Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je passe après son héroïne

Par FrankeeMina

Yo. J'ai trop besoin de parlé, j'arrive pas à trouver de chat dispo ... On devait se faire une soirée, et se voir plus tôt pour profiter, on a passés quelques bons jours depuis le premier du mois... Du coup comme il est fatigué du taf on devait se voir plus tôt. Mais il est arrivé en retard, désagréable au téléphone quand je l'ai appelé, puis finalement défoncé, il piquait du nez ... Dur de pas partir en vrille. Puis finalement parti à 21h15... Arrivé plus tard que d'hab et reparti plus tôt...
Je passe après tout ça ! C'était important pour moi mais ça passe toujours avant.

Fil précédent Fil suivant

11 réponses


FrankeeMina - 09/01/2019 à 15h17

Donc voilà ça devait être un moment privilégié pour nous, ça allait mieux et on l'avait remarqué. Comme à chaque fois que ça va mieux, il sabote, son diable reprend les commandes et sabottage.

Ce matin il deviait les problème sur autre choses, toujours en semant le doute au cas où je ne serais pas sûre de moi....il est dans le déni totale, ça m'effraie encore plus.

Je suis en dépression..c'est dégringolade depuis trois ans. Je songe à partir pour de bon. J'ai essayé de me battre, être gentille, chocante... D'accepter !!! Mais ya rien à faire quand je le vois comme ça je m'imagine le boxer ! Tellement j'ai de la peine...
Avec les autres ça passe mais quand c'est lui c'est insupportable !

Peut on tout accepter par amour ?

FrankeeMina - 10/01/2019 à 12h45

Personne dans cette situation ? Des psychologues à l'écoute ?

Nathawa - 10/01/2019 à 22h39

Bonsoir... Malheureusement cette dépendance reste à vie et ce même ci il y à de longue periode d'abstinence...bon courage à vous..

Lamatou - 11/01/2019 à 02h58

Olal ma pauvre. Alors pour commencer je suis loin d'être psy donc désolée si je n'y vais pas par 4 chemins. Tu exiges qu'il parte en cure. Si le fait alors peut-être as tu une petite chance de sauver ton couple sinon fuis. Je suis passé par là et 2 fois!!!!sans être consommatrice (que le pétard). Qd ils ont leur came ils sont defonser mais gentil. S'il a le malheur d'être en manque. C'est à la limite de la schiso. Plus de limites . PLUS DE LIMITE!! Il flinguera non seulement ta vie, mais celle de sa famille et ses proches. Je comprends et j'ai vécu tout ce que tu vis c est terrible. Un sentiment d'impuissance face à la situation.. mon père maintenant décédé et le père de ma fille étaient dedans. 10 ans que je suis séparée et j'ai encore des séquelles. Je détestais aussi qd il se defonsait et j t avoue être écoeuré de la drogue dure. Bien que je n'ai jamais été consommatrice, il ne faut même pas qu'on m'en parle en temps normal.
Tu dois pas gaspiller toute ton énergie pour essayer de le sauver. Les médecins ont du mal à pallier à cette dépendance, donc nous.. par contre n'oublie pas qu'Au moment où on souffre on s'en prend souvent aux plus proches.. il souffre de cette situation crois moi..ce qui ne l'excuse pas mais c est un cercle vicieux cette daube. Tu connais beaucoup de couples qui tiennent avec un héroïnomane? Si la femme l'est aussi à la limite mais je te le déconseille.. jte comprends tellement... J'ai supporté, j'ai tout fait pour l'aider. Mais on peut pas aider qqun qui ne veut pas. J'ai mis tellement de temps à comprendre. En pensant que notre amour serait plus fort mais non . Plus fort qu la came c'est la mort pas l'amour. J espère que tu trouveras des bons psy ici ou ailleurs car je suis consciente que j'ai pas forcément eu le tact. . Je suis passée sur ce site parce que je tente d'arrêter de fumer le pétard.. du coup insomnie! Et ton témoignage m'a touchée, ça aurait pu être mes messages ya quelques années. Je te souhaite bien du courage. Entoure toi de pro, discute autant que tu peux je suis de tout coeur avec toi.

FrankeeMina - 16/01/2019 à 10h46

Merci pour ton expérience Lamatou ! C'est clair, je crois pas qu'il y a pas 36solutions. Il a fait une cure de 5mois l'an passé, jusqu'au subutex. Plus de seringues, plus de cachets... Un an "clean"! Un hiver douloureux pour moi, seule, retour chez maman a 30piges, mais ça en vallait la peine. Puis on allé s'installer, recommencer et CracK !

Même situation, 32ans retour chez maman. Ça se passe bien quand il est pas défoncé justement, si encore il prenait juste son traitement... Quand je l'ai connu c'était comme ça.

On vit avec un entourage petit mais qui trouve ça normal, parce qu'ils sont dedans...

Jme tire fin de semaine faire le vide. J'ai l'impression de foutre ma vie en l'air, de passer à côté de moi, de ma lumière, de mes rêves...

C'est lui ma came, j'ai terriblement peur de le quitter.
J'ai rien construit et je ne m'instruis pas dans ce mode de vie, c'est nul !

Mary76 - 24/01/2019 à 08h30

Je vis avec un héroïnomane depuis bientôt 6 ans g 3 enfants d’une première union d’un homme qui était alcoolique, et maintenant avec un homme qui snif et g eu un enfant avec lui qui aura bientôt 3 ans il a lui même une fille de 19 ans. Quand je l’ai rencontré je ne savais pa et quand j’ai su je suis rester je regrette tellement cette décision je veu mettre un terme à notre relation mais il ne veu pa partir car il a nulle part ou aller je ne c même pas si il m’aime vraiment ou c la facilité ki le fait rester et son fils. Je n’en pe plus de c mensonges à répétition c fausse promesse l’es dette kil cumulé on a une vie de merde par sa faute on ne peu rien faire car l’argent qui pourrai servir à sortir faire des activités avec l’es enfant nous faire plaisir part dans son délire à lui il me reproche d’etre Distante avec lui de l’aimer selon le nombre de billet kil me donne bref tout est toujours ma faute si il prend sa merde c parce ke je suis méchante avec lui mais g tout essayer la gentillesse la compréhension la patience les menace rien ne fonctionne il retombe toujours dedans j’en pe plus je ne ve plus de cette vie je veu kil parte kil me laisse me reconstruire avec mes enfant je suis tellement fatigué moralement physiquement de tout ça je ne c pa koi faire pour kil parte une bonne fois pour toute je ne l’aime plus di moin plus comme avant g aucune confiance en lui je ne vois pas mon avenir avec lui je préfère être seule ke de faire subir toi ça à mes enfant mes saute d’humeur les fin de mois catastrophique le mec comateux dans le canapé ou alors monter à 10000 volt j’en ai marre.

Profil supprimé - 24/01/2019 à 11h34

Je suis soulagé de voir que d'autres personnes sont dans mon cas... Je n'ai pas vraiment de solutions à vous apporter malheureusement, étant moi même en quette d'une sortie...
Je peux juste partager mon expérience, si ça peut "réconforter" un peu.

Je vis avec une héroïnomane, nous avons un enfant de presque 7 ans.

Au début, je trouvais certains de ses comportements étranges (passer près de deux heures aux toilettes tous les soirs, fuir systématiquement les sujets qui la dérangeaient en m'agressant et m'accusant de la harceler, saigner du nez régulièrement, toujours son sac à main avec elle, de gros problèmes d'argent, elle gueulait tout le temps, dormait tout le temps sauf la nuit, j'en passe...) ; comme il m'était impossible de savoir quoi que ce soit par la communication, j'ai décidé de fouiller dans son courrier et partout où je le pouvais.

Après avoir intercepté une lettre qui l'informait qu'elle allait être interdit bancaire elle a dû passer aux aveux. Elle prenait de l'héroïne depuis, selon ses dires, deux ans (en réalité ça devait faire beaucoup plus). Ça fait un peu plus de trois ans qu'elle prend de la méthadone...

Mais je la suspecte toujours de me cacher des trucs. Certains indices sont assez révélateurs. Elle continue de s'endormir dès qu'elle s'assoie plus de 30 secondes sur le canapé par exemple, elle n'a aucune motivation et remet toujours tout à plus tard. Ses problèmes financiers ne cessent de s'empirer mais elle ne m'en parle pas. Elle retire des très grosses sommes d'argent en liquide tous les mois (entre 600 et 1000 euros)... Impossible de lui parler, elle fuis tout le temps les sujets, ou alors elle me traite de parano, s'énerve ou alors se positionne en victime. D'après mes recherches, entre l'argent que je lui ai donné pour s'en sortir financièrement et les prêts à la consommation qu'elle a pu contracter, on est pas loin des 60 000 euros qui sont passés dans sa merde.

Elle fait attention depuis quelques temps à son comportement mais ce n'est pas suffisant pour me convaincre. Elle est méfiante et prudente et moi suspicieux.

Je suis paumé et je ne vois pas de sortie. Il faut que je découvre ce qu'elle trafique.

Moderateur - 25/01/2019 à 10h52

Bonjour Psseeudo,

Si votre compagne suivait un traitement méthadone qui fonctionne elle n'aurait pas besoin d'argent. Ce traitement est gratuit.

Le fait qu'elle prenne chaque mois de grosses sommes est un indice très sérieux pour penser qu'elle achète des produits au marché noir et les consomme. On pense à l'héroïne en premier mais pourquoi pas d'autres choses aussi. Mais est-il si important de connaître tous les détails si elle n'en parle pas elle-même ? On pourrait également envisager qu'elle soit une joueuse aux jeux d'argent et de hasard (une addiction fréquemment associée à l'addiction à une drogue).

Pour resituer les choses, un traitement de substitution aux opiacés (méthadone ou buprénorphine haut dosage) bien dosé devrait lui enlever l'envie de prendre de l'héroïne. Ce traitement, délivré par un médecin de ville ou appartenant à un Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), peut s'inscrire dans un projet plus global de "reconstruction". La prise d'un traitement de substitution peut durer des années voire toute la vie si nécessaire et s'il permet à l'usage d'obtenir une qualité de vie satisfaisante.

Mais les traitements de substitution sont aussi utilisés par les usagers actifs d'héroïne pour palier le manque. Il existe un marché noir pour ces produits ou tout simplement l'usager cache à son médecin ce qu'il fait réellement avec son traitement.

Si l'on considère que votre compagne est toujours consommatrice active d'héroïne mais aussi de méthadone non à visée thérapeutique mais de gestion du manque, que pouvez-vous faire ?

Actuellement elle n'est pas disposée à en parler et n'est pas en demande d'aide. La surveiller et la confronter à ce que vous pourriez trouver n'est pas non plus de nature à la faire radicalement changer. Cela met en outre à mal votre relation de couple en la basant sur la suspicion. Mais bien entendu, si vous faites cela c'est aussi parce que vous tenez à elle et aimeriez trouver une solution.

Je vous conseillerais plutôt d'essayer de vous rapprocher du système de prise en charge pour les addictions. Les CSAPA dont je parlais plus haut accueillent tout à fait les proches des personnes qui consomment des drogues. Vous pourriez tout d'abord y glaner des renseignements sur l'addiction à l'héroïne et sur la substitution. Cela vous donnerait des clés pour comprendre ses comportements. Vous pourriez surtout y recevoir des conseils pour apprendre, en tant que conjoint, ce qui est à votre portée et ce qui ne l'est pas. Vous pourriez enfin être sensibilisé à la "réduction des risques" pour sécuriser le risque d'overdose et les conditions dans lesquelles elle prend ses drogues. Par exemple il existe un traitement anti-overdose, le Nasclue®, qu'il serait bien d'avoir à portée de main en cas de problème. Il faudrait aussi qu'elle ne s'enferme pas lorsqu'elle consomme car si elle fait une overdose vous ne pouvez pas le voir.

En faisant cette démarche vous allez acquérir un savoir-être et un savoir-faire qui vont vous permettre d'aborder différemment les choses avec elle et de faire bouger la situation. Vous permettrez peut-être que tous les deux quittiez ce jeu du chat et de la souris. Cela la confrontera plus à ce qu'elle fait et il sera plus difficile pour elle d'esquiver les problèmes. Il est plus facile de "mentir" à une personne qui ignore qu'à une personne qui est informée. Par ailleurs vous pourrez lui parler en meilleure connaissance de cause du soin, du fait que son traitement méthadone est peut-être à reconsidérer (dans le sens d'une prise régulière, dans un cadre thérapeutique, peut-être d'une augmentation des doses ou encore d'un changement de traitement...), des aides qu'elle peut recevoir.

Vous ne pourrez en revanche pas vouloir à sa place qu'elle s'en sorte. Mais au moins en en parlant en connaissance de cause vous pourrez l'aider à établir ce qu'elle veut vraiment et de votre côté vous serez fixé.

Pour trouver le CSAPA le plus proche de chez vous vous pouvez appeler notre ligne d'écoute ou utiliser notre rubrique "adresses utiles" : http://www.drogues-info-service.fr/Adresses-utiles

Cordialement,

le modérateur.

Moderateur - 25/01/2019 à 11h09

Bonjour Mary76,

Votre relation semble bien dégradée en effet. Avez-vous essayé de vous faire aider par votre famille pour le faire partir ? Peut-être pouvez-vous aller dans une consultation juridique gratuite pour étudier quels recours juridiques vous auriez pour le faire partir ?

Cependant, ce que je conseille à Psseeudo ci-dessus pourrait s'appliquer à vous aussi si vous en avez encore la force et l'envie. Avec l'aide des professionnels d'un CSAPA (les consultations sont gratuites) vous pourriez peut-être réussir à comprendre et vivre la situation différemment, faire bouger les choses. Mais bien sûr il n'y a aucune obligation.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour