’abri un maximum, et je me protégerai aussi.

    Si tu estimes qu’il vaut mieux partir, c’est ton droit, vous êtes tous les deux adultes et tu as le droit de te protéger.

    Quelque soit ton choix je te conseillerai de séparer vos comptes et de protéger un maximum tes avoirs. La coke cela peut aller très vite. Prendre des conseils auprès d’un avocat pour savoir ce que tu peux faire légalement - et éventuellement passer par ton médecin traitant pour demander l’aide d’un psy, de façon ponctuelle pour savoir exactement ce que tu veux, et comment y parvenir. Rester avec lui ou se séparer, de toutes façons, c’est compliqué et douloureux, donc n’hésite pas à demander de l’aide si tu en as besoin. Et parle, n’aie pas "honte", jeter un voile pudique sur ses problèmes n’avancera pas les choses et n’arrangera rien, parle à ta famille, tes amis ne reste pas seule avec tout ça. Construis un réseau le plus solide possible pour pouvoir t’en servir, toi et ta fille, en cas de problèmes.

    Voilà quelques conseils de "première nécessité"

    bluenaranja

    • Sujet :  Re : Re : mon conjoint prend de la cocaine et de l’alcool - posté le 12 juillet 2012  à  15h54 par poutch
      Merci de m’avoir répondu ! Je sais que les conseilleurs ne sont pas les payeurs (...)
       

      Merci de m’avoir répondu ! Je sais que les conseilleurs ne sont pas les payeurs et que la décision n’appartient qu’à moi…

      Peser le pour et le contre, tout ça je le fais depuis des mois, sans en parler à personne (sauf en cas de gros clash ou je me confie un peu à ma petite soeur)Ma mère est au courant pour l’alcool, mais pas la coke !Je ne peux pas lui dire car je connais sa réaction et je n’ai pas envie de l’entendre. Mon frère est trés distant avec lui depuis l’année dernière car il voit que je souffre et il lui en veut. Je pensais que lui pouvais comprendre en tant "qu’ex" toxicomane, mais non, il ne veut rien savoir ! Je lui en veux aussi de ne pas l’aider car il doit savoir combien c’est dur d’être dépendant !!

      Le déclic je pensais que mon compagnon l’avait eu l’année dernière car juste avant notre "break" il a eu un accident de voiture ou il était sous alcool et coke, il s’en est sorti miraculeusement vu l’état de sa caisse ! Il a stoppé quelques jours et s’est reparti de plus belle !

      Je culpabilise car je me dit que je me suis laissée aller depuis quelques années, ma priorité est ma fille, j’avoue qu’il passait aprés elle ! Mais je suis une maman ! Je pense qu’il a un lourd passé familial (pb d’insertion, son père buvait, maintenant il est malade, un de ses frères est interné car il est "schizo")Je comprends que c’est dur pour lui mais dans la vie il faut avancer ! quelle que soit les difficultés, je pense que quand on a un enfant il faut se battre !c’est mon avis et peut être facile à dire ! Moi mon défouloir c’est la nourriture !Mais quoi qu’il arrive ce n’est pas parceque j’aurai trop mangé que je ne serai pas capable de gérer ma fille contrairement à quequ’un qui boit ou qui est sous cc !

      Pour le compte en commun je le cloturerai si nous nous séparons, mais avant de prendre cette décision il faudrait qu’il rentre, car depuis dimanche soir il n’a pas mis un pied à la maison !(moyen de me faire culpabiliser selon ma mère !)

      En réfléchissant cette nuit, car j’avoue que je ne dors pas trés bien, je me suis dit que j’allais lui faire une proposition : soit il admet qu’il a un problème et nous allons ensemble dans un centre d’addictologie pour nous aider à trouver une solution, soit il ne l’admet pas et je lui confirme notre séparation !

      Est ce reculer pour mieux sauter.Est ce que je n’en ai pas assez supporté ? Je ne sais pas, je ne sais plus ! mon cerveau pars dans tous les sens ! En attendant des avis !!

Comment aider mon frère qui consomme régulièrement du cannabis ? - posté le 3 juillet 2012  à 18h30 par wonderdede
Bonjour, j’ai un petit frère de 17 ans qui consomme du cannabis quand il va en soirée et des fois, tout seul. L’autre soir il est rentré avec les yeux rouges, tellement rouges que mes (...)
2 réponses à cette contribution
  • Sujet :  Re : Comment aider mon frère qui consomme régulièrement du cannabis (...)
    Bonjour, j’ai le même problème avec mon copain il ne voit pas la réalité en face (...)
     

    posté le 31 juillet 2012  à  15h36 par Dragibus
    Bonjour, j’ai le même problème avec mon copain il ne voit pas la réalité en face il penses que c’est sans conséquences … Il à était convoquer au commissariat car un dealer c’est fait attraper avec les coordonné de mon copain il est désormais ficher…. Je suis comme toi je sais pas comment faire … Bon courage en tout cas en espérant que ton frère s’en sorte :)

  • Sujet :  Re : Comment aider mon frère qui consomme régulièrement du cannabis (...)
    bonjour j’ai egalement mon frere de 17 qui cosome du cannabis je suis dans la (...)
     

    posté le 11 novembre 2012  à  23h25 par soeurette
    bonjour j’ai egalement mon frere de 17 qui cosome du cannabis je suis dans la meme situation que toi car mais parent ne reagissent pas !! il roule a moto est j’ai tjr peur qu’il lui arrive une tuile . il est en train de passer son permis est cela m’effrai encore plus !! au debut il funer les wkd avec ses pote et mtn il senferme ds sa chambre a nimporte kel heure de la journée !! je cherche moi aussi a l’aider je te comprend totalement et suis avec toi !!courage

mon fils est en danger:bi/polaire-cannabis-alcool….. - posté le 29 juin 2012  à 19h28 par margaux34
S.O.S.Mon fils 37 ans viens d’avoir un grave accident sous emprises d’anti dépresseurs.Il fume du cannabis depuis 20ans.Seul depuis 3ans aprés avoir été quitté par sa compagnes,il (...)
2 réponses à cette contribution
  • Sujet :  Re : mon fils est en danger:bi/polaire-cannabis-alcool.....
    bonjour, je peux comprendre qu’une maman est peur pour son fils.une solution est (...)
     

    posté le 1er juillet 2012  à  20h18 par alchi974
    bonjour, je peux comprendre qu’une maman est peur pour son fils.une solution est envisageable puique on a voulu moi aussi m’hospitalisé d’office avec la nouvelle loi sur la psychiatrie.après refléchir à la suite et la haine qui va se mettre en place contre vous de la part de votre fils.j’ai 37 ans et celà a failli m’arriver en avril, heureusement pour moi je connais très bien le système. si on m’avait fait celà je ne l’aurais jamais pardonné, comme je ne pardonne pas celle que l’on m’a faite à 17 ans. où je me suis retrouvé en psychiatrie contre ma volonté.je me permais de vous répondre car mon meilleur ami était bipolaire, et l’histoire s’est mal fini. la seul solution est l’avis d’un médecin, d’un psychiatre et l’accord de la personne de confiance,que l’on signe lors d’une hospitalisation par exemple. si votre fils décide de demander à un ami ou autres vous ne pourrez rien faire.l’hospitalisation d’office par une personne tiers peut se faire. attention aux conséquences pour vous.d’un autre côté un bipolaire est imprévisible et je comprends votre angoisse. garder espoir, soutenez le quand il est bien, et laisser le quand il a ces crises, surtout ne le harceler pas svp seb

    • Sujet :  Re : Re : mon fils est en danger:bi/polaire-cannabis-alcool..... - posté le 2 juillet 2012  à  14h59 par bluenaranja
      Bonjour, Je partage le point de vue d’alchi : le hdt ou hospitalisation à la (...)
       

      Bonjour,

      Je partage le point de vue d’alchi : le hdt ou hospitalisation à la demande d’un tiers est à utiliser en dernier recours, lorsque tout a déjà été tenté. C’est quelque chose de très violent, on se retrouve dans un pavillon fermé, avec des gens souffrant de toutes sortes de pathologies, un psy qui vous accorde une demi-heure par jour, et il n’y a rien à faire que fumer, manger, discuter avec les autres patients et regarder la TV.

      Je crois plus en une thérapie, une vraie, que dans les médicaments. Même s’ils peuvent s’avérer nécessaires. Les médicaments sont une béquille qui permettent au patient d’être suffisamment bien pour suivre une thérapie. Une thérapie qui fonctionne c’est quelque chose d’assez violent, il faut que cela vienne de lui, qu’il soit prêt et aussi qu’il rencontre le thérapeute qui lui convienne à ce moment-là.

      Je comprends bien votre position, je suis moi-même maman, et avant mon fils, j’ai passé une année en hp - sur différentes périodes - à l’époque, j’étais sdf, à la rue, je squattais ou vivais chez des amis, entre drogues dures et dépression post-traumatique.

      Avec le recul je peux dire que là où l’HP m’a aidée, c’est en m’hébergeant à chaque fois que j’en avais besoin, en mettant des barrières solides entre moi et mon petit monde toxique.

      Pour le reste, c’est mon psy et les solutions qu’il m’a proposé qui m’ont fait évoluer. Psy que je voyais à l’extérieur, qui n’avait rien à voir avec l’hp.

      Votre fils a-t-il déjà un suivi psy ? Une reconnaissance de son handicap ?

      Je suis désolée mais mettre votre fils en hp, pour qu’il arrête l’alcool, les médicaments et le shit, c’est un peu un leurre. S’il ne veut pas ou n’est pas près il recommencera de plus belle à sa sortie - et quel meilleur endroit que l’hp pour rencontrer d’autres personnes à problèmes ( c’est là que j’ai rencontré un type qui m’a initiée à la morphine) Le but du psy c’est de stabiliser les gens avec des cachetons, donc on en essaie plusieurs, puis on les relâche dans la nature pour voir ce que ça donne. Si ça ne marche pas, on vous dira que c’est parce qu’il ne veut pas guérir.

      En plus en hdt, on sait quand on rentre mais on ne sait jamais quand on sort, cela c’est aux psys d’en décider, et ça peut durer plusieurs mois. Vous êtes un patient, eux savent, ils vous disent juste quels médicaments prendre et qu’on parlera de la sortie plus tard. Et même si votre fils arrêtait de fumer, boire etc… ses problèmes ne seraient pas réglés pour autant. Voilà ça c’est mon point de vue de "rescapée de l’hp".

      Maintenant en tant que maman, c’est clair que c’est abominable de voir son enfant souffrir et de ne rien pouvoir faire. Le voir se mettre en danger.

      Profitez des moments où il va bien pour tenter de le persuader de se faire soigner, mettez des rituels en place dans sa vie - genre un dîner deux fois par mois, montrez lui que vous voulez l’aider même si vous ne savez pas comment faire. Perso, si mon fils allait mal, je retournerais voir un psy pour moi, pour pouvoir prendre du recul et avoir une sorte de "coach", je lui proposerais une thérapie familiale - nous sommes une famille donc c’est notre problème, et même si je n’ai pas de solutions toute faite à te proposer, je me donne les moyens de t’aider. Et éventuellement, s’il était en danger de mort, je le ferai hospitaliser tout en allant le voir tous les jours - quitte à m’en prendre plein la gueule - tout en sachant que cette hospi le protège juste temporairement mais ne sera pas LA solution, juste le début d’un chemin qu’il nous reste à tracer. Quoique, pour avoir vécu le hdt, ce serait vraiment en dernier ressort… Perso, l’amour le respect et une bonne thérapie m’ont beaucoup plus apporté que le séjour en hp.

      Voilà désolée de n’avoir pas de meilleures nouvelles

      bonne journée bluenaranja

      ps : rapprochez vous d’une association de familles de malades, ils sont passés par là et pourront vous conseiller, quels psys aller voir que tenter, etc… Et j’ai lu, pour lui comme pour vous, que vous devez faire le deuil de "l’enfant rêvé" que vous portez en vous, il n’y a pas de retour possible en arrière, il faut faire avec ce que vous avez, ici et maintenant. Au contraire, regretter l’enfant qu’il était - si gentil et intelligent - c’est lui mettre une claque à chaque fois. Il est comme il est, maintenant faut faire avec. Mais surtout ne culpabilisez pas, on a toujours tendance à penser que c’est de notre faute, qu’on a loupé quelque chose. Nan. Ce n’est ni de votre faute ni de la sienne, c’est la vie, certains sont plus sensibles que d’autres, certains vont avoir tendance à développer une pathologie mentale, c’est la roulette génétique. Ce n’est pas juste, et terriblement dur à accepter, c’est pour ça, faites vous aider…


Page sujets : ... | < 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 |> |...

Mon espace


Ressources

En parler avec nous :
Vos Questions/nos Réponses

Drogues Info Service : 0 800 23 13 13 (tous les jours de 8h à 2h)
 

Ressources

Au coeur de la codépendance

Au cœur de la codépendance est un ouvrage qui (...)


Vous, vos enfants et la  (...)

Face à un enfant qui se drogue, l’ignorance (...)


Aider vos proches à surmo (...)

" Il est peut-être alcoolique... " Comment en (...)


 

Solvants (eau écarlate, (...)

19/09/2014 : Bonjour, Je suis journaliste à France 3 national et je réalise un reportage sur la difficulté d’arrêter des (...)


J’aimerais avoir des (...)

18/09/2014 : moi j ai 35 ans, j ai commencé jeune avec les copains a fumer du chite, picoler et ont est vites venu au LSD, esta (...)


 
Qui sommes nous ? | Informations légales | Lexique | Plan du site | Nous contacter | Identification | Inscription | Charte du site | Flux RSS RSS
8